Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 
L’un des dualismes lexicaux qui m’a toujours fortement interpellé dans l’Écriture néotestamentaire est celui qui entoure le concept Monde. Ce dualisme, cette ambiguïté sémantique se retrouve particulièrement chez l’apôtre Jean qui dans les propos liminaires de son évangile (Jean 3, 16) nous dit « Dieu a tant aimé le monde... » et qui, dans sa première épître, 1 Jean 2:15 se rétracte par « n’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde... l’amour du monde est inimitié contre Dieu. » Nous sommes en présence de la sempiternelle dialectique du monde humain (l’humanité) et le monde du système socio-politico-économique, l’ordre idéologique civilisationnel qui vilipende cette essence qu’est l’humanité. Entre la hauteur céleste et divine de l’humanité vocationnelle de l’animal humain et l’abysse satanique de la structure qui l’enfonce dans bien pire que l’animalité c’est à dire dans la choséité par la réification, les forces du bien et du mal se livrent encore bataille aujourd’hui plus que hier.

Les maîtres de monstruosité du système social tératogène et déshumanisant refusent de cohabiter dans leur structure avec des hommes non transformés en ombre ou rouage de leur machine. D’ailleurs la pauvreté dans le monde, sévissant même dans les pays les plus riches, est maintenue et planifiée pour réduire les majorités au stade de paillasson des riches sur qui ils peuvent cracher à leur guise. Le manque d’estime de soi des oligarques bâtisseurs d’empire, en leur ego gangreneux, ne peut se glorifier qu’au détriment d’autres hommes paupérisés, transformés en loques pour idolâtrer les possédants d’une part et de l’autre, la horde de consommateurs compulsifs simiesquement accrochés aux basques du système oligarchique, qui ne manquent pas, comme une immonde armée de sous-produits de l’ordre de discrimination capitaliste, d’aider leurs maîtres à piétiner les plus pauvres.

 

Le monde, c’est aussi l’écrasante majorité qui nourrit l’ordre de l’horreur des injustices et insanités de toutes sortes. Car nul système, nul ordre, quelque puissant soit-il, ne subsiste sans le soutien ou la complaisance des immenses majorités, sans la volition active ou passive du grand nombre. C’est donc de la perversion des foules majoritaires ou de leur lâcheté, leur aliénation introjective, que règne le mauvais.

 

L’immoralité est l’effigie du monde des oligarques qui monopolisent tout, font pression pour éviter le moindre soutien de l’État aux moins riches et accaparent toutes les subventions étatiques sur le dos des contribuables, subventions qu’ils utilisent pour leurs intérêts particuliers d’entrepreneurs, eux qui délocalisent comme bon leur semble sans rien devoir à quiconque pour chercher ailleurs des paradis fiscaux et travailleurs esclaves. Dans cette platitude, l’homo œcnomicus, lui-même décrié pour sa réduction unidimensionnelle à l’ordre économique, est un stade pour lequel il faudrait se battre tant le morphème « homo » référant à l’homme, ne peut même plus être appliqué à une économie virtuelle tributaire de la finance et des spéculations des financiers au mépris de l’économie effective produite des humains, le non-sens et l’insignifiance qui s’ensuit, ponctue l’empire du vide qu’est l’ordre de l’argent pour l’argent. Nous devons nous rappeler que le sens vient de l’intuition intérieure, immanente, vécue par la conscience spirituelle. L’on comprend d’emblée, la privation de vie intérieure qui affecte les hommes en société, tant les puissants hyper-matérialistes ne font que réifier les faibles qui s'identifient à eux, dans une cinglante entraliénation, aliénation réciproque où les maîtres corrupteurs et leurs asservis réduits au stade de pacotilles d’un ordre malsain sont la proie de toutes barbaries et d’un nihilisme plural. Nihilisme qui est ici comme toujours un envers criant de la vérité ontologique de l’homme.

Dans un monde où la racaille criminelle prédatrice est héroïque et glorieuse pour sa voracité qui l’enrichit, dans un contexte où la richesse est seul critère d’appréciation des hommes où l’argent sale est pureté selon ceux qui le manipulent, où l’engeance riche se paie économistes et idéologues de tous poils pour berner l’opinion publique, où la canaille de l’oseille soudoie la crapule de la politique, la morale n’est plus que l’abêtissant bobard manipulateur de la presse de propagande refilé au peuple dans l’emballage des faux débats et des élaborations désinformantes ! La ploutocratie crée des connotations factices et manipulatrices pour accoutrer le sens. Elle bricole un sens adapté à la configuration idéologique qu’elle entretient sur la ruine de toute humanité. Hélas! Toute la salissure des oligarques - la prédation de l’homme par la paupérisation et les déprédations des biens collectifs de la planète, les guerres et l’interventionnisme - passée à l’étamine de leur cynisme et rendue par la flagornerie de la cour permanente que leur voue leur système et la presse jet set, est rendue orgueil insulteur, intumescence débilitante du peuple plutôt que honte morale devant leurs crimes contre l’humanité ! Et malgré ces torts les uns irréparables et les autres non réparés par mépris, se profile la perte de la pudeur ou d’une certaine retenue face aux forfaits fomentés sans égard contre le monde et l’environnement. Les monstres gargantuesques ont toujours faim et sont avides de règne et de gaspillage ! La perte civilisationnelle de la vraie pudeur pour une surenchère de pudibonderie vestale, s’offusquant du dévoilement du sein d’une chanteuse sur scène - dont la robe s’est déchirée par accident à la suite d’un pas de danse brusque - prouve que les pires catins et proxénètes, les plus immondes vénaux du crime de toutes sortes sont les plus affectés de fausse chasteté !

Dans un monde où toutes les valeurs sont inversées, je remémore souriant ce que disait un vieux routier politique sur les déchéances du sen et du bon sens: « à la foire des salauds que devient ce monde, la merde pèserait-elle plus lourd que le sel ? ». J’ose croire que non!

L’humanité n’est certainement pas perdue, encore faut-il que les vraies valeurs trouvent le courage des hommes prêts à les montrer ! Car la dignité existe ne manquent que les hommes dignes dans la communication de masse et l’espace public ! Néanmoins, nous vivons un temps où les valeurs sont marginalisées, noyées par la mer démontée et putride de prostitution et d’aliénation soutenue par les vautours, sybarites et idéologues. Les écrasantes et innombrables majorités sont, par perversion ou lâcheté, les protagonistes du monde tel qu'il est. Des majorités qui luttent contre soi pour la plupart en suivant la minorité des journalistes mainstream, des spécialistes idéologues, des éducateurs idéologisés prônant l’imposture inhumaine d’une éthique grimaçante et fausse pour défendre l’infamie systémique mondiale, l’immoralité mondaine des oligarchies contre l’humanité sacrifiée pour les excès hédonistes des profiteurs de toutes les ressources expropriées aux peuples et majorités.

Tandis que les herses immatérielles de l’idéologie marchande ultramatérialiste prennent forme comme un carcan substantialisé écrouant et pourrissant les pensées et comportements, le plus bel élan de la morale par ces temps d’Érèbe et d’opacité, aura toujours dans les consciences amies de la liberté et du bien, l’exhalaison explosive, volcanique de la révolte et du refus !

 

Le monde-humanité est contre le monde-civilisation tourné vers l’extrinsèque, les conquêtes ravageuses des plus brutaux sur la ruine des moins violents, le monde-humanité trône la primauté des dimensions ontologique, somatique et politique de l’homme au-dessus du matérialisme tyrannique de l’ordre du monde imposé par les structures du pouvoir oligarchique.


CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0