Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

Mon ami, mon frère,


Je ne m’endormirai pas ce soir à l’extinction silencieuse du jour


Je préfère taciturne, veiller dans l’attente du nouvel orient


Je resterai pour voir et puis saluer, s’il en est, l’occident enfin éveillé d
’aurores humaines


Je guetterai dans la muraille sombre et sans lune de la nuit


L’humanité des hommes assumant enfin leur nature,


Vivant verticaux l’immanente prétention de dignité de leur être,


Exigeant debout de manifester les splendeurs de l’Homme.


Mon ami, mon frère


Je marcherai dans les pas tracés de l
esprit tramontane dazurs,


Et je suivrai comme par les yeux nyctalopes du hibou,

 

Les sillages invisibles des intuitions et révélations.



Ah! Déconcertante voie que celle des univers décatis des fantômes et reflets activés,

 

Ombres colorées et ornées pour jouer la mascarade des tarés dominants,

 

Singer la vie au théâtre tératogène, mortifère des monstres aliénants...



Et, l’étoile polaire éteinte,

 

Dans ses étreintes ténébreuses, dit la déroute d’un monde aux étoiles sabrées,

 

Éclipsées par linvasion des gesticulations macabres systématisées.


Mon ami, mon frère,


Toutes les bouches des plaintes


Tous les cris des murmures de souffle, de sang


Par le mésusage des aliénations, sont tus


Et les faces détournées, dénaturées de l’agir, ont perdu la face humaine,


Et, sans crier gare, blêmissent les tronches du vide

 

Car nos voix de sages sont restées sans audience


L
agressive populace des idées convenues

 

Piétine, en pourceaux haïssant les perles,

 

La pureté de la quête de l’homme parmi les hommes!

 

Les lucifuges immondes, ostracistes sont désormais la seule race terrestre officiellement admise.

 

Lhumanité est jetée en exil et l’homme est à la marge.


Mon ami, mon frère,


L’homme, notre autre nous caché en ses appels intérieurs réduits au mutisme


L’humain des possibles, l’homme, notre frère potentiel


A perdu jusqu’au sens du regard


Et le phare de son être blafard, hagard, piétine sur le chemin des tares,


Titube à la grotte obscure des taupes de l’absurde.


Car, mon ami, mon frère,


Pris en le sérail glacial des temps sans durée


La claustration temporelle qui tue l’être


Assène aux multitudes, les désespérances du déshumanisé sans foi et sans vie.


L’effacement létal de la conscience dévore le feu de l’intemporel!


Mon ami, mon frère,


La bêtise collective et l’impassible abandon aux flots des mimes


A occis les lumières des tréfonds individuels, gardiens conatus de notre vérité d’espèce

Mon ami, mon frère,

L’effacement des consciences, soleils d’éternité du fini au-delà des finitudes,


Est présence factice, présence absente,

 

Néant coupable des dormeurs trop lourds et balourds pour oser se tenir en éveil,

 

Pour s'affirmer esprit et être contre lassignation au stade dhologrammes intronisés...


Et, par absence à soi, coupable absence à sa vérité,


Mon ami, mon frère, mon brave frère,


Pour les foules, les gesticulateurs des scènes inconscientes de l'action qui manifeste leur être,

 

Se fane la fleur-substance de l’essentielle, la divine promesse qui fut l’Homme.


CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée

Tag(s) : #Poésie, #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :