Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

Comme la bonté, la méchanceté tient d'un mode de jugement et de ses actes, expression d’une logique de pensée-action dans le rapport à soi et à autrui d'un individu ou d'un groupe. Le saint et le diable sont dans le jugement. Au juge qu’est l’Homme, de choisir et d’assumer lequel il veut être!

 

Le méchant s’enferme dans la tour immatérielle mais épaisse et réelle de ses idées justificatrices du mal qu’il fait ou projette. Pour perpétrer son méfait, le méchant passe par le subterfuge idéel ou idéologique qui accuse, dénigre et ouvre la porte à ce qui est punitif de sa victime ciblée. On ne fait pas souffrir son peuple, sa famille ou quiconque, avant de l’avoir mentalement dénigré en soi-même pour le percevoir comme coupable et monstre et de la sorte, le rendre responsable de la haine ainsi justifiée qu’on lui inflige. Le méchant, loin s’en faut, n’est pas un schizophrène ou malade mental classique (sauf cas exceptionnels) mais un fou furieux, un déchet du mal, exécutant de sa propre logique tristement juste et aléthique en son contexte.

 

En politique, toute logique de pouvoir tendant à favoriser des hommes, des clans, des castes ou une classe au détriment de tous, est folie furieuse et méchanceté cruelle qui range et ravale ses tenants parmi les pires ennemis de l’humanité.

 

Si la sagesse ancienne et pérenne considère le mal que fait un homme à son semblable comme de la folie, nous pouvons alors mesurer au milieu de quels fous furieux et charognards nous cheminons. La folie n'est en somme que le fonds d'aberrations qui justifie l'action du système social qui dresse l'homme contre son semblable dans une idée de compétition permanente et féroce. Chacun selon son clan, selon son rang se croit obligé d'écraser l'autre soit comme proie à utiliser soit simplement comme manière de montrer sa préséance.

 

La folie n’étant  pas une nomination scientifique des pathologies mentales plutôt groupées sous le nom de psychoses, ce que nous appelons telle, est tout simplement l’excès d’avidité de pouvoir et de privilège qui orchestre les pires méchancetés de l’homme contre l’homme. Ce n’est jamais une perte de contact avec ce qu’on appelle la réalité, ni une incapacité d’assumer ladite réalité comme c’est le cas des psychoses, au contraire c’est du réalisme excessif et sans limite ni recul. C’est l’excès crapuleux de l’ego sale et exclusif qui se fout supérieurement de provoquer et d’infliger toutes sortes de souffrances, une fois son ostentation de pouvoir et sa jouissance personnelle ou de clan, satisfaite.  La folie est l’excès extrémiste dans l’abus d’autrui et dans la planification de pièges et de tourments contre les autres.

 

La méchanceté, cette inclination à la haine et à l’abus d’autrui, cette intention-planification du mal d’autrui, ne peut être saine ni métaphysiquement au niveau de l’Esprit comme hypostase, ni socialement où le mal s’impose par la politique. Il est dans cette espèce au monde dite humaine, une terrible corruption de la grandeur qui la fait constamment basculer dans la salissure, c’est l'orientation logique et politique d’une grandeur qui passerait par l'écrasement d'autrui. Une grave altération du génie humain ainsi corrompu, déchu s'ensuit et fait dégénérer tout le jugement et l'action dans les rapports interindividuels et internationaux.

 

En dépit du fait d’avoir développé tant d’intelligences, de talents qui ont fabriqué, inventé toutes sortes d’outils, d’instruments et d’objets utilitaires pour rendre la nature et la vie agréable pour lui et ses semblables, l’animal humain a supplanté la sauvagerie des pires animaux prédateurs par quelques terribles forcenés obsédés du pouvoir qui, régulièrement accaparent les biens et ressources communs de l’humanité par la politique et le système social mis en place où ils corrompent des politiciens ou fonctionnaires platement serviles qui leur obéissent personnellement et structurellement, afin de maintenir leur contrôle du pouvoir, pour régner et tyranniser en assouvissant leur instinct d’animaux humains jamais évolué à l’humanité plénière.

 

La méchanceté, disons-nous, aboutit toujours à la folie, car à vouloir s’imposer à son semblable par n’importe quel moyen, cette expression manifeste de la méchanceté, le méchant ne recule devant aucun stratagème, aucun mauvais coup pour satisfaire son arrogance. Là, toutes les insanités du caractère méchant s’expriment et tous les forfaits des méchancetés sont alors entrepris par l’excentrique-type autorisé, en mal de domination pour son privilège. Y sévissent impudemment toutes les maltraitances humaines, toutes les formes de la haine active: de l’accusation mensongère à la dénonciation sordide pour faire souffrir, de la torture au meurtre, du harcèlement au faux témoignage, de l’ostracisme au dénigrement systématique, de l’imbécillité des lois grossièrement répressives, aux emmerdements administratifs vicieux, de la justice injuste de l’ordre infâme du monde au droit débité, vendu ou rabroué matoisement par ces voyous gueulards et procéduriers que sont nombre d’avocats, vrais as en ruse pour confondre par le dilatoire des renvois et dépenses, toutes victimes pas assez cossues qui réclament justice.

 

La bêtise humaine, une fois enclenchée dans la logique de pouvoir et de privilège, ne connaît pas de limites à sa folie, c’est l’assouvissement des vœux de ses prétentions, son orgueil pervers, ses seuls horizons.

 

Si pitoyable en son propre rapport à soi, le méchant, plongé dans les noirceurs de sa haine hyperactive, perçoit l'appréciation, l'estime et la reconnaissance des grandeur et valeur d'autrui, comme un écrasement amenuisant pour lui-même, une descente en enfer de son propre être misérable qui se hait lui-même parce qu'incapable d'identifier et de féconder ce qu'il porte de bien en lui, inapte à s'aimer...

 

Rien, moins que rien, le méchant, pour combler son vide d'être, se rabat voracement sur l'avoir, le pouvoir, toutes les contingences favorables à ses tares immondes, avec force de crapulerie et fienteuse fringale d'y trouver occasion de faire mal à autrui, de faire souffrir l'humain. 

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée 

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0