Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

 

Les phobies sociales illégales incriminables, sont strictement les appels publics, médiatiques ou non, à la haine et à la violence ou la mise en acte de la haine ou de la violence envers et contre des groupes, des minorités voire des majorités à cause de l’identité qu’ils revendiquent ou qu’on leur prête.

 

L’article dont voici le lien que j’ai publié voici déjà 3 ans, m’a valu l’épithète d’homophobe d’une dénommée Ornelle Guyet, sur Rue89 lien.  

 

Je tiens à préciser que je n’ai pas à m'excuser d’être souverain penseur et esprit libre. Et pour la gouverne d’O. Guyet et de Rue89, je dis que fors le flagrant délit de phobies sociales telles que décrites dans notre exergue, chacun a le droit de signifier voire de proclamer sa désapprobation d’un comportement public particulier et de le juger néfaste voire frisant la nocuité dans l’espace public, ce, de quelque soit la communauté ou groupe minoritaire, majoritaire et autres, que provienne le comportement désapprouvé, pourvu que ladite désapprobation ne soit appel à la violence et n’est elle-même acte avéré de violence, tel par exemple, une avanie ad hominem ou ad personam contre un ou des membres desdites communautés pour leur appartenance à ces catégories.

 

La liberté d’expression garantit le droit d’être contre des comportements publics et de l’exprimer, au moins autant que celui de ces minorités, majorités ou groupes, d’être ce qu’ils affirment être et qu’ils revendiquent comme identité dans la société.

 

C’est cela une société d’ouverture. C’est là, tout l’empan relationnel du respect du jeu démocratique selon la place sociale accordée aux différences de toutes sortes.

 

Naturellement, ce genre de nuance échappe à l’abrutie stipendiée, l’infatuée de service qui accuse dans un baragouin simpliste, étranger à tout raisonnement humain voire toute logique intelligible. Nous sommes immunisés contre la toxicité des écrivaillons engraissés, folliculaires soudoyés pour jouer les saltimbanques accusateurs tout en s’agitant du haut de leurs échasses médiatiques. La canaille ne va pas nous museler par la peur du jugement tronqué dont elle se repaît ad nauseam en le régurgitant par des ruminations crapuleuses et haineuses à des secteurs populaciers qu’elle traite en meute excitée à satiété contre l’esprit libre.

 

Heureusement, les bêtes, les imbéciles, les balourds violents, les sots agressifs, même s’ils sont les plus bruyants au monde coprophile des spécialistes du dénigrement, sont loin d’être la majorité des lecteurs pour la plupart silencieux, qui nous suivent et nous lisent en méditant. 

 

 

Devant cette dérive pseudo-journalistique idiote et immonde accueillie dans ses colonnes, nous précisons à Rue89, que l’encre d’un journal sérieux se doit d’être didactique ou à tout le moins, analytique. En aucun cas, le vrai journalisme ne saurait souffrir d’être traîné dans la boue diffamatoire où se vautre le gribouillis pathologique, le ramassis de débilités dénigreuses d’une inepte aliénée sans langage ni pensée !

 

Nous concluons pour l'instant en conspuant idéellement les reptiliennes sécrétions malsaines et compulsives de la vipère Ornella, qui, en l’occurrence, n’a fait que se maculer le visage du glaviot putride, empoisonné de son propre venin. 

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Tag(s) : #Monde du Concept
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :