Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche


 

Changer de société, éliminer l’élite capitaliste et pseudo-socialiste bêtement tournée vers l’avoir et l’accumulation, pour une élite humaine, est le premier pas d’une responsabilité humanisante révolutionnaire.

 

Nous définissons l’élitisation comme la modalité sociale de reconnaissance et de production de vraies élites, une démarche politique contre l’élitisme qui ostracise les masses des grands acquis de la culture humaine en éducation, en médias et en art. L’élitisation consiste aussi à rejeter la dictature du nombre dans la qualification structurelle de production des œuvres. Pour ce faire, il faudra, bien entendu, que la conception de programmes permettant au peuple d’atteindre un seuil de goût du beau et du bon loin de la consommation du grivois dont les médias assouvissent les majorités pour en faire une populace agressivement anti-intellectuelle qui se gave des stupidités d’amuseurs publics incultes que l’on enrichit pour leur vilenie hilarante. L’élitisation est donc l’apport des valeurs idéelles, esthétiques au sein des produits de la culture de masse. C’est aussi la production d’œuvres non mercantiles, où la promotion des œuvres suscitant débat et distanciation intellectuelle cesse d’être quête fébrile de best sellers ou de record d’écoute.

 

Argents et Institutions fondus dans le creuset idéologique de la politique, les élites sont juste ceux qui savent user de leurs privilèges en sachant s’octroyer des structures  pour en profiter en faisant travailler le grand nombre comme bras et exécutants. Ailleurs, ils sont souvent la canaille criminelle, tellement canaille, qu’ils encanaillent tous dans des structures débilitantes et corruptrices pour faire de la société un immense système d’idolâtres d’objets et de symboles, une marche hagarde et blême de déshumanisés aux frénésies multiples, de voyous qui, à l’instar desdites élites, elles qui bombardent et tuent des populations civiles pour leur pétrole, leur uranium et les richesses du sous-sol de leur pays, tout en criant que c’est pour démocratiser la planète.  De fait, l’ordre mortifère du matérialisme bourgeois planétaire est une racine abominable de nombreuses horreurs et crapuleries derrière des sourires, à l’intérieur des structures d’une bureaucratie vicieuse, dans des institutions viciées.  En effet, puisque l’homme ne prime rien et qu’il est le dernier que quelques biens et billets propulsent, quelle morale est-elle acceptable quand il faut conquérir ces biens et ces billets dispensateurs d’être?! Quand le seul « respect » gratifié à un homme c’est son statut pécuniaire, la société ne peut être qu’un immense marché où se fait une traite humaine inavouable, une foire où le marchandage de l’être humain chosifié, prend toutes les formes de la prostitution.

 

Il nous faut arriver au peuple d’élite en faisant reculer l’inculture et les relents de barbarie au sein de la société. Les élites en guenilles mentales n’ont pas grand-chose en plus des dégénérés en haillons, sinon leur cravate et leurs bureaux! Tous deux partagent l’infamie, tous deux baignent dans l’infrahumanité de la dégénérescence.  

 

Créer une société où l’élévation globale du peuple sera fondée dans des valeurs humaines et non matérielles et structurelles, une société où les institutions et leurs structures viseront à faire croître les valeurs individuelles et à récompenser les vrais mérites hors de tout corset idéologique et toute consécration intéressée accordée par manière de cooptation selon le bon plaisir des ignobles bouffis pourris, boursouflés immondes et autres médiocres putréfiés qui accaparent l’espace de la reconnaissance des méritants de tous les niveaux, les faisant subir le camouflet pervers de quelques monstres dominants de la sinistre oligarchie capricieuse et crapuleuse qui dénature le mérite.

 

Il faut élitiser le peuple et effacer jusqu’à la réalité de masse en notre temps où le savoir et l’élaboration de la formation éducative à distance sont si faciles.

 

Hélas, le mensonge et l’illusion reconnus, officialisés, comme la planéité convenue de la terre à l’époque de Galilée, sont d’influence si forte qu’ils éclipsent tout autre horizon, toute vérité non convenue et donc inconvenante dans le consensus social mû par l’idéologie des élites grossièrement vulgaires qui se jouent de ses foules!  

 

Démanteler les structures de la gouvernance actuelle qui ne fait que flatter les privilégiés et les régnants de l'économie, pour établir un pouvoir social horizontal de dirigeants orienteurs construisant avec le peuple instruit, ses élites proches loin de tout embourgeoisement, de toute monarchie de partis électoralistes, de toute aristocratie financière.

 

Ni populiste ni gauchiste, l'humanité d'élite ne peut être que dans une société d'élévation axiologique où l'homme sera en mesure de vivre sans superstitions ni théocrates, les vraies valeurs spirituelles, morales et culturelles! Une société où toutes les différentes ressources spirituelles, culturelles, matérielles de toutes sortes sont à la portée et au service de tous, sans accaparement des structures par quelques séquestreurs d'État, telle doit être la démarche révolutionnaire vers l'élitisation populaire.

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE 

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0