Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche 

 

L'homme de foi cultive la paix intérieure car il vit en pleine conscience de son essence spirituelle. Cette vie consciente selon l'esprit, malgré les faiblesses de la peccabilité humaine, est le sens de l'allégorie du "Royaume de Dieu qui est en l'homme" où l'être humain intègre la Vérité suprême de son être; Vérité supérieure à laquelle il soumet le réel quand il sent, pense et agit. Ainsi, la réalité - cette factualité de la présence mondaine, cette effectivité du monde et de ses choses - existe avec ses modalités et est vraie dans le rapport à la matière et au monde, toutefois, l'homme de foi la voit comme devant être assumée strictement conditionnée par l'esprit et sa Vérité transcendante.

 

L’homme parvenu vraiment un tant soit peu à la vie selon l’esprit, par le primat de l’immuable divin en sa conscience, vit la paix intérieure tout en menant un refus mental et comportemental du charnel psychologique et de la sensibilité matérialiste de facto propre au monde. La paix spirituelle est possible et vraie parce qu’elle n’est pas un affrontement mental qui serait bouleversement mais une transcendance dans la sphère divine immatérielle. La paix spirituelle est donc subordination de la sphère de la réalité avec sa puissance du sensible qui opère par l’invasion des choses et faits du réel. La vérité immuable et spirituelle est une sphère différente de celle de la réalité qui n’est que configuration particulière des phénomènes physiques et matériels de la nature ou à l’échelle humaine, de l’interaction des hommes d’une part, avec la nature et d'autre part, avec le fonctionnement des choses de la culture.

 

La paix spirituelle est un stade de conscience où l’homme affirme et vit au fond de soi, la primauté de l’immuable divin malgré l’instabilité temporelle d’un monde impermanent et les tumultes des situations dans l’interaction des forces de l’histoire toujours en bouleversement dans sa motilité évolutive.

 

À travers l’œuvre christique de Jésus, dans le cours du ministère rédempteur qu’il a accompli parmi les humains, il est une constante, une ubiquité modale de sa doctrine que nul méditatif, nul analyste ne peut contourner: c’est l’omniprésent combat de la Vérité métaphysique contre l’erreur, l’illusion et le mensonge qui sont l'indue prégnance du fini et de l’impermanent par inaptitude à vivre la spiritualité, par esclavage d’un seul mode de vision où prévalent la réalité et les évidences du réel.

 

La christologie, toute christologie sérieuse, dogmatiquement digne, est une méditation sur la spiritualité de l’Incarnation du Verbe divin en l’Homme Jésus dont le ministère soldé par le sanglant sacrifice expiatoire et propitiatoire de la croix, consiste au don suprême de la paix inébranlable que la vie selon l’esprit, vie active et ardente de la foi, orchestre chez le croyant racheté en Christ. Mais naître à l’esprit et vivre selon l’esprit, c’est entrer en guerre contre toutes les forces obscures du monde fondé sur la prédation de l’homme par l’homme, l’abandon aux pires tendances charnelles des pulsions, l’incapacité de toute élévation pieuse voire de toute méditation rendant l’homme à son intériorité, ses intuitions de la profondeur où il est pur esprit et où l’attend Dieu, l’Esprit Créateur et Père…

 

Sans manichéisme, la voie entièrement spirituelle de la rédemption ne pactise jamais avec les déviances pécheresses d’un monde figé dans sa matérialité, servile de son matérialisme latent et patent, inapte à la transcendance des fils de lumière. D’où l’exigence de la nouvelle naissance pour tout voyageur du sens qui veut rencontrer sa véritable nature. Car l’homme, esprit incarné, ne vit pas naturellement selon l’esprit. Seule la naissance à soi, c'est-à-dire la découverte par le vivant de l’esprit qu’il est et qui doit apprendre à vivre en pleine conscience de soi, permet sa rencontre de Dieu que l’œuvre du Fils rend favorable et paternel à tout esprit assumant la foi.

 

L’épée et la paix sont en harmonie dans la doctrine du Christ. Le même Jésus qui dit « je vous donne la paix, je vous laisse ma paix, non pas celle du monde mais la vraie paix », a aussi dit « Je ne suis pas venu apporter la paix mais l’épée ».  Si tu peux vivre en paix profonde tout en sachant que ta vie selon l’esprit où prime Dieu, est le combat du non combat contre les forces du mal, ce combat du « tiens-toi tranquille pour voir la délivrance que Dieu te prépare »; délivrance et préservation contre la domination dénaturante du péché malgré la peccabilité - cette condition de la nature humaine passible de chutes mentales et comportementales dans le mal - qui demeure pendant toute cette vie ici-bas; délivrance aussi de tous les dangers de toutes sortes en ce monde versatile de ses commotions, où les apothéoses du midi se tournent si vite en cauchemar et horreur imprévisibles du soir par le surgissement de l'inattendu; oui, si tu peux ainsi, par la foi, penser et agir en laissant Dieu te communiquer les grâces de sa présence, sûr de ce qu’il ne peut être que vainqueur en tout, alors tu es du paradoxe des guerriers spirituels dont la paix inébranlable, est puissance d’écrasement du mal sous toutes ses formes.

   

L’épée de la vérité contre la facticité des paix sans la prescience divine protectrice, procure la tranquillité par la certitude de la victoire en celui qui a dit « J’ai vaincu le monde ». La Vérité spirituelle vécue intérieurement et la paix sont deux victuailles connexes de la foi qui sait que c’est Dieu qui décide et qu’il décide favorablement. Et, au bout du compte, la foi elle-même est son propre combat de maintien contre un monde où tout appelle à douter par l’instabilité des choses et situations. Le combat de l’esprit vivant conscient de ses origines, est précisément l’affirmation de la certitude en la Bonté totale et la Toute-Puissance de Dieu qui promet sa Présence protectrice de tout mal. C’est seulement par l’affirmation intérieure de la foi que l’esprit s’affermit dans la paix malgré les angoisses ponctuelles, au milieu des tumultes situationnelles de l’impermanence. Seule l’affirmation intérieure de la foi par l’apprentissage de la vie intérieure selon les grâces de Dieu, procure la vision du Véritable qui est toujours au-dessus des stigmates du temps exterminateur, temps de finitude et de déstabilisation qui entraîne imparablement les étants de la matière...

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :