Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche 

Une ville en feu

 

Quand survient le démantèlement idéologique, systémique du sens, les débris actifs de l’insignifiance, toutes les aberrations les plus ignobles et les infamies opportunes les plus obscures, les plus obscurantistes sont permises. Sur les ruines du sens dénaturé, c’est toujours une antihumanité perverse qui ravage les repères humains. En vérité, dans l’occurrence, où le monde dit normal est aussi factice et inhumain, vivant le crime d’État de prédation des masses comme normalité politique, les antimondes des milieux interlopes et marginaux font figure de tantinets délictuels.     
 

Je nomme érostratisme idéologique, la posture populiste des élites à dénaturer et détruire - tel Érostrate incendiant le temple d’Apollon - la grandeur humaine en général, et, à fortiori, la grandeur humaine de la politique comme pensée-action structurée pour le service social, par le populisme des médias mainstream, la systématique propension d’un ordre du monde qui mine les valeurs, détruit la noblesse du génie de l’esprit en général, du génie idéel de l’esprit politique en particulier. Les valeurs spirituelles et intellectuelles rendues comme incinérées par l’immoralisme ambiant et la médiocrité des discours et actes par le feu du populisme culturel dévorant tout ce qui est élevé pour la magnification de la banalité voire l’exaltation de la plus grivoise platitude, le populisme est devenue une sorte de feu dévorant ponctuant la ruine de la politique où l’on ostracise le politique digne pour la crapule politicarde. L’on saisit le sens du minimalisme des pseudo-communications politiques réduites à des « tweets » où twitter est devenu l’excuse des politiciens les plus ignares qui, n’ayant rien à dire, y vont bâcler des énoncés mal torchés à l’adresse de leur multitude d’abonnés. Quand même un minimum d’aptitude intellectuelle n’est requis aux politiques des partis briguant un poste électoral, l’on bascule à une ère du grotesque dans la politique des États.

L’érostratisme est le démantèlement systématique de la nature originelle de la politique, cette contemporaine des toutes premières sociétés humaines administrant leur activité pour les nécessités de mise en communauté de l’intelligence au service des intérêts individuels et familiaux sans érection de classes, pour la subsistance par le partage grâce à la vie collective bien collectivement gérée en toute convivialité et sans duplicité ni grivoiserie.
 
Aujourd’hui, le monde politique est devenu, en la plupart des occurrences, un monde de monstres souriants voire sympathiques et de monstres rébarbatifs, souvent la même essence différemment apte à projeter le mensonge de l’image publique étatique. Ici, comme dans la vie courante, il faut rester ouvert et bienveillant au départ mais savoir hautainement infliger le juste et salvateur mépris aux monstres qui fignolent des nuisances contre autrui non assez fermes pour les expédier. De toute façon, ce ne sont pas des nuisances que provoquent les politicards ordinaires de l’échiquier des États, mais de grandes misères quand ce ne sont de pyramidales catastrophes ou de criminelles hécatombes!

Les érostrates contemporains se chargent de tout altérer et appellent les pulsions d’égoïsme collectif et d’assouvissement des réflexes conditionnés du peuple pour en faire une horde d’aliénés légitimant par le vote, l’ordre ploutocratique d’asservissement. L’érostratisme est misologique par essence contre tout discours rationnel non démagogique qui éclairerait les masses et changerait en réflexion, cet amas de réflexes primaires et d’instincts obscurs qui meuvent la majorité des votants, sur les mécanismes systémiques de leur sort. Une misologie donc dressée contre ce qu’il convient d’appeler toute mésologie sociopolitique et économique qui ferait comprendre aux masses, les voies du pouvoir étatique pour défaire l’étreinte asservisseuse d’une politique faussement démocratique malgré l’électoralisme cyclique. Voilà pourquoi les élites entretiennent une misologie totale et toxique qui stigmatise toute pensée de libération et folklorise par des slogans démagogiques populistes le domaine éminemment rationnel de la politique qu’elle métamorphose en délire nationaliste exaltant les foules populacières pour la malfaisance et les haines! Ainsi le vrai débat public, se retrouve noyé dans le folklore électoraliste pour attiser le misérabilisme mental des foules votantes selon leurs réflexes de force aveugle et primitive, décideuse sans conscience, par le vote car inaptes à comprendre les mécanismes de leur servitude de classe. 

Érostrate est plus que jamais vivant au cœur de notre civilisation de domination du mufle matérialiste éclipsant les moindres traits d’élévation de l’esprit en sa grandeur, où les hordes consommatrices et électoralistes adulent le règne de crapulerie et de scélératesse sur la ruine de tout ce qui pourrait les libérer! Faire de l’esclave, le collaborateur de l’ordre esclavagiste, n’est-ce pas là, l’action classique de tout asservisseur prédateur d’hommes! Nous avons une civilisation sagouine et déshumanisante qui démantèle impassiblement, sans égard, tout ce qui fait l’humain et la sphère transcendante tant métaphysique que simplement cogitante de l’esprit par l’avanie des platitudes matérialistes avaricieuses. Un monde où sévissent toutes sortes d’érostrates, une déchetterie de débris et de cendre érigée en empire d’érostrates qui ne disent leur nom. C’est pourquoi, lorsque ces immondes soi disant maîtres du monde, incendiaires du civilisationnel pour démanteler l’humain, par leurs ignobles injustices et ignominies, ostracisent celui qui veut juste construire et vivre son humanité, afin de le punir et le faire souffrir, ce guetteur sain d’humanité doit leur infliger son noble dédain, son mépris sain, en se rappelant que l’on ne perd strictement rien quand un pourvoyeur de maux s’en va, on en est plutôt débarrassé! 

De toute manière, l’érostratisme, cette incinération des vraies valeurs humaines, est un des caractères dominants de ce monde de barbares anticivilisationnels dont les réflexes idéologiques et les abominations axiologiques déviantes, dérivant par toutes sortes de fausses valeurs, sont comme de sales mains maléfiques qui poussent, précipitent l’homme dans la méchanceté programmée inscrite dans les rapports inhumains des classes et la rivalité toujours rude et souvent abjecte des individus.

Le temps des Érostrates hyperactifs est sur le monde et sévit désormais avec la rage de la médiocratie d’hyperdroite qui abêtit l’action politique par le déferlement du populisme, brûlant toutes les valeurs démocratiques pour les restituer par le fanatisme nationaliste et les vociférations bêtes des suprématistes ethniques sur fond d’un économisme capitaliste monstrueusement extrême et impitoyable!

 

CARMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2021  

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :