Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

Nous appelons regard, ces modalités selon lesquelles, l'Homme fixe son attention sur un ou plusieurs éléments du monde que sa conscience prend pour objet de perception. À ce compte, le regard est, dès le départ, fondation d'une vision libre non livresque et donc, aventure cognitive. Le regard posé sur sa chose-cible, son objet, vise à plus qu'une connaissance superficielle, mais à une gnoséologie en tant que la conscience qui perçoit, bricole des hypothèses de tout acabit pour tenter de comprendre dans la ponctualité de l'acte de percevoir par delà les sentiers battus et idées reçues... C'est donc une gnoséologie fondatrice et radicale que de regarder des éléments particuliers du monde!

 

C'est déjà dans le regard, cette manière de percevoir - cette sensibilité unique qui fait que chaque "je est un autre" comme dirait Rimbaud, altérité qui n'est autre que l'identité irréductible du sujet sentant et pensant - que se situe l'image sentie et donc conçue selon l'intentionnalité de la conscience juge. Mais l'intentionnalité est elle-même regard et vision intérieure. L'homme ne voit qu'à travers soi. Et c'est son propre soi qu'il projette sur l'extérieur conditionné en réflexion sur le miroir ontologique qu'est la conscience percevante et connaissante. Loin des jongleries onomastiques d'une psychanalyse du langage comme chez Lacan avec sa théorie du ou des nom(s) du "père", le regard est prélangagier et verbophore. Le verbe est une essence à la fois impressive parce que monologue intérieur et expressive par le dialogue d'abord solipsiste puis ouvert aux autres avec toute la quête de communication sémantique parlée ou écrite du regard.

 

Ainsi regarder le monde, c'est poser en objet à partir de la construction de soi aux matériaux pondérables et impondérables de la pluridimensionnalité humaine à la fois comme Esprit (hypostase métaphysique), comme univers somatique et sensoriel, comme agent-patient social, comme politique etc.

 

Rien n'est donc plus impliqué et pour ainsi dire "mouillé", car trempé au bain existentiel, que le regard au moment où l'Homme ouvre ses yeux sur le monde et ses éléments de toutes sortes qu'il prend pour sujet ou objet de son essor cognitif, selon leur nature.

 

Chaque vision portée, attestée par un regard est une synchronie personnelle d'un Homme, une anamnèse en diachronies synthétisées et manifestées dans l'actuel du présent. 

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © Camille Loty Malebranche - blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :