Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche
 

 

_Le temple

 

Toutes mes colonnades de marbre, mon décor d’or, mes autels, mes cultes, mes rites envoûtent ceux qui entrent en moi dès mon parvis, aux portes de mon propylée ! 

 

_Le château

 

Moi je fais fantasmer mes hôtes, invités d’un temps qui voudraient m’habiter. 

 

_Le temple

 

Ton charme est  profane, tu n’as nul intérêt pour le prêtre. 

 

_Le château

 

Si, mais j’héberge les rois, et les prêtres sont à leurs pieds et les papes, leurs alliés! 

 

_Le temple

 

Tu ne comprends rien au sacré et au hiératique. 

 

_Le château

 

J’y comprends même trop! Mais tu es, toi, le butoir du sacré, chose intime que tu voiles d’apparats, galvaudes d’ostentations ! Ah ! pour tes pareils, l’être est un abysse flottant qui mise sur le paraître ! et le vide va se payer de dogmes et de prêtres pour, à force de mimes, se croire une substance. O! fausses monnaies des façades! O abominable  trompe l’oeil des parvis ! Mensonge effronté des frontons! Tu jettes ton linceul d’artifices sur la foi véritable, affubles d’impostures le visage par tes masques, tes contrenatures. 

 

_Le temple

 

Je suis le bain où l’homme s’enrobe des effluves divins. 

 

_Le château

 

Hélas ! Tant de serfs spirituels justifient tes propos ! Et c’est toujours pour mourir à Dieu et à eux-mêmes! Tu es leur servilité mentale et c’est par toi qu’ils ne vivent qu’en misérables serfs du mal ! Alors que la spiritualité est renaissance constante et virginale de l’esprit en pleine santé divine; intuition, ancrage et immanence à découvrir et féconder dans la vocation transcendante de l’homme. Tu substitues les monstruosités théologiques de sotériologie déformée, bricoles une herméneutique matoise et intéressée que tu instilles à la foi du croyant pour le dévier, le débiliter ! 

 

_Le temple

 

Toi, tu n’es que luxure. 

 

_Le château

 

Moi, au moins, je me dévoile mais toi, tu es la putain pudibonde. Ah! L’excès des fausses pudeurs! Abominable vertu des masses sans âmes ! C’est pourquoi, j’exècre les encensoirs d’or, les crosses papales et les soutanes de lin, car tu portes la saleté du mitré et les feux infects des affabulateurs de légende. Tu as la crasse laideur et la pernicieuse mesquinerie des pontifes. Excès de forme pour faire oublier l’absence ! Toi, le satanique, mystificateur, tu usurpes les intimes méandres solaires de l’esprit au seul temple naturel qui soit: l’Homme! 

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE 

Tag(s) : #Monde du Concept
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :