Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

 

Conscience serve des gesticulateurs,


La vie se désignifie dans la vacuité des gestes.
L’avoir et le compte ont altéré l’être
Et les hommes assignés aux hébétudes des choses ne sont qu’objets d’autres choses.

 

Conscience serve des gesticulateurs,

 
La forme elle-même est lettre morte, trop longtemps privée de fond!
Les tarés du trône égrugent la nature pour des valeurs mortes. 
Le collectif blême ovationne de sinistres oligocrates qui politisent l’intimité et en font une tyrannique affaire d’État.

 

Conscience serve des gesticulateurs,


Ah! Que de fretins dérisoires baignent, règnent dans les eaux corrompues du pouvoir putréfié de leur surcroît d'émonctions mentales corruptrices!

Et le sort de la moralité publique est aux mares des vétilles malsaines!
Les flagorneurs exécutants, spécialistes de gestes idolâtres, orateurs vomisseurs de mots lécheurs, ressassent leurs oracles pour recevoir la fouaille bénie des maîtres de mort et de misère.
Les cohues dansantes ne discernent guère les herses dissimulées de l’asservissement aux abysses de la déroute programmée.


Conscience serve des gesticulateurs,


Les cracheurs de bruits houleux, 
Domestiques aboyeurs, serfs arrogants de chantage, tentent de cacher par le tintamarre, leur livrée convenue pour quelques babioles de jouissance temporelle. 
Les corrupteurs, conscience serve dominante, orchestrent la mise à mort des esprits par la surenchère numéraire!
Et, par leurs zélateurs interposés, molosses prêts à toutes les servitudes, les monstres de l’opulence corruptrice refaçonnent la vie commune en nécropole politique d’ombres mouvantes.

Quand les morts gesticulent et que les ombres s’activent, toute proclamation de la vie est une impiété punie par les thanatocrates illusionnistes!

Seule la mime des serfs dont la présence se résume à des gestes cinglants toujours mêmes, toujours vides, gouverne en coryphée la symphonie des simulacres, requiem maudit pour hologrammes de chair et de sang. 
  
Conscience serve des gesticulateurs,

 
Le sceptre sanglant des anti-démiurges a substitué en subreptice, une espèce de reflets organiques à la place des âmes où jadis, l’esprit maître du corps exigeait sens et transcendance en signifiant son être!

 

Conscience serve des gesticulateurs,


La nécrose des entendements pour la gloire jouissive des élites thanatophiles, désormais se déverse par l’horreur qui gicle à plein régime sur la terre valétudinaire pour une espèce perdue à elle-même!

 

Conscience serve des gesticulateurs,

 

Macabre toison des étants aliénés

Formes désubstantialisées qui s’agitent, 

Ô! Triste! Ô! Mortelle désinvolture des déviés!

Ô! Funeste joie débile, autodestructrice des essences désignifiées!

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Tag(s) : #Poésie, #poésie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :