Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

La nouvelle rage meurtrière du Tsahal contre la gazaouis nous révèle cette fois encore, l’indécence d’un monde où la moralité baveuse des puissances soi disant moralisatrices tarit et s’évanouit devant l’argent des financiers sionistes qui contrôlent une forte partie de l’économie mondiale. Car en fait, Netanyahu et l’armée ne tiennent leur garantie d’impunité des crimes gratuits perpétrés à Gaza encore une fois, en ce juillet 2014, que par les grands banquiers et financiers de tendance sioniste qui imposent la loi de l’aile dure d’Israël où il existe pourtant de nombreux citoyens honorables répugnés par le comportement criminel de leur gouvernement imprimé à l’État-Nation israélien. Car Israël n’est ni un pays raciste ni une nation belliciste par essence, c’est une idéologie écliptique qui raye du débat public tout ce qui est contraire à la phraséologie unique officielle, raciste de sa propagande, reléguant à la marge l’opinion publique hébraïque et la voix des intellectuels juifs contestataires, mis à quia par la violence colonialiste de la frange sioniste toujours ivre du sang palestinien.

 

Le drame de Gaza, est ce qu’on doit appeler le sionisme financier international, cette idéologie soutenue par une poignée de ploutocrates racistes - dominant les grandes banques occidentales, les grands marchés boursiers et les grandes compagnies - se proclamant sinistrement une essence juive, faisant de leur identité une calamité, un sinistre exterminateur contre les palestiniens. Ce sont ces sionistes opulents qui désarment l’Onu et les États occidentaux pourtant si vite enclins à pénaliser par sanctions économiques, diplomatiques et frappes militaires les impairs des pays jugés non démocratiques.

 

Ainsi, derrière le radotage maniéré de certains présidents et premiers ministres occidentaux, les uns gênés, manifestant mignardement leur désolation, les autres sans vergogne, accusant éhontés le Hamas comme si l’origine du problème de l’occupation des territoires palestiniens était du ressort des extrémistes du Hamas, nous nous sommes en face du même problème global de la vampirisation de la politique décisionnelle des États par la ploutocratie d’un quarteron de milliardaires substituant leur infâme diktat ploutocratique à la démocratie en séquestrant les États, se foutant supérieurement des nations, et des principes onusiens.

 

La décision suprême en politique mondiale est, hélas, suspendue aux basques de quelques richissimes selon leurs bons plaisirs et leurs plus bas, leurs plus malsains instincts de racisme et de massacre!

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE       

Tag(s) : #Monde du Concept, #Actualité
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :