Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

Définition de la sémioanthropologie ici

 

L’une des dimensions qui interpellent la physique depuis sa naissance du tronc philosophique et la fondation de la cosmologie proprement scientifique, c’est le temps. Dans le champ de l’objectivation par la science, le temps terrestre est un, linéaire. Il coule sur terre dans son irréversibilité alors qu’il est régi par la cyclicité des rotations et révolutions de la planète. Par sa souveraineté dans la durée, le temps prend forme dans l’esprit comme une dimension dynamique qui imprime à tout être matériel l'évolution qu'est le devenir. D'où, du cosmique au vivant, du macrocosme sidéral au microcosme biologique qu’est l’homme, le temps fait le saut vers le psychologique puis le métaphysique.

 

Le temps n’est jamais neutre, même pour un homme qui ne chronomètrerait point ses activités dans un milieu sans mensuration du temps. Bien que pour cet homme, les moments classiques du temps chronologique (passé, présent et futur) n’auraient pas le même sens que pour l’homme chronométré dit moderne, le passé et le futur ne lui seraient pas des inconnus ni de purs néants. Car la vie, ne serait-ce que par l’évolution du corps, la disparition des vieux, le vieillissement des êtres et choses, inflige à quiconque la marque du temps. Et pour un être conscient de soi et se projetant, le temps demeure d’une façon ou d’une autre un interlocuteur incontournable. De manière obvie ou tacite, l’homme se réfère au temps tant dans le cours de son existence que par l’exigence du sens qui est le sien dans sa quête interprétative de sa présence au monde voire dans l’herméneutique pure et simple du monde en soi. Le devenir avec les interrogations et actions qu’il implique et impose, est donc comme un des soubassements de toutes les prescriptions ontologiques et métaphysiques, que charrie le temps.

 

Le temps, même pour l’ennemi de toute transcendance par la pensée, force la signifiance par l’entraînement de la vie dans ses flots mortels des horizons du devenir. Nul homme, fût-il ennemi de toute cogitation au philosophique, ne peut échapper à cette question lancinante du sens de la vie que la temporalité de la vie inflige au mortel. Là, la finitude du biologique est bien une incitatrice de tous les discours du sens. La chronobiologie nous rappelle les rythmes biologiques: circadien, infradien, ultradien, et, sans l’évoquer, éveille au-delà d’eux, notre conscience à la fatalité de la fin de chaque organisme dans le cycle impassible de la vie elle-même.

 

Le cycle cellulaire, le télomère définitivement perçu comme une sorte d’horloge biologique des cellules, augure du cycle des générations par la mort des individus les composant dont la reproduction prépare la perpétuation génétique et le renouvellement générationnel sans préserver ces dits individus de la fatalité de leur disparition inéluctable. C’est là, le triomphe de l’entropie dans une réalité où tout semble pourtant vouer à la vie, cette vie qui, depuis l’avènement du code génétique, ne cesse de s’imposer comme une néguentropie par l’information croissante de la vie dans la matière organique. De là donc, l’intuition d’un sens supérieur qui nous pousse vers la transcendance. Cette quête irrépressible et inéluctable du sens vis-à-vis des effets entropiques du temps sur le vivant est une caractéristique extratemporelle de l’être humain qui en est l’unique dépositaire. La sémioanthropologie interroge la conscience extratemporelle du monde et donc, est à ce point au cœur de la physique et de la métaphysique du temps, en tant quelle appréhende chez l’homme, cette intuition conscientielle des signes et pressentiments d’un monde au-delà de la matière et par-delà les remous et finitudes de la vie biologique, un monde ailleurs dont la conscience humaine est porteuse, elle qui vit le connaissable et le mystère, ce champ surlogique de l’inconnaissable.

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :