Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

Comme une immonde prostituée pudibonde par maniérisme manipulateur, tout théocrate est un menteur, un bonimenteur adroit qui joue de la sainteté affectée, de l’angélisme pour assouvir ses goûts de pouvoir, asseoir la puissance politique de son clan par la démagogie.

 

Le pouvoir politique séculier est un lieu de compromis avec toutes ses abominations contre les nations trahies par la duplicité des structures du pouvoir emblématisé sur le visage des soi disant élus du peuple, qui donnent de leur tronche, une face humaine à l’État, cette Érèbe institutionnelle avec ses cerbères d’oppression et de répression.

 

Le pouvoir théocratique, quant à lui, est de la compromission du sacré et du séculier pour jouir comme par fornication politique de droits divins aux dépens des humains.

 

Le pouvoir temporel des politiciens est, dans le contexte pas mal immonde des États à la solde d’oligarchies les séquestrant, un lieu de compromis jonché de mille corruptions inavouables et justifiées par l’idéologie à travers son art du mensonge, ses manières de morale rigoriste à l’intérieur d’un ordre immoral et inhumain. Il suffit de prendre les finances et la macroéconomie produites en arcanes pour la prépondérance de quelques familles sur la richesse mondiale pour s’en convaincre.

 

 

Le pouvoir théocratique est de nature essentialiste-idéologique et comme tout essentialisme non ontologique, parce que prônant une essence non naturelle, créée de but en blanc par l’idéologie, pour sacraliser, diviniser quelques-uns ou juste un individu posé en dieu sur terre, la théocratie aboutit à la démagogie, à des tours de prestidigitations d’une pseudo sagesse et d’un culte de la personnalité fondu dans la religion et le rite pour mener et abuser les foules populacières de la soumission, véritable socle du pouvoir social religieux ou séculier. Démagogie dans l’enseignement du rassemblement du genre humain comme si, par delà les groupuscules dûment constitués autour d’idées clairement choisies, on pouvait unir les hommes dans une fraternité planétaire! Comme si les hommes pouvaient même être tous amis dans les irréductibles altérités et conflits qui les séparent!

 

À la foire du religieux nourricier des théocrates, le mensonge est victuaille et la démagogie nutriment de l’«âme»…

 

Lorsque les hommes auront grandi et appris que tels des flagorneurs parasitant les débiles qui les écoutent, les théocrates ne vivent que des idiots qui les sacrent dieux, les imposteurs mitrés-soutanés, les mystificateurs calottés, les magistères à barbe tombante; tous les pontifes: papes, mollahs, dallai lamas, grands-rabbins seront rendus au bas de leur piédestal et déserteront le paysage spirituel libéré des histrions faisant le pitre cérémoniel. Oui, alors, le monde sera débarrassé des saltimbanques à l'onction douteuse, à la pseudo spiritualité avaricieuse et despotique! Et, enfin libre et remise aux mains de vrais et simples hommes cherchant Dieu, la vraie spiritualité expédiera aux cloaques et géhennes de l'histoire, le règne des démagogues usurpateurs du divin, se déliant de la face haïssable des prêcheurs spectraux, grimaçants hiératiques singeant la foi, qui refilent par sourde simonie, via des cultes postiches et rites inessentiels à travers la démagogie la plus matoise, la plus mensongère, la prétendue sainteté supérieure qu'ils sont censés incarner au-dessus de l'humanité.

 

Lorsque les hommes sauront que l’imposture la plus vile, passe toujours par la sacralisation structurelle et ses sacrés institutionnels, alors et alors seulement, l’homme rejettera le maléfice de l’incarnation du divin et du saint en des hommes représentants officiels de "dieu", représentants dont le statut frise l’idolâtrie officialisée, ce terrible crime contre la Vérité du Véritable Dieu.

 

Lorsque les hommes auront appris que la sainteté est un idéal qui se vit au fil de la sanctification intérieure de l’Esprit par la Foi et l’Union mystique qu’elle procure avec Dieu, les mufles dominateurs aux trônes faussement divins, disparaîtront à jamais des terres et du ciel de la religion humaine enfin purifiée des idoles.    

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0