Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

      

En vérité, dans certaines occurrences, la folie n’est que l’extrême poussée de l’idiosyncrasie que l’individu assume solipsistement au mépris total du social. À ce compte, le fou est le proclamateur du soi envers et contre toutes les altérités, envers et contre le convenu collectif, envers et contre ce qui est et que l’indolence publique appelle le normal.

 

La folie sublime, toujours consciente de soi, est la raison supérieure qui ose affronter les rationalités étriquées et bornées du consensus social. La folie sublime est donc l’ipséité volontariste et égotiste qui s’impose en refusant toutes formes de compromissions. D’où, toute la sagesse consensuelle des simples et de la foule des fonctionnels programmés en organismes-réflexes, sombre, perçue comme de l’entraliénation collective volontaire aux yeux des fous sublimes.
 
Le fou sublime assumé, rejoint le génie et le sage, l’un et l’autre - en leur solitude transcendante - toujours un peu idiots au sens étymologique si loin de la connotation sémantique courante de sottise qualifiant l’immonde et répugnante horde des ignares agressifs et méchants des foules serviles du monde. L'idiot génial et sage est donc l'antithèse de notre monde bête, fors les minorités saines, où les meutes serviles, cohorte de minus, sont si majoritaires qu'elles ne font qu'orchestrer leur propre autodérision lorsqu'elles disent "idiot" à l'un des leurs! Puisque en leur réflexe d'animaux extrinsèques, l'idiotie est collective et l’idiot individuel ou grégaire, effectivement stupide car vidé de toute intelligence propre intrinsèque, n'est que le spécimen social de la cohue introjective des miasmes du misérabilisme mental collectif, cohue sans intériorité propre qui intériorise les sottises de l'ordre systémique faisant du remplissage ordurier et ignoble chez ses membres, groupes et individus, lesquels, pour la plupart, finissent par s’identifier aux inepties culturelles et idéologiques les plus crasses, jusqu’à en devenir poisseux, jusqu’à en faire leur propre nature!!!
 
Maintenant pour revenir au sens idoine - par delà le lexical connotatif sous-tendu par le faire psycho-social - le balourd, le sot, s'il faut l'appeler couramment, est tout le contraire de l’idiot car celui-ci, centré sur soi, est auto-affirmatif tandis que le sot, excentré, n’a même pas d’intériorité. Le sot, tellement vide, tellement pauvre de soi, même surdiplômé hyperscolarisé, ne sait que répéter, sans dignité intellectuelle, sans créativité, sans puissance imaginative, inapte à penser par lui-même, incapable d’interrogation et d’intellection autonome de la face cachée de l'action et des situations, du sens logique et moral des choses.  

 

Dans une société tueuse d’intelligence non alignée aux modes de consommation, que je dirais intellocide, société grotesquement matérialiste, grossièrement consommatrice et numismolâtre jusqu’au nihilisme, jusqu’à l’inessentialité, seul le fou sublime peut oser crier que l’argent, ce dispensateur de tous les mérites factices et leurs monstruosités en vogue, n’est pas une valeur humaine mais juste un moyen d’échange totalement extrinsèque et inessentiel!

 

Que faire quand des hologrammes amuseurs de lordre social sont proclamés sages du monde et que des ignares clownesques sont couronnés seigneurs du savoir par les institutions politiquement corrompues, désignifiées, soi disant préposées à promouvoir la culture?  Alors que les grands manipulateurs institutionnels du sens se permettent nimporte quoi au mépris de toute cohérence, quitte à proclamer roi et savant le dernier larbin simiesque apte à symboliser leur politique, seuls le mépris desdites institutions et le rejet du prestige factice et déviant pour l'ancrage ferme dans les valeurs véritables devenues folie et marge face à l'idéologie sociale perverse, permettront le maintien dans la dignité spirituelle, intellectuelle et morale en gardant les repères du sens. D'ailleurs, le Christ Lui-même, Sagesse Divine Incarnée, na-t-il pas prêché la folie sublime de l’Esprit au dédain de limmonde sagesse infâme des institutions!

 

Oui, en vérité, seul le fou sublime ose encore proclamer que l’avoir est illusion s’il se fait aux dépens de l’homme, s’il galvaude et trahit l’Être. Car le fou sait que la richesse, vocable combien dénaturé, n’a ni essence ni au-delà ni mérite propre! Seul le fou garde la posture verticale quand les institutions de reconnaissance et de pouvoir social joue de la connerie de tous pour fabriquer des symboles du vide en inventant des référents factices, inessentiels.

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :