Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

par Camille Loty Malebranche


 

Tu ruisselles comme l’onde du  printemps

Et mes ardeurs estivales se vident en ta douve

Tu es source qui s’épanche à l’heure des étreintes,

Incarnation somatique de l’eau des origines

 

Je te tiens collée à mon cœur en chamade rêveuse

Et nous naissons en nous!

Tu m’enfantes sans m’avoir porté

Et tu surgis de moi comme Ève de l'originelle côte!

 

Notre amour restaure notre enfance ingénue

Et, comme au matin, la fleur nouvelle,

Nous sommes le terreau des éclosions neuves,

Fusion d’âmes qui se renouvellent à l’aurore,

S’ébattent de nyctalopie érotique aux toisons de la nuit

À chaque cri, chaque giclée aux chants de de nos ardeurs.


L’univers renaît en nos frictions.

 

Tes yeux sont les torches vespérales de mes frissons

Tes mamelons, mes sucettes d’enfant affamé de toi

Ah! Ton corps est apéritif, plat de résistance, dessert et breuvage!

Et tu me rassasies, des reflets irisés de l'aube au camail du soir,

Me désaltères de la terre grise au pastel des cieux!

O! Mon amour tranchant du silence par nos voix gémissantes,

 Jouissif de spasme, gavé comme de sang!

Nos mains ardentes et ivres rouleront encore nos tambours érogènes,

Percussions pectorales en nos thorax,

Tant que tremblante, geignante,

Tu embraseras mes astres, au rythme tintant des tremblements!

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Tag(s) : #Poésie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :