Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

« Rachetez le temps car les jours sont mauvais » «Éphésiens 5 vt 16

Une puissante dualité ponctue le rapport au temps chez tout esprit croyant : le fini et l’éternel. D’un côté, pris dans l’ici et le maintenant du monde fini en créature biologique vivant la part de finitude de toute vie ici-bas, l'homme de foi n’en demeure pas moins dans sa foi, un aspirant de l’infini qui fait tout dans le temps pour vivre et accomplir sa dimension, son destin de transcendance. Le « rachetez le temps » de l’apôtre, est donc un appel à vivre le temps comme terreau d’ensemencement de l’intemporel éternel par la grâce de la rédemption christique que Dieu nous octroie par delà la chair et le sang. 

L’Écriture avertit que le temps non spiritualisé est un temps perdu, vendu au mal, et que les jours d’un tel utilisateur du temps, sont mauvais car consacrés au mal et aux forces d’autodestruction que commande le malin. Ici le carpe diem strictement métaphysique nous dit que l’éternité doit être ensemencée dans le temporel car il n’y a pas d’usage neutre du temps. Le temps, on l’ensemence ou on le perd. Pour la conscience éveillée, le temps est un instrument pour franchir les étapes du chemin de son accomplissement, un lieu de bonification de l’esprit assumant sa vérité avec le soutien du Créateur et Père. Si le plan extérieur est conquête à la fois temporelle matérielle et sociale, routine et lassitude au cœur du fini, l’homme doit désapprendre pour vivre l’ancrage spirituel par dessus tout. Le rachat du temps est l’acte donc de conscience supérieure qui fait primer l’esprit sur le tangible avec ses vicissitudes, ses impermanences, son absurdité métaphysique.  

Le temps humain est physique et métaphysique car la conscience humaine est autant pratique que transcendante, à la fois gérante du réel et eschatologique. L’homme assume donc le double faciès de la téléologie, l’administration du présent et la marche dans les méandres d’une finalité extratemporelle. L’esprit clairvoyant vit la vie comme un voilier qui louvoie entre les vents et les tumultes de l’ici-bas, vers l’ailleurs où est sa fin dernière. Le reste erre dans l’insignifiance qui ponctue leur voyage assumé et sans conscience de la destination. Là, il est obvie que la liberté est embrassement de la vie ou abandon à la fatalité. « Racheter le temps », savoir y être cultivateur et moissonneur de l’éternité qu’elle augure pour la nature humaine spirituelle ou s’abîmer dans le temps réduit à lui-même, c'est-à-dire la temporalité et son insignifiance, sa propension naturelle d’extinguibilité qui tue toute matérialité, est, en effet, la mission consciente ou non de l’être humain. L'homme doit assumer sa vérité, son essence ou disparaître par inconscience coupable.

Le temps racheté est, par effet spéculaire, un temps de rachat et de rédemption, une occasion d’agir pour le Véritable qui demeure loin de ce monde qui passe, c’est le temps kairologique qui est opportunité et voie de conquête spirituelle. Un tel temps dure la vie entière, une fois que l’esprit est né à lui-même, car un esprit éveillé à sa nature ne s’arrête jamais, homo viator conscient que la vie sur terre, est un chemin, un prélude à l’éternité à condition de marcher et de garder la voie.

Le  Christ, en la proclamation de sa Vérité messianique nous dit que lui, le rédempteur, est le chemin. Comprendre Jésus et son sacrifice messianique, en dépassant mentalement par la foi le charnel psychologique, ce carcan de désespérance et de non sens de l’homme sans Dieu, pour recevoir la grâce divine du salut en Christ, Fils unique de Dieu, est le rachat de notre temps rendu, malgré les banalités et grisailles de cette existence terrestre, la route de la vie véritable. 

Racheter le temps pour endiguer les flots du mauvais qui sévit au fil des jours, c’est choisir la vie de l’esprit selon sa nature vraie, la vie de l’esprit selon l’esprit par la foi en Dieu en accueillant la rédemption christique. Les jours mauvais ne sont que le cours de toute vie d’homme voire de l’histoire humaine elle-même, mené à l’envers, loin de la nature spirituelle de l’homme et dans le refus de Dieu. Dieu dont le  nom est impudemment subverti par des religions et leurs bigots qui le prononcent hypocritement, est, pour ceux qui le servent et l’aiment en leur for intérieur, le seul garant d’un temps bien adonné à la construction d’une vie accomplie, trouvant sa véritable destinée, son seul sens! Hors de lui, le temps n’est que pure perte, lieu d’un mortel gâchis et course abyssale à la déchéance sans rachat possible du déchu.

Le rachat du temps se fait par l’adhésion à l’intemporel et, au niveau spirituel, le rachat du temps par l’homme, réfère à la capacité de transcendance de la finitude par l’ancrage dans le divin en qui l’homme, se reconnaissant et s’assumant esprit, vit sa vérité de voyageur de l’éternité sur cette terre. 

Le rachat du temps par l’esprit est un acte supratemporel, car il concerne le Rachat, la Rédemption christique de l’homme de foi. Il est donc dans le temps mais supérieur au temps et aux breloques de la temporalité. 

Racheter le temps, c'est intégrer sa vie et son être dans le milieu spirituel de Dieu qui nous appelle à son éternité dont ici-bas est la voie, le tremplin pour quiconque sait comprendre le don divin qu'est le temps à l'homme. Le temporel ainsi bien identifié est le champ d'ensemencement de l'éternel! Ah! Paradoxe! le fini en sa banalité insipide est voie de la transcendance, tremplin exaltant de l'infini pour toute conscience humaine divinement éclairée!

Vivre dans le temps, avec le temps mais conscient de notre extra-temporalité spirituelle pour toujours vivre pour l'au-delà du temps par adhésion aux principes de conquête de notre destin éternel, tel est le suprême rachat juste et viable du temps par l'esprit éveillé conscient de sa nature plénière et de son origine divine.  

En contexte de transcendance spirituelle, le temps est strictement opportunité de croissance ontologique, d'accomplissement du salut offert en Christ par Dieu, le Père que Jésus na de cesse de nous montrer et révéler, Père qui nous élève du stade de créature à celui de fils de Dieu. L’homme n’a point de temps neutre, mais un espace temporel de gestion du soi, de conquête de l’infinitude possible malgré la grise finitude des choses de ce monde. Le temps nous est donné pour notre affirmation effective comme l’humain-sujet spirituel et global; le temps est le potentiel ontologique du cheminement humain pour l’entéléchie plénière, car le ciel passe par les méandres de notre rapport à nous-mêmes, à autrui, à l’univers où nous devons vivre la foi en Dieu selon la voie de la rédemption reçue à accomplir.

Que ton temps soit toujours au-delà de la temporalité, selon la dignité de la transcendance spirituelle que tu lui imprimes!

Homme, ensemence bien ton temps, cet espace de ta vie ici-bas; ensemence et cultive la vie de l’esprit au point d’y pouvoir cueillir ton être, ta vérité d’essence en pleine conscience de ta nature véritable!

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Partager cet article

Repost 0