Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

Celui qui accapare tout, pour appauvrir son semblable, est un déchu, un sous-homme si pauvre de soi et si vide, qu'il en devient incapable de se reconnaître substance spirituelle et richesse incarnée par soi-même. Alors, dans sa crise existentielle d'extraverti, il cherche désespérément, violemment à masquer la vacuité par l’apparence,  surcompensant sa pauvreté intérieure par la cupidité, l’accumulation compulsive de biens, pour assouvir une arrogance de misérable, usant du matériel pour asservir et s'exhiber.

 

Celui qui cherche les conflits interpersonnels, est un inférieur qui croit prendre de la hauteur par l’agression d’autrui, c’est un minable dans l’être, à dédaigner et à bannir de toutes relations humaines. 

 

Celui qui recourt au sarcasme pour faire rire aux dépens d'autrui dont il se sent inférieur, creuse encore plus profond le trou de ses manques et ignorances. C'est un sot qui dissimule sa sottise dont il se défoule en excitant des imbéciles. Quand un sot excite d'autres sots, c'est la terrible et hideuse redondance de la bassesse et de la platitude qui efface la face du sens dont l'homme est porteur. 

 

Celui qui agresse délibérément par l’insulte de mot ou de geste non par réplique ni par répartie à un agresseur, est un malade de chétivité, un rachitique mental tellement triste en sa petitesse, que ses agressions même ne font que révéler encore plus sa prestance méprisable. Seuls les méprisables, les menus fretins veulent rabaisser tous à leur niveau, afin de faire oublier leur pitoyable statut de minus.  

 

Celui qui exclut et dénigre la valeur avérée d’autrui ou cherche à ternir les talents d'un Homme de vrai mérite, est l'incarnation du néant, un moins que rien, un miséreux dans l'être sur la scène de sa propre tragédie personnelle de médiocre qui ne veut ni ne peut grandir.

 

Celui qui abuse de l’amour d’autrui ou qui mime l’amour afin de manipuler un cœur véridique et passionné pour assouvir sa frénésie de bête lascive ou combler son appétence mesquine de quelque autre intérêt, est un déchet anthropomorphe à jeter et éviter pour sa nocuité.

 

Celui qui blasphème contre Dieu et la foi, est un lâche, un niais retardé qui, en général abuse de la liberté, lui qui n’oserait jamais tenir tête aux religions pugnaces qui égorgent les blasphémateurs. C'est un pitre qui montre sa propre pitrerie pitoyable de couard mal léché.

 

L’homme qui s’efforce de cultiver son humanité, sa nature intérieure spirituelle, sait qu’il est ici-bas, en mission divine, sur la route de l’Esprit. Et la route de l’Esprit est Amour. Amour de soi d’abord et avant toute chose, car quiconque ne s’aime pas lui-même, est pire qu’un virus pour les autres, à qui il fait porter le fardeau de ses propres détestations de soi, infligeant à son prochain, le faix putréfié de ses propres puanteurs intenables, ventilant les mouches et émanations méphitiques de son être intérieur décomposé qu'il répand contre tous.

 

Naturellement, le narcissisme est aussi un mal parce que faux amour de soi; la contemplation de soi est nécessaire, mais si elle débouche sur la maltraitance égoïste d'autrui, elle se corrompt en faille qui se voudrait montagne! Car le narcissique veut sacrifier voire effacer tous à l’amour de sa personne!

 

Vaut mieux la souffrance plutôt que la réification et l’utilisation du prochain, puisqu’un amour de soi méchant qui bascule dans l’injustice contre autrui, est une haine inavouée de l’humanité profonde, à commencer inconsciemment par celle du narcissique.

 

Aime-toi, et en ton amour de toi, trouve l’Esprit qui t’a créé esprit à son Image! Sois alors cet esprit responsif à l’amour que tu es appelé à être. Trouve en toi la force d’aimer sans passion ni attache, toute l’espèce humaine en lui voulant du bien et refusant d’être pion de tout système injuste qui ravale l’Homme. Il ne s'agit pas de jouer comme les manipulateurs qui bâtissent des oeuvres de charité pour se donner bonne conscience alors qu'ils servent les systèmes politiques et financiers destructeurs du monde, responsables de millions de morts annuels par la faim et la misère. Refuser de collaborer avec l'ordre du mal qui écrase l'humanité, malgré les avantages qu'on pourrait en tirer, est une voie royale de justice envers les hommes!

 

Méprise les balourds et les tarés accrochés à leur misérabilisme, leurs tares, leur balourdise et méchanceté viscérales, de peur de leur ressembler par induction.

 

Conspue et évite le violent qui fait usage de sa force physique ou de ses armes meurtrières, comme le fauve ou le charognard qui attaquerait un homme, se croyant par sa force musculaire, ses griffes et ses dents, espèce supérieure, maître de la terre et du genre humain, plus puissant que toutes les forces du cosmos! La bête humaine brutale est en fait un monstre immonde qui exerce la force par infrahumanité, par manque de facultés humaines pour se faire valoir.

 

Renvoie d'un fracas imparable les préceptes ramollissants d'une société qui subordonne tous aux intérêts de quelques-uns; expédie au diable le conquérant, prédateur faiseur d'empire qui a tout amassé par la guerre et l'effacement d'innombrables hommes et peuples pillés, pulvérisés, paupérisés, et qui vient, au sein et au nom du système de sa domination infecte, diaboliquement immorale, te prêcher la morale de la bénignité et l'abnégation! En vérité, la non violence, la bonté prétendue et préconisée du puissant qui règne par la violence, n'est en fait que l'appellation hypocrite de l'inavouable génuflexion qu'il réclame matoisement de ses victimes pour les garder soumises, prises à vie à son rétiaire. Seul le criminel prêt à cesser ses forfaits et à restituer le restituable possible des butins de ses crimes, mérite ton attention, ta considération humaine.

 

Que l'Amour, celui de Dieu, de toi-même et de l'humain, soit l'expression de ton être comme une signature, une identité que tu déclines! Proclame-le par pensée, par parole et par action urbi et orbi; et à son tour, ton Amour, prégnance de ta grandeur humaine, te manifestera au monde, exprimera ta vérité de personne, ton effigie de sujet assumé, ton stade de conscience digne dans ton rapport à toi-même, à autrui, à l'humanité et à l'univers!

 

L’Amour de toi-même, s'il est vrai, te révèlera ta nature qui est Esprit, car c'est la voix intérieure qui te dit qui tu es. L'Amour divin est ta voie originelle et finalitaire pour l’évolution spirituelle, gage d'ascension permanente de ton être.

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0