Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

L'État oligarchique (bourgeois) dit  moderne,  entité à la fois territoriale et administrative, entretient deux rapports nets et contradictoires avec la nation qui lui prête existence et sans qui, l'État ne saurait être, la nation étant le support existentiel de l'État: un rapport d'administrateur responsable donc idéalement protecteur et un rapport de domination qui lui confère un pouvoir d'anéantissement de la nation pour les classes du pouvoir qui instrumentalisent la nation, en font l'objet de leur représentation.  

 

Nation forte contre État oligarchique...

 

Dans la démocratie factice où domine l’oligarchie et son modèle de société de tous les clivages, l’État, à moins de structures fortes permettant une gouvernabilité le faisant non seulement au service de la nation tout en s’orientant vers sa propre dissolution au profit du peuple souverain auto-dirigeant, devient presque toujours, ploutocratique, car accaparé, vampirisé par les plus riches qui tendent à en faire une propriété de classe selon une gouvernance déviée au service de quelques-uns, expropriée à la nation. Tant que la société de classes demeurera et que le peuple n’aura le plein contrôle de son destin, l’État-nation sera une sorte de fable que raconte le discours des décideurs étatiques imposant leur système de privilèges. Seul un État fort pourra limiter l’imposture des injustices abyssales en enrayant l’État séquestré, servile voulu par les oligarchies; État croupion avec son ordre chaotique ou sa dictature de classe qu’il emprunte selon les conjonctures.

 

L’État oligarchique est donc un démocide institutionnel politique et économique dans les termes, car il se substitue au vrai pouvoir national des peuples qu'il efface par un État fantôme, insignifiant, dévitalisé et réifié à la merci de l’oligarchie opulente. C’est donc un État croupion sans envergure, sans pouvoir décisionnel dans l’économie abandonnée aux humeurs financières du privé. Un État veule constamment dévié au service des classes dominantes dans la société de classes.

 

L’État-Nation n’est qu’une idée qui ne peut prendre corps que dans une société sans classes, où lon aurait une Nation-État sans État claniquement séquestré pour brimer les prérogatives suprêmes de la nation, les droits inaliénables du citoyen. Car le citoyen est une espèce que les cossus oligarques, nécessairement ploutocrates quand ils détiennent l’État, interdisent d’existence à travers leur tyrannie étatique de caste, de clan et de classe.

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © Camille Loty Malebranche - blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :