Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Camille Loty Malebranche

 

L’homme ordinaire, Monsieur tout le monde - à l’instar de l’ordre socioéconomique, sa référence par façonnement institutionnel, par manipulation systémique, par gestuelle et gesticulation introjectives, par sensibilité suiviste portant au mimétisme idéologique dans une société où règne le modèle de seigneurie bourgeois selon le mode socio-économique capitaliste - est grossièrement et foncièrement factice, indolent dans ses jugements réflexes préfabriqués par l’ordre social. Ce type de « jugements de horde » foisonne dans un milieu délétère où les foules - en leur sensiblerie faussement révoltée, car de fait réactionnaire - ne condamnent que le mal immédiat et laissent faire, voire soutiennent le mal systémique institutionnellement, étatiquement structuré et établi qui les écrase en même temps que paradoxalement, il les fascine. 

 

Formellement contre le vol, la très décriée corruption des fonctionnaires publics et l’injustice en général, l’homme ordinaire procède néanmoins par passivité et même, par activité sinistrement complice à l’égard de l’ordre mauvais qu’il préserve et intègre en lui-même comme un mode naturel de vie, sans oser se rendre compte que la prédation économique et les pillages financiers provoquant la paupérisation des masses même à l’intérieur des pays nantis, plusieurs des guerres et des détresses humaines en cours partout sur l’écoumène, sont précisément orchestrés par le capitalisme qu’il tolère quand il ne le chérit et le contemple telle une divinité aux attraits irrésistibles à travers l’admiration qu’il a pour les grands possédants de biens de consommation et de capitaux. Un capitalisme où il s’agit non seulement de vol mais aussi et surtout d’expropriation de l’humanité de l’homme, de dépossession de soi de l’individu, de dissension des forces sociales par les clivages de classes au nom de la production-consommation pour la gloire des riches oligarques qui ne connaissent que l’accumulation des profits. L’homme ordinaire, Monsieur tout le monde, façonné et manipulé dans le contexte du modelage idéologique capitaliste de l’individu, est un incohérent, un juge schizo-moralisateur et sa justice d’émotion ne connaît que le réflexe de l’immédiat et des apparences sans le jugement réflexif de la raison interrogeante et dignement logique. Il frappe sans pitié le pauvre pour un soupçon de peccadille imputée mais absout le crime contre l’humanité voire le génocide avéré des puissants qui orchestrent la famine, les épidémies, les horreurs des bidonvilles et toutes les formes de misères sociales de par la planète! Monsieur tout le monde, l’homme ordinaire, quand il vient du Nord économique, se révolte si justement contre crime singulier commis en son pays, et pourtant, il conseille volontiers à son jeune fils de s’enrôler dans l’armée pour aller massacrer et commettre des crimes de masse et toutes sortes de forfaits de destruction institutionnelle par bombardements « humanitaires » des peuples étrangers ciblés par l’impérialisme de son pays qui va voler des mines de toutes sortes de pétrole, de terres rares, de métaux et de pierres précieuses des peuples du Sud économique! Et il ose même appeler cela «patriotisme»! À l’inverse, Monsieur tout le monde, l’homme ordinaire du Sud, quant à lui, s’éblouit de la soi-disant intégration d’un compatriote dans les institutions les plus paternalistes voire les plus immondes du nord! Cette institution fût-elle une grande dévoreuse financière telle le Fmi ou la Banque mondiale, qui obère son propre pays! 

 

L’attachement de Monsieur tout le monde à certains titres, certaines formes ou normes et à ces sortes de sceaux que sont les empreintes ou marques déposées qui s’emblématisent par institutions, services et objets-symboles, font parfois de lui sans qu’il ne s’en aperçoive, un véritable soldat agressif, un zélateur sinistre, un fanatique prosélyte de l’ordre socioéconomique malsain dont, cependant, il blâme les effets délétères dans les comportements de groupes et d’individus.

   

Incohérence d’une morale macabrement schizoïde...

 

Le moralisme capitaliste n’a pas besoin de support factuel causal ni d’effectivité déterminante des choses pour étayer son jugement; non, le mode de morale capitaliste est un schizo-moralisme idéologique qui procède par essentialisme de sens où l’ordre socioéconomique capitaliste et sa morale formelle, éthérée, est le touchau du « bien » qui justifie tout! La sérénité intellectuelle, l’équité logique et l’équilibre moral sont étrangers à ces bêtes de horde ou de cour dans un ordre du monde faisant de la planète une sorte de basse-cour d’ineptes injustes dans leurs débordements iniques! Le capitaliste est vivement touché en sa sensiblerie face à la misère, et il fait charité aux pauvres par le financement d’œuvres caritatives, mais en même temps il fait tout pour maintenir l’ordre capitaliste, cette praxis socioéconomique d’accumulation avide et compulsive précisément responsable de la misère que sa classe instaure! Et, feignant d’ignorer que les atroces indigences des plus pauvres du monde, le poignant, l’inavouable ilotisme des chômeurs, des travailleurs précaires et des masses qui ouvrent durement dans une inqualifiable mistoufle jusqu’à l’autoflagellation sans pouvoir vivre de leur labeur, vient factuellement de l’iniquité économique qu’entretient le principe de maximisation du profit et sa face d’escroquerie à travers les politiques commandées selon la finance capitaliste. En vérité, la charité du capitaliste fonctionne comme si, sans le pauvre à « aider », lui qui, pourtant, institue structurellement la pauvreté, ou le travailleur à faire vivre en le maintenant dépendant du salaire, ledit capitaliste se sentirait petit et pitoyable dans son estime de soi esquintée par le bonheur de l’autrui qu’il ne domine pas, qu’il n’écrase pas, qu’il n’infériorise pas par la classe et l’avoir sous prétexte de la faveur qu’il lui fait! 

 

Moralisme capitaliste - Mesquinerie, Mensonge, Manipulation, d’une morale logiquement dissociative, dissimulant la vénalité prédatrice et ses délires de pouvoir, cachant la dévoration des classes dominées par les classes du pouvoir selon le plus impitoyable, le plus inhumain égoïsme qui soit!

 

La plus grande réussite des capitalistes et de leur morale logiquement dissociative, c’est de faire croire à Monsieur tout le monde que la morale du prédateur est aussi celle de la proie, que l’asservi est l’allié de l’asservisseur au nom d’un prétendu universalisme du jugement idéologique!

 

Dans un monde de veules larbins et de nigauds répéteurs embrassant toutes sortes de jugements de cour ou de horde, la morale - nécessairement morte à la justice et à elle-même - bascule dans un moralisme totalement dissocié du bien, son objet logique, un schizo-moralisme exterminateur du sens et donc contraire à ce domaine paroxystique du sens, qu’est par essence la Morale!

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2021

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :