Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

Sans être un démiurge, le journaliste, par son verbe, est un agent catalyseur déterminant la perception logique et morale qui nourrit les conceptions et représentations de masse de l'actualité chez le patient de l'information qu'est la société, son public. L'information juste ou dénaturée que transmet la presse, est un gamète qui féconde l'action-réaction des peuples et leur interaction de permissivité ou de refus avec le pouvoir qui est protagoniste d'actualité dans le monde. Car c'est d'après l'information reçue, qu'intervient ou laisse faire la formidable force qu'est l'opinion publique. 

 

Il faut ici mettre en garde les peuples contre les médias mainstream, médias hyperidéologiques de lordre du monde, qui fonctionnent à la manière d'un choeur religieux sous la voûte de la pensée dominante. Quand un système médiatique est au service exclusif dun ordre géopolitique, économique voire ethnique et civilisationnel, tout ce qui en ressort, court le risque d’avoir des allures de chorale chantant pour la désinformation et la manipulation endoctrinante des consciences.

 

Forgeurs d'opinions collectives, les journalistes dignes de leur nom sont les gardiens de la vérité dans le tumulte des sollicitations. Le poids du journalisme tient à la conscience-juge qu'il confère du monde à ses informés. D'où le vrai journalisme doit être profession vocationnelle, sacerdoce pour la vérité et non un espace d'emploi parmi d'autres ni travail pour la subsistance, ni complaisance de copinage. Car lorsque surviennent des intérêts autres que la recherche-révélation de la vérité factuelle substantielle de l'actualité - ce cheminement de l'Histoire en accomplissement - seul intérêt sensé de la démarche du journaliste, c'est le manipulateur qui se substitue à l'éclaireur, c'est le désinformateur complice de toutes horreurs du pouvoir idéologique mondial qui prend préséance sur l'exigence déontologique.

 

Ainsi, ni ces indics qui, soi disant journalistes, se sont faits guides des assassins bombardiers de l'Otan en Libye, ni ces propagandistes qui cachent au public auditoire ou lectorat du nord, la réalité de la guerre économique des pays nantis aux pays paupérisés si souvent médiatiquement décriés sans nuance, ne sont journalistes mais vils affairistes vendus à des intérêts obscurs.

 

L'honneur du bon journalisme consiste à refuser les dissimulations, les décontextualisations, (suggestions fallacieuses et sordides), les demi-vérités, les contrevérités (allégations spécieuses) qui, comme et pire que les purs mensonges, déroutent à dessein le jugement des faits et situations rapportés et dévient, dénaturent l'opinion publique qu'elles abusent!

 

À l'heure où les ogres du capitalisme financier, la déroute des partis politiques rendus indifférenciés, les richissimes groupuscules, par leur lobbyisme, instrumentalisent l'État et imposent leur pouvoir selon une véritable lobbyocratie contre la démocratie, l'information médiatique digne de ce nom doit toujours rappeler au peuple qu'il informe que ce qu'il vit dans ce qu'on appelle l'actualité, n'est jamais étranger au choix idéologique qui sert de terreau politique aux conditions de son existence sociale et économique.

 

Hélas! Fors quelques esprits libres exerçant le métier, les journalistes des grandes chaînes donnent plutôt la tronche collective d'une chorale qui entonne sous la baguette des coryphées de chapelles que sont les patrons de presse, les mêmes chants cyniques et orientés telle une sinistre palilalie selon les mêmes partitions écrites par les chefs des chantres aux chœurs cultuels et idolâtres que constituent les médias de désinformation des peuples et leurs journaleux!

 

Hélas! Tant de journalistes intelligents prostituent leur compétence, et par appât du gain, appas de vedettariat, abandonnent voire conspuent l'exigence de vérité du journalisme et leur noblesse humaine à l'abîme des viscères à remplir, pour des curées à jouir sous la houlette corruptrice des verseurs d'oboles!...

 

À défaut d'un journalisme indépendant, chose quasi impossible qui doit néanmoins constituer un point de mire moral, un idéal de dignité, et vu le contexte de dépendance matérielle des journalistes pour leur subsistance par rapport aux organes de presse les employant, est-il possible qu'il y ait le moindre pouvoir de décence des journalistes dans le sérail hypercontrôlé et fortement instrumentalisé des médias mainstream!?

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2018

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :