Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

  

Le Prométhée est l'incarnation de la dénaturation de l'aliéné métaphysique refusant d'ennaturer, rendu étranger à sa nature spirituelle par les vanités d'orgueil du charnel psychologique. 

Le Prométhée voleur de feu est l’incarnation de l’homme possédé par l’orgueil dénaturé de la pensée et de l'action et qui voudrait réinventer la nature humaine contre le Démiurge de l’humanité, il est donc normal que l’homme prométhéen en hérite d’un monde en ruines et de suie, incinéré par son feu volé incapable de briller, inapte à éclairer!

 

Nous savons que Prométhée fut, par la suite, attaché au Caucase en damné où un aigle lui dévora le foie...

 

Je dis que la montagne de Prométhée n’est que figuration de la fausse élévation, illusion de grandeur que procure l’orgueil aliéné dévié en arrogance primitive, au cœur dénaturé de l’homme. La montagne de Prométhée n’est que tertre mortuaire où s’amoncellent les débris de la nature humaine assassinée, les défroques d’une humanité aliénée, les dépouilles de l’humain dénaturé. Les chaînes prométhéennes sont en fait toutes les servitudes humaines nées de la rage de fausse liberté chez l'homme et de nos indignes révoltes-rejet de l'Esprit-hypostase, notre nature  inviolable.

 

Le foie de Prométhée dévoré par l’aigle, mais qui repousse sans cesse, loin d’être une quelconque « sève de la passion  qui ne saurait tarir en l’homme » comme le croit Gide, est la dévoration continue de son être consommé par ses déviances! Consomption d’une humanité valétudinaire, malade des facultés de pensée et d’action, qui, pourtant, devraient lui être tremplin de spiritualisation effective en Dieu, envol vers la déification par la fusion et non par la fausse révolte luciférienne et prométhéenne. L'aigle dévorant le foie du Prométhée déchu, représente les minotaures de la déshumanisation, monstres de la dénaturation d'une humanité perdue à elle-même aux géhennes idéelles et idéologiques génératrices des fanges mentales perçues dans les pratiques d'une weltanschauung collective et individuelle sans égard ni pour Dieu ni pour la nature humaine. L'aigle tortionnaire de Prométhée est en fait l'accoutrement du vautour monstrueux qui fait de la civilisation du révolté aliéné, agissant contre sa propre nature spirituelle, violentant sa propre essence, un supplicié dévoré par les oiseaux charognards de l'orgueil et leur funeste voracité constatée dans l'histoire et l'actualité à travers les idéologies déshumanisantes et prédatrices. 

 

Le Prométhée mythique est l’image parfaite du "démoniaque spirituel" de Kierkegaard, archétype maudit de Lucifer et de Faust.  

 

Les chaînes de Prométhée brisées par Héraclès, ne sont que le mirage de la liberté par la force et sans loi; délire d’une liberté anomique et agressive rêvée par l’orgueil déviant et dévié des hommes. D’où, le Prométhée soi disant libre se retrouvera en Scythie avec les scythes, dont la barbarie proverbiale réfère à l'inaptitude fruste des foules à la transcendance d'esprit. L'on appréhende le symbolisme de la Scythie comme dessèchement ontologique, privation de toute source intérieure où la vie et l'extase vers l'éternel se nourriraient!

 

L’on comprend alors que la liberté sans loi est une aridité existentielle, un désert de barbarie où la collectivité des faux libres, patauge dans l’entraliénation et l’agression réciproque, loin de toute fraternité voire de toute amitié véritable, devenues denrées rarissimes, pierres philosophales dans la civilisation barbare à travers cette ignoble promiscuité des chartes si justes, si humaines et de l'agissement inhumain généralisé que l’on constate dans les civilisations. Là, il n'y a que les prestidigitations mensongères du langage hypocrite et sans conséquence, l'impudence discursive avec son autruche verbale, à appeler sociétés humaines, les grands amas d'individus çà et là répandus sur terre!    

 

La liberté étant ennaturation, ancrage dans la nature spirituelle transcendante de l’homme, toute juste révolte doit être enracinement en l’Esprit qui est Essence et centre du Sens, sans quoi la liberté et ses révoltes ne seront qu'un feu roulant et ravageant d’absurde!

 

L’Homme Prométhéen, aliéné métaphysique, suicidé inconscient, ne meurt donc que de ses mains et de sa « liberté ». 

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0