Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

 

Le fanatisme est essentiellement la déviation politico-idéologique de l’exaltation humaine. C’est l’instrumentalisation de la passion en politique. Mais me direz-vous, le fanatisme est très fréquent en religion, pas seulement en politique? Oui, vous répondrai-je, en vous précisant cette nuance essentielle: c’est précisément, dans la politique des institutions religieuses qu’il faille trouver les racines du fanatisme. Car la véritable religion étant intérieure et n’étant autre chose que la spiritualité et la liaison mystique de l’homme avec son Dieu, elle est totalement étrangère au fanatisme et à ses déferlements violents.

 

Il n’est de fanatisme – en politique, en religion ou en n’importe quel autre domaine, fut-ce en art où peut intervenir une doctrine esthétique engendrant des fanatiques « fondamentalistes » d’un mode d’expression de la beauté – que sociale et idéologique. Car le fanatique est l'excentrique sauvagement possédé par une idée collective des choses selon son appartenance sociale, idée faisant figure d'idéologie de son référent collectif et identitaire, idée considérée comme absolu auquel il s'identifie jusqu'à l'extrémisme, au point d'être débordé d'une énergie passionnelle inexorable violente au service de ladite idée. D'où, le fanatique est prêt à d’exécrables excès pour imposer son absolu ou le défendre contre celui qu’il en considère ennemi voire indifférent. Déjà, au stade individuel, un exalté qui délaisse le cadre romantique de son grand amour pour en faire doctrine, est dangereusement violent dans son transport agressif selon la weltanschauung qu’il croit bon de vivre en excluant tous ceux qui ne la partagent. En cela, il faut chercher dans l’histoire individuelle, l’anamnèse, mais aussi, l’origine sociale, le terreau favorable à l’exaltation subvertie qui génère le mal et dégénère en fanatisme. Séculier ou religieux, l’objet du fanatisme est toujours sacralisé, posé sur le plan du suprahumain qui mérite que pour lui, le fanatique se consacre à l’extrême, se suicide en certaines circonstances, rompt de vielles et excellentes amitiés, et parfois, va jusqu’au meurtre. Car le sacrifice et le crime sont des frères immondes quand il s’agit d’idée rendu Absolutisme à imposer ou à s’imposer.   

 

L’homme individuel est un être d’émotion et de raison, et c’est l’équilibre nuancé de ces deux, qui lui permet de manifester la beauté du sentiment dans toute sa puissance de conscience.  Le fanatisme est un déséquilibre avéré où l’émotion privée de son contrepoids rationnel, plonge dans les bas-fonds de l’excentricité agressante et primitive.

 Depuis cinq cents ans, sous prétexte de sauver les barbares de leur barbarie, chose non vide de sens car des barbaries comme le sacrifice de vies humaines immolées à des dieux, existaient bel et bien un peu partout au monde, l’occident s’est fourvoyé dans l’abysse de sa vénalité et de l’hégémonisme corrupteurs des meilleurs sentiments de départ. Car l’appétence matérialiste avaricieuse de l’occidentalisme, est précisément, le ferment des corruptions qui engendrent aujourd’hui encore, les fractures planétaires, entretient les conflits et assignent plusieurs à la misère par la paupérisation planifiée via des organismes onusiens ou financiers tels la banque mondiale, le Fmi…

 

                         Occident – Fanatisme

   

Ici, il s'agit de comprendre que la propagande, n'est rien d'autre que la politique d'attisement du fanatisme. C’est de la planification psychologique qui structure idéologiquement le mental des foules selon l’agressivité émotionnelle et la vulgarité des réflexes de haine, d’ethnocentrisme, de sociocentrisme voire d’égoïsme collectif  tout en alléguant que c’est pour sauver le monde.   

        

Avant d’arriver à la politique, nous ne saurions passer sous silence, l’action de certaines sectes dites églises qui importunent scélératement avec leur message soi disant biblique, le monde qu’ils sont seuls à pouvoir sauver. Car  dans l’occident contemporain, il y a encore bien des fanatiques religieux agissant en prosélytes arrogants pour des sectes viles et irascibles se proclamant chrétiennes, supputant qu’elles sont les seules à comprendre la bible dont elles sont les uniques herméneutes, et qui, en blasphématrices répugnantes, après s’être moult fois trompées dans leurs tentatives d’une prophétie eschatologique précise et datée, par lesquelles elles ont berné des naïfs idiotement assoiffés de message annonciateur de la fin du monde, veulent encore insulter notre intelligence! Ces sectes, d’ailleurs, ne continuent d’exister, que grâce aux débiles qui les fréquentent et dont elles profitent de, ce qu’on peut appeler, leur dépendance cultuelle aux sectes. Dépendance très répandue, vu le nombre de ceux qui ne peuvent ni croire ni servir Dieu sans le verbiage de prêtres, de pasteurs ou de guides, sans des rites religieusement formalistes sous la trique hiératiques des profiteurs du sacré, se célébrant aux lieux de culte.      

 

Mais, au moment actuel, là où l’occident porte la palme effroyable du fanatisme, c’est en politique internationale. L’occidentalisme, devons-nous dire ici, car il s’agit de l’establishment financier et non des nations, s’est littéralement érigé en monstre du fanatisme idéologique planétaire. Fanatisme hyperbelliciste qui va partout guetter les nouveaux possibles d’un néocolonialisme à travers un hégémonisme procédant par géostratégie massacreuse derrière l’invasion verbale du discours omniprésent de la démocratie et des droits de l’homme. Comme au commencement de son insidieuse expansion au Nouveau Monde, où le colon portait le fusil à une main et la bible à l’autre, aujourd’hui, la charte de l’Onu instrumentalisée dans les démarches hégémoniques de la minorité de ceux qui se veulent maîtres absolus et sans partage du monde, par la finance et les armes, fanatisent les masses à travers le vieux conservatisme immonde d’un patriotisme qui se doit d’appuyer les armées nationales occidentales dans leur nouvelle croisade unilatérales ou au sein de l’Otan, contre la barbarie qu’elles bombardent en tuant chez eux, les barbares.  

Intolérante, arrogante, agressive, criminelle, toute la civilisation dont se prévaut notre occident, se pâme et se résume dans ses rages hégémoniques. L’Hégémonie constitue le seul horizon de l’occident contemporain dans son rapport au reste du monde. Le respect des droits de l’homme et des peuples, est une élucubration justificatrice de toutes sortes d’hécatombes, une fois que les establishments occidentaux considèrent qu'ils ont leurs intérêts quelque part au monde, un monde passablement pris dans l'instinct géostratégique des establishments occidentaux comme leur bien privé, leur arrière-cour inavouée ! Si nous nous insurgeons ainsi, c’est parce que, partisan de la paix mondiale, nous constatons que L’occident dans sa mentalité idéologique immonde d’hégémoniste,  est le principal entreteneur, l’ignominieux hypocrite qui agresse, et prétend civiliser, massacre et prétend sauver, égruge des pays et des peuples en arguant de les libérer.

 

La paix mondiale, la fin ou à tout le moins la réduction à la marge d’épiphénomène rare du terrorisme, implique immanquablement un changement de mentalité des élites occidentales. On ne peut être prédateur planétaire et en même temps se mettre à pleurer idiotement d’être de temps en temps griffé par des proies qui se défendent ou contre-attaquent !

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/)  est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0