Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche


 

La morale est chemin de l’esprit vers la conquête de soi, itinéraire de l’homme vers sa propre trouvaille pour sa construction en tant qu’être. Sinon, elle n’est que paille et tyrannie. L’homme est soit bâtisseur de son être selon l’architecture spirituelle du Créateur, soit autodestructeur inconscient, suicidé hagard qui s'ignore.

 

Le seul gain humain possible est celui du moissonneur de soi, qui part à la conquête du Soi spirituel, ne considérant les ressources de la terre que comme surcroît de grâce accordée par le Créateur pour rendre agréable, la route vers la spirituelle entéléchie.  Le gain, ici ontologique, est, par l’esprit conscient de soi, culture mentale et subconsciente de sa vérité à vivre, où son être intérieur constitue le seul avoir qu’il se reconnaît, poursuit et auquel il s’attache. 

 

La morale, au sens métaphysique, est la science du Bien parfait et total. Elle est dynamique et consiste en la vie intérieure avec Dieu, le Bien total. C’est l'expression de la foi qui, dans sa dynamique présente et actuelle, vit la compagnie présente et actuelle de Dieu. Morale donc très exigeante, car elle implique une consécration intérieure et strictement spirituelle. Quand elle est vraie, la morale spirituelle dynamique se moque de tous les rites car elle sait que son seul Bien, c’est Dieu, et l'esprit vivant ainsi sa vérité,  sait qu'il possède Dieu au présent.

Là, toute la morale extérieure s’exprimera, car règne la transcendance des besoins, transcendance qui fait taxer de fou l’Homme spirituel par sa sublime extravagance du renoncement, sa différence radicale face à l’alignement de tous à la « sagesse » misérablement temporelle de ce monde. Là où l’argent, le pouvoir, la religion formaliste institutionnelle et les bas instincts sont rois, la foi, cette vie en Dieu et pour Dieu, travaille les profondeurs de l’esprit vivant et manifeste une sobriété dans l’usage des choses du monde, une certitude de la vie véritable loin des singeries de la vie extérieure sans ancrage et privée de sens sinon que les postiches du religieux ou du profane, tous deux esclaves du social. 

 

La morale spirituelle est émanation de la foi spirituelle au mépris de la foi institutionnelle. Foi vivante, dynamique dans l’actualité divine loin de la foi livresque figée dans l’histoire et dans la théologie des institutions religieuses.

 

Loin de l’opacité sensorielle pulsionnelle de la chair et l’évidence sombrement matérielle du monde et des institutions; loin du matérialisme ontologique et économique et de l’illusion des richesses qui ne visent pas l’être, car triste avoir illusoire figé dans l’évanescence du mortel, c’est la vie de l’esprit conscient de soi qui constitue la seule voie, l'unique morale digne et véritable. L'homme de la morale spirituelle est un rebelle au monde qui ne reconnaît nulle autre autorité que la Justice dans ses relations avec autrui et avec les institutions. La morale spirituelle conspue par principe la justice tronquée des hommes et des systèmes.

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0