Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

L’amour est en soi un archétype supérieur du sens en tant qu’il fait du don de soi et de la sublime appétence à se donner à l’autre bien-aimé, un destin qui décuple, centuple l’enthousiasme existentiel, le goût à la vie. C’est le chantre des splendeurs, le relief verdoyant d’une finalité à travers la proximité jouissive contre la grisaille et le spleen de l’absurde. 

Il est dans le rapport de l’homme au monde, une propension qui caractérise la posture de son état métaphysique, un appel irrépressible que j’appelle « gnosique » qui consiste au besoin ontologique de comprendre le pourquoi de notre place dans l’univers. Un besoin qui déclenche une quête permanente de sens, quête restée inassouvie tant que l’homme se borne au schème du sensible. Une quête que seule la transcendance peut accueillir à bon escient! En spiritualité, c’est-à-dire au stade absolu, la quête humaine du sens de soi va bien au-delà du théorique voire du dicible, et c’est l’intuitif et le sentimental qui nous signifient la vérité de notre essence avant même les révélations. L’intuition, le sentiment sont le savoir indiscursif primaire, le présavoir qui nous fait chercher Dieu, puisqu’on ne cherche point ce ou celui dont on ignore l’existence. 

L’Amour, sommet de toutes axiologies morales, logiques et spirituelles, sauve de l’insignifiance et guérit des blessures que font les accrocs au sens provoqués par le manque d’humanité dans un monde dénaturé. L’amour fait sentir la braise originelle qui est divine et dont nous sommes émanation, projection de la substance spirituelle.  


Amour et rédemption


L’Amour répudie la conscience de culpabilité, appelle et affirme l’innocence puisqu’il rejette les forces du mal et la puissance du péché. L’Amour métaphysique supérieur et suprême est sous-tendu par la foi comme habitus spécial du spirituel. Jésus le Christ nous le dit explicitement dans l’épisode de la femme pécheresse pleurant au point de lui nettoyer les pieds de ses larmes avant d’y appliquer du parfum : « ses péchés malgré leur nombre lui sont remis car elle a beaucoup aimé » et ailleurs l’apôtre crie « l’amour apporte le pardon à une multitude de péchés». Ainsi donc l’Amour est un pilier de la rédemption en tant qu’il interagit avec la Foi, cette condition sine qua non du salut, dont il est l’expression la plus accomplie. 

l’Amour de Dieu est la Raison Démiurgique qui a engendré toute la Création; l’Amour humain, s’il est vrai et embrase le cœur de l’homme au point d’être responsif à l’Amour divin, crée à la petite échelle de l’Homme, un environnement d’humanité capable de faire briller la face divine du bien et du bonheur entre ceux qui le partagent. 

De l’esthétique (champ du sentir) au métaphysique (espace du transcendant), l’Amour est puissance irrépressible d’union, de Création Divine, d’exaltation humaine, de raison supérieure, de passion, de contemplation, de partage et de félicité avec l’autre devenu part de moi-même… Et pourquoi sans l’Amour tout s’avachit, se désignifie et se corrompt jusqu’à l’extrême dénaturation. 

Dans le combat que livrent les enfants de lumière aux ténèbres d’un monde qui brasse des complexes et manières de haines de toutes sortes, haines systématisées dans l’ordre social où prévalent exclusion, extermination par l’application d’une économie de domination oligarchique féroce, l’amour de la véritable nature humaine et de ses origines divines est le seul repère pour rester humain malgré la tératogénie systémique et ses monstruosités endémiques.  

Par la mobilisation intérieure de toutes les énergies conscientielles tant affectives que pulsionnelles l’amour-eros enflamme les amants. L’amour spirituel, quant à lui, attachement métaphysique de l’esprit qu’est l’homme avec l’Esprit Divin, est le plénier, le parfait, en tant qu’il tient de l’Être de Dieu en sa plénitude, son essence. Cet amour que le Christ nous indique comme sens de notre présence dans la grande présence cosmique. Un Amour spirituel et pur; un Amour si grand que, tout en le portant dans ses proportions possibles ici-bas, nul ne peut même pas en deviner l’indicible immensité de la félicité à venir au-delà de ce monde pour ceux qui croient et aiment Dieu.

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2017

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Partager cet article

Repost 0