Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

Tandis qu'un journaleux occidental de télévison, éhonté, parle des réfugiés syriens comme fuyant la dictature d'Assaad et les massacres de l'État islamique, notre journaleux voulant éviter matoisement à tout prix, de dénoncer la politique belliciste et impérialiste de l'occident, principal coupable de la guerre syrienne que les puissances occidentales nourrissent et entretiennent impassibles pour leur hégémonie géostratégique tout en instrumentalisant criminellement la détresse humaine, je vous invite à relire cet article que j'avais écrit le 6 octobre 2012 sur le sujet. Bonne Lecture. CLM

 

La perduration du conflit syrien, orchestrée au vu et su de tous, constitue en fait ce qui tient lieu de norme depuis le début du vingt-et-unième siècle, une véritable méthode géostratégique de la nouvelle hégémonie occidentale au cœur d’un monde multipolaire. Il s’agit désormais d’inventer des révolutions de pacotille, des guerres civiles qui renversent des dictateurs vrais ou prétendus ayant de l’influence unificatrice sur leur pays et leur peuple afin d’égruger, par la suite, l’État via le chaos planifié de l’extérieur que seuls les hégémonistes contrôlent. C’est en fait la nouvelle modalité de mise à mort de l’autodétermination des peuples et États grâce à une ingouvernabilité inventée de toute pièce selon le plan macabre des establishments occidentaux usant sans vergogne de leur supériorité technologique militaire, pour pulvériser des pays rendus butins de guerre du bellicisme interventionniste occidental. Cela, naturellement, après les massacres sans état d'âme de milliers de ressortissants de ces peuples dont les pays sont instrumentalisés pour les intérêts hégémoniques de l’occident.

 

Des révolutions colorées des anciennes républiques de l'ex union soviétique, au printemps arabe, le monde court le risque de l’effritement ou de subvertissement d’États voire de régions planétaires, inlassablement poursuivis, harcelés par un effroyable et sinistre appel du chaos instillé à leur base déjà fragilisée à cause de leur faiblesse institutionnelle, leur multiethnicité, leurs inégalités sociales criantes et disparités tribales. Inégalités et disparités qu’exploitent les establishments forts d’un occident, qui - après avoir, dans les siècles derniers, refondus la mosaïque étatico-nationale planétaire par la création d’États nouveaux sur des continents entiers, États d'abord colonisés puis indépendantisés sans décolonisation au gré des colons et impérialistes - renouent aujourd'hui avec les pires crimes géostratégiques. L'on se rappelle qu'au temps colonial, l’occident avait créé des pays formés à dessein de populations très hétéroclites, le plus souvent en conflits tribaux depuis d’innombrables siècles, afin de ramollir les fondations sur lesquelles sont érigés les États nouvellement conçus ou reconfigurés, dans leur soi disant indépendance. Ce qui, bien entendu, a maintenu ces États sous la trique du néocolonialisme. Néanmoins, la bipolarité du monde du vingtième siècle permettait à des pays soit clairement soit tacitement dans le giron étasunien ou soviétique, de se maintenir sans être excessivement harcelés par l'un ou l'autre camp.   

 

Aujourd’hui, tandis que la politique et l’économie mondiale se reconfigurent dans une multipolarité d’influence incertaine pour les vieux maîtres occidentaux du monde, c’est donc la déstabilisation servant de prétexte aux bombardements de l’Otan et à l’émiettement militaire puis institutionnel, politique et économique des États, qui sert d’arme redoutable des monstres sans foi ni loi du colonialisme ancien et nouveau.

 

Sachant que le chaos factice, planifié qu’eux seuls contrôlent, est de loin plus fatal pour les États et les peuples que les dictatures réelles ou alléguées qui les oppriment, les seigneurs dans l’art d’hégémonie de séquestration d’États, s’adonnent impassibles à leur nouvelle étape d’une prédation obsessive et vorace des espaces et nations du monde, qui ne s'arrêtera tant que ne surgisse un nouveau faciès militairement rééquilibré de l'ordre mondial, capable de les en empêcher!

 

En attendant l'équilibrage des forces, l'horreur raciste, sociocentriste et crapuleusement prédatrice impérialiste, se poursuit et sévit criminellement, mortellement contre de multiples peuples et régions du monde, dont la seule malédiction, est d'être périphériques, d'ethnie non caucasienne (sauf le cas particulier des Balkans sous Milosevic) et d'inculture barbare aux yeux des illustres civilisés civilisateurs, militants ethnocentristes de la race supérieure, prosélytes de la civilisation unique, qui, depuis au moins cinq cents ans, parcourent le monde, pillent, tuent, fomentent des génocides planifiés ou ponctuels au nom de leur hégémonie idéologique de droit divin, leur préséance mondiale tant politique, sociale qu'économique. 

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0