Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche 
 

 

 
Je suis allergique aux néants mouvants qu’on agit en choses et qui croient agir, singeant existence par des gestes préfabriqués, préconçus dans la mécanique sociale qui les agite.  
 
 
 
Je dédaigne l’ombre errante qui simule être et essence dans le fouillis psychédélique des diktats de mode, sous la dictée pseudoconductrice et fascinatoire des médias, la dictatoriale logorrhée des spécialistes couronnés, l’artificielle transcendance épistémique des ayant droit de la parole officielle!  
 
 
 
J’abhorre les marionnettes ambulantes, automates anthropomorphes qui tuent les splendeurs de la spontanéité humaine.  
 
 
 
Je conspue les sous-produits de la consommation, gesticulateurs agressifs, décalques maudits de l’ordre dominant fuligineux, qui miment importance et arrogance et répètent et régurgitent les repères controuvés, balises postiches manipulatrices des prédateurs planétaires. 
 
 
 
Je méprise les reflets maniérés qui gigotent en vers dans la vase idéologique et s’envisagent humains, tristes choses sans action, parce que réactions programmées en leur choséité actionnée.  
 
 
 
J'ai horreur des hologrammes organiques qui errent, ostracisent l'extase espécielle, contemplation inhérente à l’enracinement sacré; anthropocides bien plus dangereux que ne peuvent l’être les homicides, eux qui violent, en toute légalité et désinvolture, notre droit à l’Humanité! 
 
 
 
Je hais la palilalie du balourd scolarisé et du sot livresque, surdiplômé imbécile qui baragouine, suiviste systématique qui dégueule arguties et stéréotypes au nom des dogmes systémiques érigés en prétendue science, et ose contredire la juste pensée de ceux qui délaissent les sentiers battus. 
 
 
 
Je méprise les insensés, chantres de mort qui, pour évoquer leur propre létalité, voudraient tuer Dieu et l’Humanité de l’Homme; et qui abîment la planète par pulsion d’enrichissement illusoire, ce besoin sans limite en leur délire de faux infini, leur reddition aux mirages, leur hydrocution aux fosses du futile, leur noyade dans l'inessentiel. 
 
 
 
Je mets à l’index le thanatos qui meut les spirituellement morts abusivement appelés humains, véritables autophages égrugeant l’Éros, dévorant en eux-mêmes l’espèce, au point que l’homme de l’espace est de loin, par le plaisir malsain du progrès mésusé, plus malignement enténébré que l’homme troglodyte. 
 
 
 
J’exècre l’extraverti factice, excessif décentré, suspendu aux basques des regards qui le définissent! Vide, sans nuance ni intériorité, qui ignore ancrage intime et ipséité, bêtement figé à la peau des moirures, fixé aux superficialités comme à une toison de paille! Si miséreux dans l'être, si inapte à se centrer sur soi pour se reconnaître substance et profondeur!  
 
 
 
J’aime la vie de ceux qui vivent par expression sui generis, éveillés aux appels et intuitions de l'esprit qu'ils sont intérieurement pour vivre la vie autocentrée qui vibre et proagit en la conscience vive.
 
 
Je salue la métaphysique harmonie des hommes qui se reconnaissent hypostase spirituelle incarnée, hommes debout, cultivant leur part de déité du Créateur-Esprit, et qui anéantissent les multiples néants dressés contre le vivant véritable, ravagent l’abîme des calques en refusant l'abysse des singeries et mimétismes inconscients du grand nombre.
 
 
Je soutiens les guerriers de l'ennaturation, pugnaces, qui ne cèdent rien aux corrupteurs de sens et réificateurs d'essence, exigeant d'être soi par autogénération; eux, esprit, corps et action, force et affirmation contre l’amorphisme et l'oblation de soi des multitudes serviles et contre la flagorneuse prosternation bienséante sous la férule des idoles de l'ordre du monde. 
 
 
 
Je crois au statut de pur esprit vocationnel en devenir de l’Homme-Imago-Dei attaché à l'ascension spirituelle, l'élévation de notre infinie intangible nature, au-dessus de la consensuelle couardise collective et contre la pusillanime soumission aux foules rangées.
 
 
 
J'adopte en frère, l'Homme digne et vrai, qui, sans demander permission aux masses du jugement, foule aux pieds la foule oligarchiquement convenable, le correct convenu asservissant, la cohue  des scélérates convenances!
 
 
CAMILLE LOTY MALEBRANCHE
 

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0