Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par  Camille Loty Malebranche

 

La religion n’est morale que pour rendre l’homme apte à vivre la spiritualité avec Dieu dans la sphère divine. Mais c'est avant tout un discours et un guide du sens suprême et ultime. La morale, quant à elle, est toujours une ablution spirituelle pour la purification. En effet, la pureté est la seule balise de l'Esprit confronté en ce bas monde à la peccabilité de la condition charnelle, au risque du charnel psychologique. Charnel psychologique, état de l'esprit en contradiction avec sa nature, contraire de l'Esprit authentique c'est-à-dire  imbu de la spiritualité, sa vocation transcendante. Car seul l'Esprit est authentique (dûment spirituel dans ses pensées, ses choix et actions) ou inauthentique (donc charnel parce que pris dans l'illusion du déchu et de l'éphémère).


Toute religion est essentiellement un acte de foi déterminant la liaison sacrée du croyant - c'est-à-dire impliquant, par delà le cours profane des sens immédiats et particuliers des choses, le Sens Absolu de sa présence au monde et de son destin - avec Dieu ou le Divin (Principe suprême en panthéisme), selon une eschatologie. Pas de religion sans eschatologie assignant une signification transcendante à la fin dernière. C’est là que la religion devient le seul domaine complet du sens au-delà de la philosophie mais aussi de la science ou de la morale dans l'incomplétude temporelle de leur projet. Le primat de la sphère spirituelle de la foi en Dieu constitue le seul sens eschatologique, recours somme toute métaphysique, pour l'homme après les errances et tentatives humaines de se trouver une signification ontologique ailleurs qu'en Dieu.

Nous devons ici rappeler que dans le christianisme, l'être humain est désigné précisément comme créature et non comme fils de Dieu. Comme pour rappeler que la parenté, l'appartenance à une famille, est question d'esprit et non de fatalité. Question d'Esprit, c'est-à-dire de choix existentiel, de perception du sens et donc de plénitude souveraine dans l'assumation de nos affects et représentations.  La parenté ou filialité humaine vis à vis de Dieu, en métaphysique chrétienne, tient de la conscience volontaire et choisissante via l'entendement et la sensibilité à la fois rationnelle et intuitionnelle de son essence par l'Homme. Homme qui, alors, librement, jette son dévolu sur le Père de son choix par delà le profane et le sacré institutionnels.    

Religion intérieure aninstitutionnelle, qui refuse églises et temples où les curies réinventent Dieu aux caprices de leurs intérêts impériaux, aux grés de leurs perversions et pouvoirs, selon les besoins de leurs alliés de classes ou de castes! Religion intérieure, jardin intime où je suis dans l'infini, domaine réservé à l'Esprit loin des murs du sensible, au-dessus des herses du hic et du nunc qui traumatisent, agressent les quêtes herméneutiques du sens dans la finitude du monde!

Et la Foi, comme je l'ai toujours définie, Sensualisme Spirituel, en dépassant le monde des sens et du tangible, assume la Vérité que nulle réalité ne saurait contenir.


CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0