Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche


Quand la page est putride d’insanités, grossière de toutes les grossièretés des bien pensants assimilés du fonctionnement et de la fonctionnalité, agressifs du seul mode de vie admis et convenu, la marge doit être le rempart visible, éloquent du sain et de l’humain. L’imparable effronterie du marginal n’est autre chose que la sublime audace du bien et du juste. Quand la prostitution est inhérente à l’immanence fonctionnelle de la reconnaissance sociale, l'affirmation pugnace et sans complaisance du bien devient essentielle à la survie de la dignité humaine.


Sous les apparences d’un discours éthéré faussement transcendant comme ces breloques idéologiques dites théories de croissance personnelle, les idéologues de l’ordre établi, prêchent aux foules l’ajustement collectif de soi aux bêtises convenues des institutions. C’est le propre des idéologues de prêcher l’amorphisme aux horreurs politiques des injustices sociales, qu’ils naturalisent selon une métaphysique inavouée de la fonctionnalité institutionnelle de la société.


Dans le nouvel esclavagisme collectif, les meutes mugissantes, multiples, malfaisantes des médiocres et des minables transforment leur misérabilisme mental en accusation de celui qui, par noblesse de l’esprit, cultive l’excellence humaine et le primat des valeurs par lesquelles l’humain est censé se reconnaître. L'homme de la dignité valeureuse est accusé d’arrogance pour sa différence par la horde fonctionnelle. L’humanité assumée selon les valeurs ontologiques de la spiritualité véritable, rendue denrée rarissime, seul vrai idéal méconnu des foules, doit se manifester par toutes les forces et moyens dont elle dispose en marquant son refus sans appel de se vautrer dans les platitudes avec un dédain transcendant et évident du monde. Le mépris sain des foules désarçonne l’imbécillité agressante qu’il prive de son pouvoir d’affecter la conscience de l’ostracisé.


Le dédain du bien à l'égard des multitudes toxiques du comportement de horde, est un asile, une patrie intérieure et agissante contre la société esclave et esclavagiste à degrés divers, qui sévit contre l’humanité. Les rejets de la dénaturation systématique magnifiée dans l’insidieux consensus systémique des connivences macabres, procèdent tous par réponses et soutiens d’identification des uns aux autres, des uns par les autres dans un commun accord pour la déshumanité globale. Lorsque les uns répondent aux aberrations attendues des autres, lorsque quasiment tous renforcent la bassesse des réflexes malsains érigés en mode de vie selon des codes patents et tacites en manoeuvrant crapuleusement pour exclure et frustrer les contestataires qui refusent, la juste arrogance du bien et du valeureux doit être l’armure et l’arme des vrais Hommes.


La canaille de toutes sortes, celles des sommets structurels comme celle qui la suit, savent bien retourner le bien comme un crime par accusation et exclusion de l’homme valeureux, comme ces baragouineurs avec leur langue rudimentaire des papotages familiers, leur baragouin coutumier où se vautre leur platitude sans pensée, qui accusent violemment toute élévation idéelle et langagière de pédanterie absconse, pour ne transformer leur pitoyable idiotie en défaut de celui qui sait articuler ses idées. Pour les balourds fonctionnels, les analphabètes assimilés, toute distanciation langagière du monde par la pensée, est un crime qui lèse la marche machinale et automatique du monde.


La dignité intellectuelle, la conviction spirituelle et morale doit exprimer fort en mots et en actes, son refus de l’encanaillement et de la souillure parmi les foules immondes des structures phagocytantes du social. La conscience non alignée, non vendue ne peut ni ne doit se permettre l’amorphisme malgré l’essaim des bêtes du dénigrement qui tentent de galvauder par leur conciliabules et malversation les splendeurs humaines qu’elle porte et véhicule. Comme dit le Christ, « quiconque veut vivre selon le bien, sera persécuté ». Sous les yeux hagards des mignards débiles, des ignares simiesques et des sots scolarisés accommodants, la persécution est devenue l’excommunication laïque par les structures de reconnaissance qui sévissent dans la « démocratie » tyrannique où une oligarchie et ses suivistes innombrables excluent tous ceux qui ne sont comme ils le commandent. Quand quiconque rejette l’exigence de prostitution mentale comme condition d’intégration dans les institutions, est soit fou, soit dangereux à ostraciser; quand les forces assimilatrices qui n’acceptent que ceux qu’elles réifient, absorbent et digèrent, veulent standardiser tous en nutriments-déchets des organes de l’effroyable fonctionnalité systémique, le non du marginal sage et assumé doit être puissant et manifeste, la marge juste et saine doit être évidente par effronterie.


L’homme de dignité valeureuse - parce qu’il est la seule figure d’importance sur une planète où l’humanité tend à n’être que vestige de ce qui fait l’Homme, face au monde méchant et dénigreur où les aigris structurels oeuvrent à éclipser le beau et le grand par la critique haineuse - doit exprimer ce qu’il est et proclamer ses valeurs dans l’effronterie dédaigneuse qui neutralise, vainc le mal en conspuant le consensus sourd et implicite qui sert de base à toutes les salissures de société.



CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0