Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Par Rafaël Lucas

images-copie-51.jpg

La lecture de ce poème LE POÈTE de Camille Loty Malebranche éveille en moi beaucoup de résonances, comme si j'étais une ruche d'abeilles herméneutiques. 

J'aime bien la vigueur libérée qui parcourt les mots en liberté. Ici on n'est pas dans les dosages pharmaceutiques de beaucoup de textes gangrenés par une série de consensus ou de plaies consensuelles : la plaie du texte prêt à consommer, la plaie du devoir de plaire, la plaie de l'obsession d'un "large public", la plaie de l'intellectuellement correct. Or nos sociétés sont travaillées par beaucoup de violences, les unes plus sournoise que les autres, les plus perfides étant les plus banalisées.
une autre résonance très forte est bruyamment nietzschéenne. je veux parler du Nietzsche de Crépuscule des idoles ou Comment philosopher avec un marteau. Or justement dans ce texte, on entend le marteau, il y a un marteau parlant comme dans un passage du Zarathoustra de Nietzsche. On y trouve aussi l'aigle nietzschéen de Zarathoustra ainsi que la très nietzschéenne exécration de la décadence, de la dictature de la médiocrité et de la soi-disant innocuité des "faibles", sans oublier la colle engluante du consensus "démocratique".
J'entends aussi la résonance des bruits  du "démantèlement" et de la démolition. Démolition des "totem-cerbères" et des idoles de toute sorte. Autour des idoles, règne l'aliénation due à l'altération de notre sens critique. Quels sont les nouveau veaux d'or devant lesquels l'éthique et l'exigence s'agenouillent ? Le poète est donc ici porteur de marteau et "lanceur de feux". Il faut briser et brûler les murs, démolir les idoles qui protègent l'abêtissement, l'avilissement, l'aveulissement, l'avachissement, la zombification en somme. D'où la "tonitruance" du poète qui ne peut se contenter de murmures languissants à la mode symboliste ou romantique.
Outre la résonance, il y a aussi de la lumière, la lumière énergétique et interstellaire des quasars, qui requiert des yeux de "nyctalope". Attiré par la lumière lointaine, bien au-delà des ténèbres environnantes, le poète est aussi photophore, porteur de lumières.
Pour lutter contre les nouvelles zombifications médiatico-démocratiques, le poète a besoin de beaucoup de sel, car le sel met fin au processus de zombification.

 

Rafael Lucas


Tag(s) : #Monde du Concept
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :