Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

(Un extrait)

L'éthique est une archéologie sociale de la signification, une paléontologie du sens grégaire, en tant que le sens, préhumain, cosmique et divin, engendre le jugement humain pour signifier le monde et s'harmoniser avec le sens immanent de l'univers et des essences. L'éthique est de part en part ponctuée du signe que représente pour l'individu socialisé le mode d'appartenance à la morale de la société dont il relève. Signe du mérite et du démérite social à travers les valeurs de l'action. L'éthique est à la morale ce que sont les particularités appliquées au général transcendant. Particularités indviduelles, institutionnelles voire disciplinaires dans les cas de codes déontologiques professionnels.

 

La morale, elle, est quête de justification de soi qui n'est pas une entreprise isolée mais une forme d'expression de notre "déité", notre cosmicité procédant de cette conscience éthico-cosmique dont parlent métaphysiciens et théologiens. Le vide absolu n'existant point, il n'y a que le vide d'ordre. La morale est la reconnaissance et l'appropriation par l'homme de l'ordre cosmique et les multiples morales spécifiques sont plutôt des éthiques propres aux différents ordres auxquels elles se réfèrent. La morale, cette signification de l'acte et de l'homme par l’action - dont la plus plausible définition serait à notre sens, la ligne d’actes propre à un homme ou une structure créée par l'homme, ligne d’actes harmonieuse dans leur implication finalitaire ou existentielle - est l'expression du rapport de l'homme à cette conscience dite morale que les théologiens essentialistes désignent à raison comme innée.

 

Le drame de la liberté est aussi drame moral. Les nihilistes se sont précisément révoltés contre la servitude métaphysique du fidéisme au nihilisme. Car nul nihiliste n’épouse le nihilisme puisqu’il fonde une axiologie personnelle. En effet, l'homme, lui-même création, ne peut éviter les principes ontologiques immuables. Par ailleurs, il nous faut néanmoins rester libre des faux sacrés. Cette réalité de la conscience réclamant à être libre, autojustifiée et en même temps reconnue légitime, donc justifiée par l'autre, prime dans l'étude de la morale, celle des mécanismes des diverses éthiques. Toutefois, la réalité a des exigences éthiques et l'homme, pour être tellement complexe, n'est pas tenu de ne pas se soumettre fut-ce aux lois morales de la liberté.

 

La révolte métaphysique ne libère point du cocon des contingences de la nature fut-elle rejetée comme déterminée et rationalisée par la science dans le rapport que l'homme entretient avec elle. La forme immédiate de la pratique métaphysique est bien l'éthique. Il n'y a pas de voie supérieure à la morale, ou l'homme tente de prouver à Dieu, à soi qu'il est digne de sa nature et qu'il l'assume à justice. C'est le lieu de la reddition de la dette de la vie où l'homme consciemment ou inconsciemment reconnaît la non gratuité de l'existence et la nécessité de mériter l'éternité donc la vie ou d'en démériter tout en étant reconnu digne ou indigne par le Créateur.

 

Dans la société globale, on peut parler de morale plutôt que de l'thique qui concerne surtout les sociétés particulières. La morale de la société globale, quoique très hypocrite, tient lieu de référence pour l'action des individus. Le droit, réglementant les rapports entre les individus et de ceux-ci avec les institutions, est l'expression officielle de la justice, cet idéal de toute morale. Mais si en théologie, la Justice évidente de Dieu va jusqu'à racheter le fautif par le sang du Sauveur, pour être enfin accessible, la complaisance et l'injustice structurelle de la société, si imparfaite envers les majorités, dénaturent la morale. Sot qui donc s'y fie! Là, la morale devient éthique qui justifie, authentifie selon les modèles de société les horreurs cachées du progrès, là où ce dernier rendu aux mains des mégacompagnies, priment les droits de l'homme fût-il celui du respect de la vie, de la santé et du bien-être. Le mépris infligé alors à l'homme pour le profit des ploutocrates, emplit de ses ombres et ténèbres, le ciel couvert du nuage des alibis indécents soi disant éthiques, en plein soir des valeurs. L'appareil d'État remis entre les mains de ces violents conquérants, ces "forts" sur les ruines qui mènent le monde, n'a guère souci d'être juste vis-à-vis des "petits" ni même de leur reconnaître de droits dans les faits.

 

L'éthique perçoit donc le monde comme devant être soumis au sens du bien pour la société de référence alors que la morale voit le sens comme immanent à l'univers donc à l'être et propose de le respecter pour ne pas rompre l'ordre de la valeur ontologique. La valeur ontologique, variable selon les convictions métaphysiques (religieuses ou laïques) est toujours au coeur de cette « paléo-axiologie » préhumaine des origines cosmiques. La notion de morale évoquée ici, entre donc dans la forte intimité de l'esprit humain pris au sens mystique d'hypostase, celle qui exige plus que la vie et fait l'homme au-delà de l'animal humain.

 

Toutes les métaphysiques n'ont sans doute jamais rien prouvé sur le plan objectif en ontologie ou cosmologie, mais elles invitent à l'épreuve des vérités transcendantes, inhérentes à la nature humaine, par delà les contingences et particularités sociales et leurs éthiques. L'esprit, son destin éternel, ses origines et vocations divines ne peuvent être que pressentis, ressentis et vécus par la foi dans un monde matériel, éphémère où sévit la mort et où le sensoriel est le létal, le réificateur de l'homme, et pourquoi, toute vie d'homme cherche par une justification morale, le dépassement de l'utilitaire et de l'immédiat.

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :