Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 
 
Matthieu 19:16-26
16 Et voici, un homme s'approcha, et dit à Jésus: Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle?
17 Il lui répondit: Pourquoi m'interroges-tu sur ce qui est bon? Un seul est le bon. Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. Lesquels? Lui dit-il.
18 Et Jésus répondit: Tu ne tueras point; tu ne commettras point d'adultère; tu ne déroberas point; tu ne diras point de faux témoignage; honore ton père et ta mère;
19 et: tu aimeras ton prochain comme toi-même.
20 Le jeune homme lui dit: J'ai observé toutes ces choses; que me manque-t-il encore?
21 Jésus lui dit: Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi.
22 Après avoir entendu ces paroles, le jeune homme s'en alla tout triste; car il avait de grands biens.
23 Jésus dit à ses disciples: Je vous le dis en vérité, un riche entrera difficilement dans le royaume des cieux.
24 Je vous le dis encore, il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu.
 

Dans la langue de Jésus, le trésor renvoie au rapport mental, sentimental et comportemental d'un humain à ce que cet humain considère comme richesse. Le trésor est la posture spirituelle ou matérialiste face au chrématistique et au pécuniaire; la gestion de l'être et de l'avoir, la conception de l'enrichissement qui détermine la nature de ce qui prime pour l’esprit et le pousse à en vouloir être possédant.

 

La réponse de Jésus au jeune homme riche, renvoie à une vérité fondamentale, celle de l’exigence de la vie intérieure de la foi, la communion spirituelle de l’homme intérieur avec le Père selon la propitiation de la grâce christique. Le salut n’est pas le résultat de l’observance des commandements qui tiendraient lieu d’une formule théologale de la vie éternelle, non, il n’y a pas de formule compassée et préétablie du salut personnel car chaque esprit doit pour soi-même rencontrer Dieu. Ce qui est beaucoup plus exigeant que toutes les applications minutieuses et strictes des prescrits de la lettre de la loi. La loi n’est pas une recette du salut dont les commandements seraient les ingrédients pour y réussir, les lois ne sont que le préambule à une purification mentale pour accueillir l’Esprit originel qui nous a fait émaner de lui par Amour. La loi et ses commandements sont la morale anticipant l’apprentissage de l’amour à travers le détachement de tout ce qui, au monde, constitue des impedimenta contre la marche spirituelle. Car aimer spirituellement c’est avant tout se dépouiller du faux, de l’illusoire pour se rencontrer soi-même. Seul l’esprit enfin conscient de sa nature, découvrira le lien incontournable qui l’unit au Père. Et quand cela advient, il n’y a plus de place pour l’attachement au monde, attachement qui est précisément la mauvaise richesse, puisqu’il fait du monde ou de quelque objet du monde, un trésor qui ôte à l’esprit l’aptitude à aimer entièrement Dieu. L'Amour spirituel n'est jamais tiraillé, seule l'attirance dans la sphère somatique ou du charnel psychologique, peut connaître le tiraillement entre plusieurs attractions. L'Amour de Dieu chez l'esprit conscient est toujours transcendant absolu et exclusif.

 

La véritable foi, comme nous l'avions dit ailleurs, est mitsein humano-divin. Il y est donc question d’être en union spirituelle avec Dieu et de vivre le mystère intérieur de la présence de Dieu. Dans l’amour humain responsif à l'Amour de Dieu et d’y reconnaître la seule richesse inamovible et éternelle. C’est là, le sens de ce qu’a dit Job, homme de pratique rituelle cérémonielle et d’observance de la loi mais qui avouera au bout de l’épreuve à Dieu : « jusque-là, j’ai entendu parler de toi, mais aujourd’hui, je te vois »; c’est aussi ce que Jésus le Christ a signifié à Marthe, femme de foi conventionnelle, reprochant au Sauveur de tolérer Marie Madeleine attachée à la personne du Christ et se tenant à ses pieds tout près de lui. La réponse de Jésus fut déconcertante quand le Sauveur lui dit « Marthe, tu te fatigues pour beaucoup de choses, mais une seule est importante, Marie, elle, a choisi la bonne part, et elle ne lui sera pas enlevée »! C’est donc que la rencontre avec Dieu est autre chose qu’un code de lois tissé de commandements annonçant l’enfer s’ils sont violés. Celui qui déclare « là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur » nous indique donc implicitement que c’est d’abord de sentiment, d’incandescence amoureuse qu’il s’agit. La seule proximité avec Dieu, n’existe pour l’homme que dans l’amour qu’il porte intérieurement et intimement en esprit et en vérité au Père et la communication affectueuse qu’il entretient spirituellement avec le Père.

 

Quand Jésus dit au jeune homme « vends tous tes biens donne l’argent aux pauvres, viens, suis-moi », c’est parce que lui qui lit les consciences, il avait vu en ce bonhomme un pathologique attachement aux biens de la terre. Maladie dont plusieurs ne guérissent jamais malgré le constat quotidien des fragilités existentielles, en dépit des preuves de la volatilité temporelle de l’être matériel du vivant qui ne peut ajouter comme le dit ailleurs le Christ « un seul jour à la durée de sa vie ».

 

Revenons un peu à la question du jeune homme à Jésus. Le salut qui en constitue le thème abordé par l’interrogateur, a été précisément conçu par le jeune homme dans le but d’obtenir une réponse de justification par Jésus, réponse de louange de sa qualité de bon observateur des commandements comme une sorte de découlement rhématique anticipé. Or, quel ne fut le dépit du jeune homme de se voir contester la perfection légaliste qu’il se supposait et dont il attendait l’approbation par le maître! C’est que la perfection, inatteignable ici-bas, ne peut être en ce monde quune anticipation contemplative de l’esprit la visant à travers le champ métaphysique de la foi accomplie qui est amour plénier de Dieu et détachement des biens du monde.

 

User du monde, en jouir pleinement si possible, mais toujours être conscient de la véritable richesse qu’est la Vie d’union avec Dieu, au point où seule cette dernière orchestre toutes nos appétences fondamentales, voilà, à travers sa réponse au jeune homme riche, la leçon spirituelle de Jésus à l’humanité.

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

 

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2015

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :