Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

 

Selon que vous soyez acclamé ou ostracisé par l’idéologie dominante, les jugements de horde vous feront héros ou paria!

En constatant la pluie d’hommages au monstre disparu John Mac Caïn, je ne peux ne pas me rappeler la terrible puissance de l’idéologie à altérer le sens des faits voire à halluciner par le discours une signifiance éthérée qu’elle fait jaillir de ses mots! L’idéologie porte dans les circonvolutions ludiques de ses affirmations et suggestions, comme une fonction thaumaturgique où elle crée des parodies de sagesse plus grande que nature en feignant habilement la noblesse et la vérité tout en éludant subtilement, ce qui, pourtant, tient lieu de trait fondateur d’essence et de sens, l’histoire effective et ses faits.

La valeur d’un acte ne pouvant être dissociée de son contexte, un agresseur militaire et politique, quelque intrépide soit-il, qui massacre des populations civiles au nom du bien d’un empire intervenant uniquement pour imposer sa loi et son hégémonie, demeure un affreux bandit, un ignoble assassin, un méprisable criminel. Le nationalisme impérial a beau couvrir ses monstres d’aura héroïque au nom de la conquête et du sang innocent versé, la monstruosité des actes impériaux porte en elle la hideur damnable de leurs préconisateurs. La mort, nous le savons, est un lieu de protestation contre la perte qu’elle est d’une vie d’humain qui y disparaît. Ainsi, dans le sillage de ce qui constitue une forme de lamentation sur l’inéluctable, la mort enfante des murmures indolents qui, des fois, dans la foulée des exécrations humaines contre la fatalité, peuvent piétiner le bon sens et déformer la vérité. D’où, dans la culture courante, la mort, fait figure d’estrade imaginaire de purification voire de glorification de certains prédateurs sanguinaires, et, dans l’occurrence où ceux-ci relevaient de la faune politique et ont servi l’ordre dominant, l’idéologie dominante s’en mêle pour étayer ses manipulations, ses arguties encomiastiques.

Les empires, quant à eux, savent jouer de la mort pour attiser leurs barbaries nationalistes d’envahisseurs militaires et civilisationnels et choisissent avec minutie ceux qu’ils veulent et souhaitent regretter et magnifier du haut des tribunes fantasques et falsificatrices de l’hagiographie qu’ils s’écrivent. Si tout homme fauché par la camarde finit par nous toucher en tant que perte d’un membre de l’espèce, aucune mort de grand criminel ne devrait nous interpeller sinon que par horrification pour ce qu’il fut contre l’espèce, contre les valeurs humaines que le défunt maudit a piétiné et traîné dans les miasmes de sa méchanceté. En vérité, ce sont les victimes de Mac Caïn l’assassin des vietnamiens, l’allié de la Nra, le fanatique impérial belliciste qui a prôné le démantèlement de l’Irak et de son peuple, le haineux qui a encouragé la destruction otanienne de la Libye, oui, toutes ces victimes du monstre Mac Caïn qu’il faille plaindre et évoquer en ce jour! 

Toi qui meurs octogénaire aujourd’hui, pourquoi dans ta folie de nationaliste, ton moralisme d’État impérial, as-tu détruit des pays entiers que tu ne voulais voir qu’exterminés sous des bombes, pourquoi avoir privé de vie tant d’hommes, de femmes et d’enfants par le seul fait de leur origine perçue par toi et tes pareils comme soit choses à accaparer et utiliser pour la gloire de ton idéologie soit chair à canon? Toi, chantre de la violence exterminatrice des peuples et pays ciblés par l’establishment envahisseur de ton pays, toi qui fus contre toute politique de santé au profit des masses, contre toute subvention étatique des services essentiels pour les plus démunis de ton propre peuple, tu n’aurais jamais dû exister et ta place est celle des monstres honnis de l’histoire, lesquels se croient autorisés à massacrer toute nation étrangère même innocente et pacifique, pour combler leur faim d’hégémonie selon leur délire d’establishment impérialiste, délire que l’establishment et sa presse présentent comme devoir national au peuple désinformé.

Que John Mac Cain soit à la poubelle de l’histoire, car la mort ne transforme pas un monstre en héros ni ne métamorphose les ennemis sanguinaires de l’humanité en saints post mortem! 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2018

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Actualité, #Monde du Concept
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :