Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche 

 

 

Le vocable royaume énoncé par le Christ est spécifiquement un anthropomorphisme didactique pour référer au domaine du pouvoir immatériel qui affecte l’esprit. Comme un royaume est espace organisé politiquement et administré par un gouvernement, le Christ compare l’empan cogitant et agissant de l’esprit à un royaume, royaume dont la vocation est d’être sous le pouvoir de Dieu avec le consentement de l’homme. L’esprit est en soi, de toute façon, un domaine administré, dirigé, et donc sous influence, mû par Dieu ou par des forces néfastes et agressantes, selon le niveau et le type de conscience de chaque esprit qui s’attire les bonnes suggestions ou les tentations. La vie de l’homme est un champ de pouvoirs qui se jouent, pouvoirs où l’homme n’est jamais hors d’influence, et où il choisit soit consciemment soit inconsciemment quelles sortes de forces le déterminent, quelle influence le soutient ou le dévie. 

Quant à la justice, elle est avant tout, la vie justement menée, c'est-à-dire vécue selon la nature profonde et spirituelle de l’homme. La justice est la lucidité spirituelle qui sait choisir le seul juste pouvoir qui est celui de Dieu sous lequel l’homme doit cheminer sur la voie métaphysique du sens et du destin. C’est le bon choix de l’esprit selon les dévolus de son essence pour assumer sa vie et vivre juste. La vie selon la justice est, hélas, oubliée par les multitudes qui se perdent aux parois des apparences, aux illusions de la réalité où le social, l’orgueil dénaturé du temporel, éclipse la noblesse et la supériorité de l’esprit. Les fausses grandeurs du monde sensible sont parmi les pires ennemis de la présence consciente au monde intangible de l’esprit.

Le royaume de Dieu dont parle le Christ, est donc l’adhésion totale à la vérité spirituelle en primauté au-dessus des sphères somatiques et sociales.  

L’homme du royaume de Dieu sait que son devoir ontologique est de bien choisir son maître, celui qui le guidera et sous l’influence de qui il veut agir et vivre. Il n’y a pas de neutralité existentielle et l’esprit doit bien juger pour se décider. Naturellement, il y a des méchants qui choisissent le mal, et ils sont la majorité, en eux, les forces du mal ont leurs alliés et n'ont guère qu'à attiser leur putréfaction mentale, leur malignité comportementale. Quant au juste, c'est de sa volonté forte manifestée en la décision susdite, décision qu’il doit renouveler par la résolution et la prière, de l'instant à l'instant, au jour le jour avec toute la fermeté de sa souveraineté, que dépend la puissance de sa liberté à refuser les forces du mal qui guettent toujours l’agissant qu'il est, dans le but de dénaturer l’action à la source des motivations de l’esprit, sinon, si l’agissant est fort, d'essayer de dévier le processus de l’agir, en corrompant l'action en train d'être posée pour la faire aboutir au contraire de l'intention qui l'a générée.

L’homme est constamment sous influence et gare à l’ignorant qui l’oublie et croit être en rapport simple à soi, sans être ciblé de suggestions et motivations déviantes des forces du mal qui veulent le perdre s’il ne choisit de toute sa détermination, la voie divine. Comme dit l’Écriture: « le monde entier est sous la puissance du malin ». Le monde entier, c'est-à-dire les forces du monde insensible des suggestions néfastes, les codes de pensée et d’action constituant l’ordre du monde où l’adaptation, l’intégration de l’homme passe souvent par toutes sortes d’injustices contre le prochain pour plaire aux tenants du pouvoir social, et enfin, le déferlement des pulsions charnelles et de l’orgueil où l’ego l’emportant, sacrifie autrui, se soumettant ainsi aux injonctions du fini, se donnant à la vanité mortelle des illusions!

Le royaume de Dieu prôné par le Christ est donc l'appel à la conscience de cette prérogative qui ne saurait laisser l'homme neutre. C'est aussi l'enseignement que la neutralité métaphysique n'existe pas et que l'homme n'est guère amorphe quant au destin puisqu'il le choisit consciemment ou non selon le royaume ontologique qu'il se définit. Le royaume de Dieu ou de la mort, c’est le rapport à l’être de l'homme ennaturé ou dénaturé. Choisir le Royaume de Justice, assumer son être selon sa vérité, vivre juste et arrêter de vivre faux, voilà donc le prototype christique de l'homme selon l'esprit choisissant la vie et l'éternité en reconnaissant sa nature, son origine déitaire, sa vocation et son destin à accomplir. Seuls ceux qui vivent ici-bas dans leur vie terrestre, le Royaume de Dieu, auront le privilège rédemptionnel eschatologique de vivre un jour dans le Royaume des cieux où ni la chair ni le sang ne peuvent accéder. Du reste, n'est-ce pas logique, puisque seul l'esprit sera habilité à voir Dieu et à vivre en sa présence céleste, faut-il, en propédeutique métaphysique, que l'homme désapprenne par la vie de la Foi, le voile multiple de la chair, pour apprendre à travers les modalités transcendantes immatérielles à se préparer pleinement en perspective de cet avenir à vivre ultérieurement dans son évolution.

     

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016 

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0