Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

 

À défaut de l’équanimité qui court à un improbable et impossible amorphisme pour le vivant plein d'énergie vitale qui interagit avec lui-même, avec la nature, avec l'être, avec la société, cette communauté des individus et institutions, l’homme peut néanmoins parvenir à un niveau d'autocontrôle et de transcendance qui abrège les instants de trouble, là où d’autres en sont submergés pour longtemps, ou même, restent stigmatés à vie, marqués par la déchéance. Telle est la sérénité.

 

La sérénité n’est point de la "résilience" - vocable populaire inutilement gonflé de vaines théories, qui n'est que l'autre nom de la naturelle résistance somatique et émotionnelle, variable entre deux sujets dans la même adversité - mais une culture spirituelle globale, une sagesse ontologique du soi (ontosophie) mystique salvifique pour prévenir et exorciser les forces traumatiques du mal et de la négativité par l'ancrage dans l'Esprit. Il s’agit de rester fidèle à ses principes métaphysiques malgré les séismes multiples des conjonctures et situations autour de soi dans la société globale.

 

L’équanimité est une sensation de méditants hindouistes bouddhistes, jaïnistes et autres yogis ou ascètes, lors de leur transe, mais pas un état permanent et à vie. C’est aussi une utopie que des philosophes occidentaux orientalistes tels les stoïciens préconisent et poursuivent. Utopie que seul l’amorphisme continu permettrait. Mais entre nous, un amorphisme continu fait de la conscience amorphe un calque de la léthargie! Autre confusion à éviter, c'est celle de ladite équanimité avec linhibition et laliénation magico-sacrée de certaines populations qui ne réagissent guère face à leurs élites tyranniques qui, littéralement, les réifient, sous prétexte de payer leur karma et que intervenir contre des milliardaires et autres prédateurs qui les exploitent et les réduisent plus bas que des bêtes de somme, retardera leur intégration au Nirvana ou au ciel! Nul, pas même le Verbe, dans sa dimension incarnée en Jésus, ne peut rester sans varier en sa conscience de contact au monde dans le rapport aux situations. Nul n’est d’humeur égale en toute circonstance. Pas même Jésus qui, à notre sens, est le plus élevé en toutes choses, d’entre les membres de l’espèce humaine de tous les temps. Colère contre les voyous marchands du temple, indignation face à la crapulerie des prêtres, invective contre le pharisaïsme, angoisse en attendant le jour de sa mort qu’en tant que Messie,  Sauveur de l’humanité, il voyait d’avance dans les moindres détails cruels dès son enfance…

 

La sérénité est le pouvoir de se ressaisir à temps dans les situations de déstabilisations dues aux crises de l’existence. C’est la faculté mentale de se reprendre assez vite en face de l’angoisse et de ses flots submergeants de désespoir et de déroute pour garder le cap vers le but à atteindre. Le mental serein dont nous parlons est fait de la spiritualité en acte, membre agoniste de l’humain se relevant debout, qui refuse d’être astreint au sol des glissades. La sérénité écourte au minimum toute chute et guérit vite du choc de la maltraitance endurée, des afflictions subies, de la culpabilité vraie ou imaginaire, des blessures de toutes espèces, tous rendus par elle, éphémères, et qui sans elle, deviendraient d’impassables traumatismes. Sérénité, essor spirituel, transcendance métaphysique des situations pour se maintenir dans son orientation, sa démarche choisie; maintien de la téléologie personnelle qui refuse de déserter l’entéléchie envisagée et intimement perçue.

 

Et, comme modèle de sérénité suprême, je vois la fermeté de la foi vivante spirituelle où la conscience supérieure et intérieure du Père nous appelle chacun à vaincre l’illusoire pour conquérir le destin personnel, notre part d’éternité individuelle assumée, conquise et domestiquée dans la grande vocation humaine, la destinée espécielle universelle que manquent et méconnaissent les multitudes. La sérénité est en fait une extase sur la trace de l’ascension du Christ qui appelle chacun à l’ascension vers le vrai soi, l’élévation dans la déité du Créateur qui nous adopte en Père et souffre de nous voir englués dans les tourments de ce monde que nous prenons pour demeure, oubliant frileusement en nos peurs, nos frénésies quotidiennes, nos tumultes situationnels, les turpitudes conjoncturelles dune civilisation à la société aberrante, que nous sommes en route…

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée  

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0