Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

J'affirme qu'Impopulaire, Minoritaire, Solitaire, sont les trois prédicats de la marge transcendantale où habite l'Esprit libre du sage; marge transcendantale parce que sphère des idées et de l'expérience méditative, spirituelle et intellectuelle de soi, au dédain des courants dominants du monde, dans le mépris des flots d'encanaillement quand mugissent les fréquentes folies des foules du fanatisme.

 

Je préfère et choisis l’impopularité de ma propre perception du monde plutôt que la vision collective pleine de compromissions corrompues avec les cohues qui acquiescent la reddition à un ordre qu’elles n’ont point créé mais que pourtant, elles suivent mécaniques, par instinct d’appartenance, au nom d’une identité construite selon les intérêts des profiteurs, prêcheurs de carcans, qui usent et mésusent de leur être.

 

Je revendique mon droit d’être minoritaire dans la vérité au lieu de me conformer au majoritaire dans les réflexes de mode et de masse où l’individu-ombre renonce à toute vérité propre pour plaire au regard inquisiteur des indics de l’ordre, cerbères de convention, tyrans de la correction et de la coercition sociale.

 

Je proclame la solitude, droit et devoir de l’hypostase humaine spirituelle. J’exige et assume l’avènement de l’Homme nouveau enfin Homme et rebelle contre la standardisation de tous dans l’indifférenciation du moulage sociopolitique, véritable usine idéologique à fabriquer des anthropomorphes en série.

 

Je dis que la pire des impostures, la plus déviante involution de l’animal humain sur la route de l’humanisation qu’est la vie, c’est de devoir se cacher et se dépouiller pour amadouer des dénaturés intronisés, flagorner la plèbe infecte des totems régnants institués par les conventions des foules, les diktats du grand nombre!

 

Car à jouer la ressemblance standardisée avec l’autre déjà aliéné dans son suivisme, son masquage de personnages qu’il n’a point choisis dans le dédale des identités motrices nécessairement factices que se paie le système du pouvoir des monstres, chacun se fait le complice du crime collectif contre l’humanité, valeur sabrée, avortée et ostracisée dans l’esclavage systémique du comportement correct.     

 

Je déclare que l’Homme est solitaire au monde de la chair; que la rencontre solidaire avec  l’autre, est sa voie dans l’irréductibilité respectée de son altérité spirituelle inaliénable, sa seule vérité identitaire. Car dans la société d’assimilation, sévit l’une des plus létales illusions: celle de l’homme impersonnel jouant débilement, inconsciemment, lâchement l’automation des personnages pour lesquels on l’aime, et qui, triste néant mouvant, se croit intégré, accepté, aimé, lui qui n’existe même pas!

 

Homme, on ne t’aimera pas pour tes personnages où tu n’es que chose servile des désirs et réflexes de groupe et de système! On n’y fait qu’user de toi! Si tu veux voir ce que l’on te réserve, sois ton propre acteur, cultive, édifie ta Personne, et montre-la au monde! Impose-toi entier incomestible aux despotes phagocytants de l’assimilation!

 

Et, alors que la face voilée des légions d’ombres errantes, asservies n’a onques osé une seule fois se manifester, je te rappelle ce qu’on t’a appris: Seule la tête haute de l’Homme debout dans la posture verticale de confrontation avec le monde, peut affirmer son altérité de Personne. Ailleurs, gesticulent les personnages mimétiques de la farce sinistre, nihiliste produite de quelques thanatocrates qui la font répéter et jouer par quasiment tous, les suivant au doigt et à l’oeil avec leurs moindres gestes mortuaires d’ombres, dans l’abîme de l’absolue négation.

 

Tu as appris que Dieu prescrit l’amour de soi et impose la justice comme unique charité - chose que galvaudent les cultes institutionnels et formels avec leurs prédicateurs d’abysses, tribuns du vide, qui oublient la religion spirituelle, nochers hiératiques prostitués de l’ordre établi - moi je te dis que l'un des péchés mortels les plus fréquents sur terre, est cette désertion de l'amour de toi-même quand, par couardise coupable et collaboratrice, tu abandonnes au létal royaume des souverains macabres, ces charognards couronnés pour faire régner l’ordre de la camarde, la prégnance de détermination de ta Personne, ton devoir divin ta vocation humaine:

Ta Suprématie au Choix de ton être. 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :