Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche 

 

Dans l’essence de la loi de charité envers le prochain, il est un aspect si fondamental qu’il constitue le principe dont dépend toute la charité et qui, pourtant, est tu, parce que perçu en présupposé ontologique naturel, c’est l’amour de soi. Pourtant, l’histoire nous le démontre, si l’on peut dire que l’homme s’aime lui-même en nos sociétés de débordements d’ego en quête de domination qui ravale l’autre plus faible et flagorne le plus fort, c’est précisément parce que très souvent le prétendu "amour de soi" en nos sociétés d’égoïsme individuel et de classe, procède par torsions et déviances idéologiques pseudo-morales qui corrompent la charité envers l’autre et en font un résidu des perversions humaines au feu dévorant des contorsions du sujet humain déshumanisé à travers les vilenies de l’ego hypertrophié en nos sociétés de compétitions et de cooptations, pleines des iniquités mesquines de l’égo individuel et collectif soit narcissique soit paternaliste chez la plupart des hommes. 

La charité qui est justice et non condescendance d’apitoiement, ne se peut que lorsque l’homme, pleinement conscient, s’étant édifié personne-sujet souveraine entreprend à dépasser les ornières de ses propres manques par un constant travail sur soi. Travail d’élévation et de transcendance. Je le crois et je le dis, seuls les humains parvenus à un stade spirituel assumé en pleine conscience, peuvent vraiment s’aimer eux-mêmes jusqu’à être porteurs de cet altruisme sans ambigu qu’est la charité.  

La seule face digne du charitable, c’est son parti pris pour la justice, une justice plénière existentielle comme dette et devoir envers soi et envers l’humain.

La charité - cet amour impassionnel et solidaire, cette main tendue et ouverture altruiste à l’humanité - étant poursuite du bien total et sans ombre, bien éclairée sous la lumière spirituelle et divine, ne saurait être en aucune manière acceptation du ravalement de soi. En tout et par tout l’homme de la charité vraie puise de sa pratique de l’amour de soi, l’exigence d’aimer l’essence humaine qui est en tous sans jamais céder sur les principes dus à cette substance d’humanité dans ses rapports particuliers interpersonnels ni dans les rapports institutionnels qui impliquent le sort d’autres humains.

Nul ne peut aimer quiconque sans vraiment apprendre à s’aimer et à pratiquer en toute clarté, l’amour véritable de soi. Accepter n’importe quoi d’autrui, est de la haine de soi, un grave péché, une dissonance à la fois mentale et métaphysique contre soi par déni d’amour de soi. Car le commandement qui dit « aime ton prochain comme toi-même », prend pour acquis le normal psycho-ontologique que l’homme en tant qu’être est construit pour s’aimer. De sorte que seule l’anomalie, la pathologie explique le manque d’amour de soi chez des humains qui, de leur immonde noirceur intérieure et intime, ne peuvent que manifester la haine et la méchanceté contre autrui.

En vérité, l’amour bien réglé, bien assumé de soi, est un tremplin vers la charité et la compassion envers l’humain. Et l’un des pires péchés, l’une des plus déshumanisantes incohérences, c’est de se laisser ravaler au nom d’une quelconque primauté institutionnelle ou formaliste. 

Le premier péché, pourtant ignoré dans son extrême gravité sur son porteur et par ses conséquences dans les relations humaines, est de ne pas s’aimer soi-même! 

À force de blâmer l’audace existentielle, par où le soi s’efforce de se construire et de cheminer à travers les dédales piégés et amenuisants d’un monde si souvent inhumain, la société assassine chez l’être humain l’amour de soi, et la considération du sujet pour lui-même. L’on comprend alors pourquoi, perdus, aigris, la plupart des hommes renoncent à l’édification saine du soi en eux-mêmes pour se rabattre sur les ersatz et mesquineries faciles, pulsionnelles de l’ego afin de faire face à d’autres mesquins, afin daffronter la mesquinerie sociale.

 

Aime-toi toi-même de l’Amour digne de ta déité immanente en tant qu’Imago Dei; et combats en toi-même pour le triomphe de cette splendeur éminemment humaine! Bats-toi contre les dérives de l’ego que le monde malsain ne manquera jamais d’interpeller en toi pour te dérouter, te faire embrasser la grande perdition générale. Aime-toi et tu pourras aimer Dieu et aussi être charitable envers l’humanité; car ton Père céleste est Amour et tu es le don de cet Amour, seule raison démiurgique et divine de ton existence, ta présence dans l’Être.  


CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :