Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

Quand l'homme cherche dans l'extrinsèque - ce monde de la parure qui ne prend sens que si elle reste parure sans empiéter sur l'essentiel - le fondement axiologique du soi, il ne peut que se ravaler dans l'infrahumain, la vacuité totale de son être nié! Car le sujet humain est en soi et ne peut grandir qu'en ancrant dans ses tréfonds.

 

Nous vivons au temps de l’extrinsèque extrême dans la civilisation et de son abus du paraître acclamé pour conspuer les profondeurs et réduire tous à la nique des mascarades qualitatives et des simagrées. C’est le règne de ce que l’on pourrait appeler un « épidermisme idéologique », une forme de fantasmagorie du visuel et de l’image par une humanité sociale hyper-maquillée qui ne travaille que les apparences et leur effet médusant. Un monde noyé dans son extériorité à travers une sorte d’éclat épidermique, une beauté artificielle surenchérie, sans se soucier le moindrement de son état intrinsèque! Et, coïncidence sordide, c’est aujourd’hui l’ère de domination des plus pitoyables minus qui savent paraître avec bruit et exhibition de parure; c’est le temps de la superficialité récompensée, des bas-fonds de la superfluité érigée en édifice de gloire.

 

C’est le propre des minables que de se cacher derrière des apparences et exhibitions de mode telles des titres et des institutions pour se faire valoir par des présomptions officielles et institutionnelles sans être de substance ou de taille! L’effet institutionnel, la bruyance et l’excitation des foules qui ovationnent indolemment à l’ostentation du suggestif vide, met le monde dans une posture macabre de reflets au pouvoir pour ce qu’ils ne valent et ne sont pas et qu’ils ne vaudront et ne seront sans doute jamais.

 

La surenchère de l’extrinsèque est le masque des minus qui cachent leur vacuité, leur abîme sous la montagne des mirages que sont les objets ou signes d’ostentation officielle de la société du mensonge et du paraître.

 

Le monde est en proie aux agressives inepties extrinsèques, dévoré des désastreux malentendus et aberrations qui en découlent.

 

Les grands préjugés, les jugements les plus aliénants et discriminatoires sont souvent produits de la primauté de l’extrinsèque érigée en une sorte de sinistre axiologie. Un président du nord, par exemple, qui se croit autorisé à passer des ordres aux peuples du sud voire à les définir, est juste un rebut de l’extrinsèque, un rejet de la grotesque incongruité de ces privilèges extrinsèques somme toute contingents que sont le lieu de naissance et la fonction présidentielle que ledit président prend pour valeurs et essences humaines.

 

Le monde, hélas, est plein de ces rois et roitelets bellicistes, despotes avec leur cour flagorneuse et leurs larbins suivistes qui, au nom de leur pays d’origine, leur « race » et leur « classe » ou leur famille « noble » et titrée, massacrent, agressent tout en se gargarisant de leur propre glaviot malsain du prétexte de leur authenticité naturelle par les valeurs extrinsèques de leur condition pourtant entièrement contingente, condition, d’ailleurs, souvent infâme à ses fondements! Mais l’humanité même après tous ses millénaires d’histoire n’a pas encore atteint l’âge de la rigueur du jugement juste; et la justice vraie et digne s’évanouit et se dilue fréquemment à travers des sentences de la plus immonde impudence, du plus bête essentialisme qui soit!

 

La surenchère et la quasi exclusive de l’extrinsèque vilipendent la substance des valeurs humaines qu’elles mettent aux fers de l’apparence et de la simulation comme une prison emmurant le sens.

 

Faire de l’effet par des bêtises qui excitent le populo et savoir séquestrer les structures du pouvoir entre sacripants agressifs agglutinés contre les hommes de valeurs vraies, semble devenir désormais la règle dans une folle civilisation du paradoxe. Nous sommes devant une crise d’humanité qui s’installe et semble sans issue!...

 

Cultiver les banalités qui plaisent aux foules médiatiques est un socle pérenne à l’extraversion abusive qui mise uniquement sur les propriétés extrinsèques. Le faux civisme politicien, la grande fortune matérielle présentée comme réussite mais dont on ne dévoile jamais les voies souvent macabres, sans oublier la régurgitation des lieux communs culturels à la mode pour paraître intelligent, sont parmi les grands champs de l’extrinsèque à succès… Et, à force de se gaver d’extrinsèque, de s’y enfermer en quête de flatterie des multitudes incultes, certains excentriques, épidermistes finissent par se figer sur leur propre peau, éviscérés de leur substance humaine, vidés de tout ce qui fait la vérité de l’homme pour n’être que jouet et reflet, hologramme organique de leurs extrinsèques.

 

L’extrinsèque non ancré dans les fondements intrinsèques de l’humanité sous-tend un terrorisme de la surenchère, une terreur de l’ostentation qui dénature voire annihile les valeurs fondamentales, ces valeurs vraies qui font qu’on reconnaisse par delà l’organique et le morphologique, la quiddité de l’humanité chez l’individu quel qu’il soit.

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2017

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.​​​​​​

Tag(s) : #Monde du Concept
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :