Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

Si même un pourcentage minoritaire mais consistant de la masse fiévreuse qui va aux églises croyait vraiment et usait de son influence dans le monde, il y a longtemps que la société eût été plus humaine et moins cruelle.  

 

Au lieu d'être le «sel de la terre», c'est-à-dire ceux qui apportent au monde la vérité du sens qui est spirituel, la plupart des églises préfèrent intégrer et défendre le monde abominable tel qu'il est, tout en pensant pouvoir jouer les matois même avec Dieu, en utilisant son nom par la prédication d'une morale excessive inapplicable des mœurs à la manière pharisienne qui « nouait de lourds fardeaux sur les épaules humaines sans les mouvoir du doigt », plutôt que de combattre le système politique socioéconomique qui favorise la prostitution, le vol autorisé par la finance, la paupérisation en masse dans un monde de riches...

 

Comme tout populisme, le fait des populistes religieux, prêtres et pasteurs de tout acabit, consiste à flagorner les instincts des masses dévotes, à leur vomir ce qu'elles veulent entendre, elles qui vont à l'église pour se dispenser de vivre la religion intérieure que, du moins, de toute façon, ignore leur platitude excentrique et totalement extravertie sans fond spirituel ni substance transcendante malgré leur transe délirante. Ainsi, ces zélateurs d'église, pour la plupart, y vont pour se donner bonne conscience, se faire membres d'organisations religieuses qu'ils croient garantes d'un salut sans foi ni vie spirituelle intérieure, où ils n'ont ni besoin de s'améliorer ni volonté de changer quoi que ce soit de leurs tares, leur égoïsme matérialiste et vénal, mais juste d'entendre ce qu’ils s’attendent à entendre des oracles hiératiques d’un dieu fait à leur image, refaçonné selon leur misérabilisme, leur égoïsme, leur vénalité, leur conception matérialiste du succès, leur bellicisme contre des pays étrangers, leur racisme, leur haine de tout insoumis à l'ordre social, tout ce qui est à la mesure de leur petite carcasse mentale dévoyée qui trouve dans le culte extérieur une justification à leur pratique quotidienne de l'idéologie macabre du forcené matérialisme bourgeois. Les églises pleines de popularité qui poussent de terre comme du champignon vénéneux dans du crottin et prolifèrent dans la sphère sociale en nourrissant les politiques de droite les plus inhumaines et aberrantes, n'ont rien à faire avec la pensée du Christ qui, lui, d’ailleurs, fustigeait les hypocrisies et mensonges métaphysiques bardés de compromissions sociales et politiques des pharisiens et des saducéens, ces pontifes et sectateurs populaires de son temps de ministère terrestre. Et pour cause ce furent eux, les pires haineux qui ont comploté la mort de Jésus sur la croix, rejeté par ce genre de scélératesse cultuelle institutionnelle combien immonde qui se croit à même de se jouer du nom de Dieu et de l’utiliser au nom de leur idéologie du pouvoir politique et économique.

 

La horde des fidèles qui accourent dans les églises pour vibrer au rythme des pasteurs et prêtres dans leur homilétique hebdomadaire, si elle était le moindrement spiritualisée, améliorerait de beaucoup la société où leur religion institutionnelle a tant d’influence. Mais il ne faut pas s’y tromper, la religion est le bras droit des oligarchies et de leur politique auxquelles elle confère une assise non seulement morale, mais une origine métaphysique de bénédiction divine en même temps que la soumission des masses bigotes. Si la religion officielle dÉtat a quasiment disparu des pays de l’occident, les religions officielles, elles, règnent en maîtresses dans certains cantons dudit occident, il suffit de voir linfluence électorale des adeptes déglises évangéliques dans lempire étasunien! On peut même parler délectoralisme politique en l’occurrence!

 

Là où Jésus le Christ dit, heureux les artisans de paix, ils appuient les élus qui étouffent le monde par des guerres de toutes sortes d'intensité; là où Jésus fustige ceux qui gardent le salaire des ouvriers et exploitent leurs semblables, l’église sert les classes de la finance qui endettent et paupérisent les travailleurs, là où le Christ parle d’adorer Dieu en esprit et vérité, les églises promeuvent le déferlement extérieur du formalisme religieux; là où le Christ dit de ne pas piller, les églises accompagnent les impérialistes qui grugent égrugent le monde. Là où Jésus le Christ dit de se retirer du monde, ce monde abominable de la vénalité et de l’esbroufe, les églises s’y vautrent allègrement malgré leur langage moralisateur vide, comme une glossolalie insensée de fumistes moqueurs. Le pouvoir et mammon sont les seuls dieux des populistes religieux idolâtres du fric et de l’influence, et la cohue macabre qui les suit n’a rien de différent de celle qui suivit Jésus en voulant le proclamer roi pour profiter d’un pouvoir qu’elle s’imaginait mondain et pécuniaire, et qui déçue, par la spiritualité du christianisme authentique, cria crucifie-le, le jour où Pilate le païen eût voulu le libérer.

 

Honnies soient les églises maudites, leurs prêtres et pasteurs du diable avec leur kérygme et parénèse fienteux, leur massive attraction sur les foules perdues, déboussolées et parfois, primitivement méchantes! Honnie soit la "chrétienté" sataniste de mammon et toutes les sectes à morale alignée au monde malgré les apparences de piété et l'ostentation factice d'une pureté complice d'innombrables crimes systémiques, coupables de justifier religieusement l'horreur en prenant en vain le saint nom de DIEU qu'elles l'appellent Yahvé, l'Éternel, Jéhovah tout en instrumentalisant celui du Christ.

 

En vérité, n'étaient le pouvoir social et l'opulence matérielle liés à l'utilisation maléfique du saint nom de Dieu, aucune de ces églises alignées au monde sans le paraître et leurs pontifes et leurs prêtres et leurs pasteurs, ne garderaient ouvertes leurs abominables portes de boutique du culte où elles distillent un sacré putatif et maudit qui empoisonne l'esprit de leurs ouailles.

 

Prostituées pudibondes au monde, la plupart des églises et sectes institutionnelles, dûment autorisées par l'État, ne sont que des enjôleuses de la religiosité, qui mentent et instillent en hypocrites à leurs dévots dopés, le venin de l'obéissance aux infamies du système politique et économique, en les séduisant à travers un formalisme religieux débile, selon le charme factice d'une théologie dénaturée, de fait antichrétienne et manipulatrice! 

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :