Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

Croire en soi constitue une part forte de l’énergie indispensable d’autoconquête, une énergie qui, néanmoins, se corrompt dès qu’intervient l’incursion excentrique du moi sans la détermination volitive de la culture spirituelle de la foi en Dieu, de la mise de soi en présence divine. Car l’homme en lui-même, en tant qu’ego, est corruptible par essence et diversement altérable aux dédales déviants des situations.

 

La confiance en soi-même est un glaive à double tranchant. En matière spirituelle, croire en soi-même sans croire en Dieu au préalable, est une pente descendante vers toutes formes d’abîmes. Un fossé à la base de l’étant humain qui le broiera jusqu’à la désintégration de sa nature. La grandeur sans humanité guette l’incroyant par les trappes de l’égolâtrie qui ne manqueront pas de le happer par la prégnance dévorante de la peccabilité.       

 

La confiance authentique en soi n’est pas et ne saurait être sans un ancrage dans l’essence de la nature de l’être humain que nous sommes, pour ensuite, féconder les dons particuliers personnels que l’on se reconnaît. Cultiver, travailler ses dons proprement spirituels et ses capacités temporelles, telles le talent professionnel, le génie artistique, la création intellectuelle en les soumettant tous à la préséance spirituelle et ses principes moraux pour leur juste expression dans l’action. Féconder nos dons, nos puissances intérieures et nos habiletés avec force et ardeur, s’il n’est pas accompagné des balises spirituelles supérieures, peut facilement se corrompre par les fausses valeurs en cours dans la bassesse du grand nombre dévoyé et les fortes pressions systémiques qui sévissent autour de nous.

 

Nous avons à nous maîtriser nous-mêmes tout au long de la vie, dominer et refuser les pièges de nos faiblesses intérieures et, ensuite, vaincre les sollicitations indignes et néfastes du monde où les rois systémiques et les puissances de subornation de toutes sortes savent habilement façonner les pires hideurs en trône illusoire de gloire à travers le jeu de miroir et d’éblouissement de l’axiologie mondaine corrompue afin de circonvenir les consciences non assez affûtées pour les démasquer. Il est si facile de se faire avoir par la facticité flattant notre ego, il est si aisé de se laisser dévier par la main caressante du jouir fût-elle immonde voire mortelle!

 

Mûrir dans le jugement juste et affermir sa confiance dans l’art des profondeurs critiques acquises pour pratiquer la justice, c’est la voie de la sagesse. Voie sage et donc contraire à la confiance aveugle et arrogante de l’insensé qui adopte le mauvais par refus d’apprendre; antithèse de la confiance du méchant mégalomane au complexe d’omnipotence dans la réussite des mauvais coups qu’il prépare, se laissant insidieusement croire qu’il est supérieur à tous jusqu’à ce que plus méchant que lui l’abatte comme un gibier.

 

La confiance en soi et l’orgueil dénaturant.

 

La confiance en soi n’est bénéfique que dans un rapport sain à soi, une vision saine de l’élévation loin des faux dépassements extrinsèques qui agitent la masse délétère de l’orgueil dévié, déviant qui prolifère sur cette terre. Orgueil dévié des violents qui vont partout agresser, piller pour régner et assouvir leur propre manque ontologique par l’ivresse macabre de la prédation. Quand nombre de dirigeants ne sont qu’inutiles parasites nuisibles au service de groupuscules immondes et de leurs sombres intérêts groupusculaires, c’est que la confiance en soi des individus se corrompt par la déviance de l’estime de soi dans une société narcissique voire égolâtre d’oligarques infâmes. Sacrifier l’humanité à sa gloire sale d’ego ou de classe, ce n’est pas avoir confiance en soi, c’est basculer dans l’infra-humanité pathologique du prédateur abominable. Hélas, la thaumaturgie dans le grotesque sévit parmi les monstres de la prédation et certains, tout charognards, même pas prédateurs, se vautrent allègrement dans la cécité de conscience jusqu’à leur disparition.

 

L’une des missions prioritaires et conservatoires de soi contre un monde débilitant qui, à grands coups de propagande, d’accusations et de pressions de toutes sortes, veut modeler l’homme à l’image de ses hideurs et horreurs érigés en morale exclusive, c’est de se doter des forces spirituelles du Véritable et d’expédier le flot du nombre quand le nombre est aliéné. La mission suprême de l’homme est de croire en ses valeurs transcendantes, croire en Dieu, en son humanité, en la vie, lors même où à peu près tous pataugent dans l’impiété, l’insubstantialité comme des morts qui miment grotesquement le vivant! 

 

La confiance en soi est un ancrage de l’esprit dans le soi, sa vérité intérieure à qui sa conscience éveillée donne totale précession sur l’ego. Ancrage de l’esprit en sa nature sachant exprimer et exploiter pour le bien, la puissance inscrite en notre essence supérieure supracharnelle sans jamais oublier le fragile du maintien de cette puissance qui se corrompt si nous rompons le respect des principes spirituels et moraux de la discipline du soi qui donnent ce pouvoir ontologique.

 

Avoir confiance en soi, ne s’abaissera jamais à la sottise des foules, car l’esprit confiant en lui-même, sait arborer le mépris devant les menus fretins et la carne putride du monde, ceux dont l’existence s’écoule par les manigances et attaques grossières contre les hommes de valeur, dans l’espoir de prendre de l’importance!

 

Croire en soi selon une confiance fondue au creuset des valeurs supérieures spirituelles et morales, est une  nécessité pour l’homme qui veut effectuer son parcours en pleine clairvoyance tout en parcourant et assumant sa situation particulière dans les multiples voies de la destinée humaine. L’élévation est une mission humaine dans l’ici-bas. Toute mollesse qui empêche l’ascension globale de l’homme, toute complaisance à la platitude, doit être résorbée et considérée comme un déni d’humanité.

 

Au-dessus de l’égoïté extérieure, l’homme sainement confiant en soi fait toujours primer l’essence spirituelle profonde et transcendante de la nature humaine qui prévaut toujours dans son jugement.

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2017

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :