Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

Proscenium du temps

Étrave des espaces

Le Nil de la vie,

Éternel et pur,

Coule à flot à l’océan du mystère.

Ni la pseudoscience

Pédantesque des conjectures sans preuve

Ni l’élégiaque maugréant l’absurde illusoire

N’effaceront l’intuition

Du sens caché que porte un Être d’Homme.

 

Le Mystère est mine de la Vie véritable dans le minerai de la vie 

Noyau de la Transexistence dans la gangue banale d’une existence.

 

Les sphinx qui marchent au pas

Dans la brume des nuits et des jours

Malgré leur tronche ardente

Ne sont que pour cacher la tératogénie du monde

Les masques humains ne confèrent pas d’humanité

Les fausses faces arborées parmi la foule ne font pas la nature

Ni les têtes d’homme des corps zoomorphes

Ni l’empirie de la forme qui trompe

Ne transformeront l’eccéité des escogriffes réflexes

En finesse d’esprit ou entendement sacré!

 

Comme le snob, misérable rejet des sottises, qui singe l’intelligence

L’espèce proliférante n’intellige que ses ignominieuses mufleries!

L’aliéné métaphysique succombe au fracas tellurique des ébranlements

Secousses fatidiques du faux qui l’extermine!

Quant à l’accompli en devenir, il va au rendez-vous d’ascension.

Comme l’oiseau qui chante en envol,

Comme les poumons du nouveau-né, ouverts à la vie dans les balbutiements des premières bouffées d'air,

Il se sait sur le départ vers sa destination

Il est en marche

Car marcher, être en route, c’est tenir la porte du destin...

La complétude est à l'horizon des vainqueurs du fatalisme et du doute.

 

Fatalisme et doute, défaitisme spirituel des errants du vide intérieur,
 

Abîme mental qui ne jouxte point les pas du coureur entéléchique.

 

La vérité des essences est substance, sinon illusion!

La gueule des engouffrés singeant la grandeur par l’intumescence affectée

Restera sans avenir et sans effet

L’humanité est un travail sur soi, un essor de l’esprit dans l’Esprit

Combat ardu sans merci contre l’amorphisme mortel

Lutte aux déviances sensorielles des ombres aphasiques,

Conatus du substrat intangible

Où j’atteins la plénitude du sens,

Où l’Être intégral individué

Contemple son visage d’hypostase vive au-delà des miroirs…

Contemplation mystique de l’homme retrouvant Dieu

En l’âtre de sa conscience imageante,

Où la Créature devenu Fils de Dieu

Reconnaît, étreint en Soi le Père,

Embrasse l’Absolu au for intérieur de son temple

Car l’Amour, en son extatique transcendance,

Son éprouvement de l’infinitude intangible,

Vit l’intemporel, inspatial mystère.

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

 

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée

Tag(s) : #Poésie, #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0