Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

Plus qu’une effigie identitaire collective, la face de la culture est celle de la nature sociale de l’homme, nature sociale qui imprègne, moule toute la nature humaine. Et pour faire court, disons que la culture est le catégorème du non animal, du non biologique de la nature humaine.

 

La Culture, cette catégorie de l’acquis qui diffère de l’inné et donc de la nature, du donné cosmique, est, paradoxalement la forme constitutive de la nature des ethnies. Mais ne nous y méprenons pas, la nature en matière ethnique, est une construction des élites, qui évolue à travers l’histoire. La culture est donc au cœur de la définition de soi des ethnies et des sociétés. La marque de manifestation de la weltanschauung d’une collectivité. L’espace de l’identité sociale.

 

La culture est sans conteste, un sujet éminemment polysémique, un espace où malheureusement les stéréotypes font rage et ravage. Au stade proprement anthropologique, la culture, si elle n’est pas hiérarchisable entre les peuples, constitue une configuration passible du jugement logique et moral de l’humanité. Avec ses conséquences positives ou désastreuses, sa fonction demeurait longtemps pleinement différenciante avant de ne l’être aujourd’hui qu’en partie. Le monde, c’est l’homme ajouté à l’univers. Il implique une vision, une conscience de l’univers auquel l’homme adjoint les artefacts de la civilisation, les acquis donc de la culture. Aujourd’hui la culture populacière propulsée à travers le populisme des médias, s’impose en mode de penser et d’être. Un nivellement imprégné de la morgue balourde de la canaille médiatique avec ses diktats gnomiques qui dénaturent toute la perception que les individus ont d’eux-mêmes et du monde. Une véritable illusion par une sorte de taxinomie de fortune refondant le sens au moule des médias, tue les catégories pérennes de l’histoire : le sacré, le profane, le sérieux, le loisir, l’utile le superflu, le rentable et le transcendant non négociable, l’élitaire et le vulgaire… Cette nouvelle taxinomie comporte naturellement, comme c’est le cas de toute catégorisation des choses humaines, une axiologie. Axiologie perverse où l’échelle des valeurs logiques et morales est totalement perturbée et vidée de son essence. Ainsi, le mérite change de sens et l’intelligence se réduit à non plus la compréhension pour une adaptation éclairée au monde mais à la reddition de soi au mode économique dont la thaumaturgie hypermatérialiste transforme, réinvente toutes les valeurs et le sens en un seul : la valeur d’échange.

 

Dans cet univers dénaturant et délétère, la prostitution a pris une stature de gloire où la star - amuseur adulé et enrichi du lupanar social - apporte la paix en créant la diversion collective des consciences, vendant le rêve faux des grands prédateurs et riches parasites du système politique et socio-économique que sont bien des banquiers, des politiciens et des chefs d’entreprises subventionnés par l’État avec l’argent des contribuables. Puis, tous ces zéros faits héros et érigés en icônes de l’ordre en cours participent de cet abêtissement par l’assouvissement d’instincts et de goûts démesurés de la foule pour les prostitués de luxe des grands médias : journalistes one man show, politiciens démagogues et populaires, intellectuels stipendiés, spécialistes vendus et véreux …

 

Pour la perfectibilité humaine passant par la culture…

 

Comme l’humanité elle-même, la culture humaine est et doit être perfectible. Elle devrait contribuer à débarrasser l’homme de ses tendances instinctes et primitives au mal, ses pulsions destructrices. Il est donc dévolu à l'homme de l’améliorer dans le temps et l’espace. La culture comme émanation de la nature humaine dans le rapport de l’homme à soi, à la nature - que l’homme transforme en monde c'est-à-dire en environnement chargé de l’influence humaine par la gérance de l’univers terrestre immédiat exploité selon les projets et besoins de l’homme, mais aussi sa perception et interprétation du multivers cosmique, son autopositionnement dans ce multivers - doit constamment être mise sur la sellette du sens tant moral que finalitaire de la nature humaine voire de la nature tout court. On ne peut la laisser sévir au nom de la liberté contre la nature humaine et cosmique (environnementale) sans qu’elle mette en péril la terre entière et avec elle, bien-sûr, l’espèce humaine.

 

Si l’arriération évidente d’une culture trop collée à la nature, reflète mal l’une des facultés de la nature humaine qu’est l’intelligence avec son perpétuel dépassement de la nature, la démesure des projets humains sollicitant la nature au nom de la performance et des besoins illimités des sociétés hyperindustrialisées est le revers mortel et barbare de la civilisation trop réifiante de la nature. En pays périphérique, la culture est entre démagogie et déshumanisation. Par exemple, le fait de garder l’identité, autorise certaines sociétés à pratiquer toutes sortes de mutilations et d’excoriations dangereuses dont la plus connue est l’excision, pratique qui prend des formes diverses chez plusieurs peuples. Il est même des sociétés où l’identité maintient des pratiques religieuses pour le moins sales telles les potions puantes utilisées, la promiscuité sexuelle que pratiquent des adeptes de certains cultes dans leurs rites; sans oublier la contiguïté de soi disant religions avec des actes de sorcellerie qui gardent les populations impliquées dans une sorte de paranoïa mystique primitive, de suspicion réciproque entre les individus.

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0