Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Égypte: Question et débat sur l'actualité

par Camille Loty Malebranche

Salut chers membres et amis du Blog, L'actualité égyptienne est intrigante. Sachant comme moi, que les frères musulmans sont la bête noire des Usa et de leurs alliés, le président Morsi précisément issu de ces frères musulmans, ayant réhabilité et convoqué le parlement dissout au préalable par l'armée, la nouvelle qui suit, annonçant l'empêchement de la convocation présidentielle du parlement égyptien, est préoccupante, et ma question à nous tous:

N'y a-t-il pas derrière cette suspension de la convocation faite par le président islamiste, Morsi, la quête d'une occasion de coup d'État occidental en Égypte? J'aimerais entendre vos réactions si vous en avez! CLM

Source link

LE CAIRE (Reuters) - Le bras de fer entre l'armée et les Frères musulmans connaît une nouvelle péripétie mardi en Egypte alors que la Haute Cour constitutionnelle a décidé de suspendre le décret du président Mohamed Morsi, qui ordonne au parlement de siéger de nouveau.

"La Cour a décidé de suspendre la décision du président de convoquer le parlement", a déclaré le juge Maher el Beheiry, chef de la Haute Cour.

La Haute Cour constitutionnelle a invalidé le 14 juin dernier un tiers des sièges de l'Assemblée du peuple, la chambre basse du parlement, jugeant la loi électorale contraire à la constitution.

Ce jugement a conduit les généraux du Conseil suprême des forces armées (CSFA), au pouvoir depuis la chute du président Hosni Moubarak en 2011, à dissoudre le parlement deux jours plus tard.

Le nouveau président égyptien était cependant revenu sur ce jugement en ordonnant dimanche par décret au parlement de se réunir à nouveau jusqu'à ce qu'une nouvelle assemblée soit élue.

La Haute Cour constitutionnelle a réagi lundi à ce décret en déclarant que ses jugements s'imposaient à toutes les institutions de l'Etat. Réunie d'urgence, elle avait précisé qu'elle n'était pas habilitée à revenir sur le décret du chef de l'Etat, mais qu'elle examinerait mardi les recours contestant la constitutionnalité de la décision présidentielle.

L'un des porte-parole des Frères musulmans, Mahmoud Ghozlan, a estimé que cette décision était liée à l'armée. "Cela fait partie d'une guerre des pouvoirs entre le conseil militaire et le président qui représente le peuple, et au cours de laquelle le conseil militaire se sert de la loi et de la justice pour imposer sa volonté", a-t-il déclaré à Reuters.

La décision de suspendre la convocation du parlement intervient alors que l'Assemblée du peuple, la chambre basse du parlement égyptien, s'est réunie mardi matin.

Yasmine Saleh, Hélène Duvigneau pour le service français

Tag(s) : #Actualité
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :