Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

La spiritualité est tant essentiellement l’activité intérieure de l’homme prenant conscience de sa vérité en tant qu’esprit, selon l’intuition de la substance immatérielle dont nous sommes faits par delà la matérialité immédiate et évidente du corps, que celui-ci accable la majorité d'entre nous, d’une déroutante imperception de soi, où l'esprit en vient à être inaccessible à lui-même. Imperception aggravée à l’extrême dans les détours et interstices du sensible assommant d’un monde où les intuitions fortes sont réprimées par le bruit des ratiocineurs matérialistes, criards de tous ressorts. La spiritualité est un sentiment éprouvé par l’homme profond, par delà le sensible, dans le rapport silencieux et intérieur à soi. C’est donc en son premier essor, l’état métaphysique de l’homme dans la relation intérieure à son être. L’espace du tangible immatériel dans l’intimité humaine. Car dans les tréfonds humains, l’insensible n’est pas forcément intangible.   

La religion est, dans ses premières expressions, la manifestation de l’affectivité née de la spiritualité. Une affectivité qui pressent une liaison avec une famille immatérielle, une connexion à une Source qui est elle-même Esprit. C’est là, le visage premier de Dieu signifié à chaque humain. Religion, lien affectif de l’homme avec sa propre nature profonde d’esprit se découvrant ou se redécouvrant dans son essence, et qui déborde l’homme jusqu’à l’Esprit originaire que le langage désigne sous le nom de Dieu!

La religion, en ses premiers remous, est donc comme un affect naturel de tout humain. Là, spiritualité et religion sont intimement liées comme un foyer et son feu. À ce niveau des choses, c’est le stade du sacré brut, de la spiritualité-religion, domaine du simplement intuitif, sans les modalités relationnelles de l’homme et de Dieu, modalités somme toute, révélationnelles, que l’autre versant de la religion, la sociale, va enclencher. 

Le divin, cette perception de l’être de Dieu et des formes de rapports à entretenir avec Lui, engendre la religion extérieure par les dogmes, le culte, les rites et les lois, tous orchestrés selon la rection hiératique, le petit groupe de ceux qui se présentent comme oints ou guides spirituels appelés prêtres, pasteurs ou anciens. C’est à partir de cette préhension hiératique que le meilleur comme le pire surviennent; que souvent, la spiritualité et sa religion conséquente vont se retrouver déliées pour devenir antagoniques dans les plus déraisonnables disharmonies, les plus insensées des incohérences. C’est par l’hiératisme que la spiritualité-religion va, soit se réaliser en plénitude, ce qui est rarissime, soit se galvauder, s’éclabousser, pour finalement s’aliéner totalement, au point de devenir un vidange de toutes les horreurs dues aux prêtrailles les plus immondes.

Si la spiritualité-religion, pressentie dans l’intuition, a besoin de connaissances en bonnes et dues formes, pour être vraiment vécue, l’incursion des déterminations sociales par l’hiératisme avec des prêtres pour la plupart vendus à des intérêts tout autres que spirituels, tout sauf spirituels, ni la Révélation, ni la Théophanie cosmique et espécielle ne parviennent intactes à l’homme auquel les prêtes ou pasteurs, tendent le prisme herméneutique et idéologique de l’institution religieuse, elle-même prostituée à l’institution sociale. Heureusement, qu’avec l’accès à la lecture, l’écriture, l’étude - si loin du temps des vieux prophétismes et hiératismes de prophètes, de prêtres, de pontifes, de sacrificateurs où l’humanité, pour la plupart, était analphabète et où les livres sacrés eux-mêmes n’étaient pas imprimés - les grandes lignes dogmatiques et morales de la Révélation divine comme Esprit Créateur appelant l’homme à vivre sa vérité spirituelle et sa parenté avec Dieu, sont désormais à la portée de tous.  D’où, notre temps est le temps plénier, temps christique propre à ce que disait le Christ à la femme samaritaine: « l’heure est venue où tout vrai adorateur de Dieu l'adorera, ni au temple ni sur la montagne, en Esprit et en Vérité ». 

Les hommes peuvent toujours socialiser leur religion mais ils doivent comprendre que c’est eux, chacun d’eux, le centre spirituel de la religion que Dieu agrée ou rejette selon sa menée digne ou indigne. Et, dans le ramassis des religions de toutes sortes, véritables capharnaüm de fatras idéologiques, où, par menaces, mystifications, terreurs mystiques et mentales, chaque prêcheur veut se faire accepter et obéir au gré de son kérygme de chapelle, de parénèse de secte, l’appel intérieur, le premier, celui de la spiritualité-religion sans cloche ni édifice qui ne s’impose jamais par la peur, celui qui fait éprouver l’état de créature, le désir d’être fils de Dieu et la sensation d’être hôte de Dieu dans le corps senti en tant que temple, est un signe d’authenticité.

Toute Révélation extérieure qui ne communique à l’homme la confirmation de sa vérité d’Esprit émané de Dieu et appelé à être fils de Dieu, est suspecte. Et, dans un monde déchu, je dis que la Révélation juste, est celle qui nous montre la voie du Rachat qui rend l’homme apte au Salut, c'est-à-dire à la rencontre avec le Dieu Père en toute pureté et liberté pleinement spirituelle sans autre culte que l’esprit éveillé dans la Foi-Amour au Père. 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0