Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

L’acte de juger est une expression-émanation de la conscience exprimant les affects à la fois rationnels, émotifs et transcendants de l’esprit qu’est la personne humaine. Juger est une activité mentale de l’homme manifestant son rapport à soi, son assumation de sa condition ontologique globale: intellectuelle, morale, spirituelle, sociale au moment de porter son jugement.

 

Celui qui peut juger juste, car juger juste implique vivre juste, loin des facticités des apparences et illusions que se paie le monde, est en opposition à tout ordre social matérialiste où l’avoir tant abstrait des statuts et titres que concret des objets d’apparat, priment et éclipsent l’humain, l’être et l’essentiel. Ordre abominable s’érigeant dogmatique et exclusif. Celui donc qui juge juste, vit la sagesse profonde et surélevée du sens spirituel de l’aventure de cette existence. Il est donc de la minorité saine et marginale. Alors que l’aveugle matérialiste au pouvoir, se croyant plus fin que tous, en ignoble répugnant finaud qu’il est, défend les horreurs systémiques, qu’il justifie selon sa lorgnette du bien dont il est seul dépositaire, en oubliant que ni la terre ni ses richesses ne lui appartiennent, lui qui, comme tous, n’y est que locataire éphémère! L’intelligence élémentaire, en effet, nous enseigne le détachement et la mesure dans la jouissance de ce qui, du reste, n’appartient à quiconque, sinon qu’à tous.

 

Juger juste est une faculté de l’esprit en cohérence avec l’être et une exigence morale du respect de soi et d’autrui quand cela implique la condition actuelle ou future des humains. Voilà pourquoi, les balourds et les cuistres à la vision lacunaire comme les méchants pleins de haine ne devraient jamais avoir le pouvoir car la politique détermine le sort des humains, et c’est une catastrophe criminelle que de remettre, comme on le fait si souvent, le sort des peuples voire de la planète entre les mains d’hurluberlus sans consistance que leur mal égotiste d’exhibition de leur petite dimension, eux si souvent sots et arrogants dans leur misérabilisme mental, leur carence intellectuelle, leur alignement aveugle à l’ordre du statu quo et leur impulsivité servile des vrais rois systémiques qui les utilisent pour leur sinistre politique. Comme si le 21ème siècle arrivé, l’humanité cybernétisée à souhait, n’est plus que fonction automatique, et la politique, un automatisme électoraliste pour humanoïdes réflexes dans leur automation administrative!

 

Avec la prédominance de l’engeance de luxe qui se pavane désormais comme élus et nommés dans les institutions considérées jadis de prestige, le jugement faux semble être devenu la modalité même des choix de la représentativité sociale. Il faut dire que c’est un réflexe des rois que de vouloir mettre à mort le jugement juste qui émane de la vérité du juge sain dans un monde délétère et infect. Et quand lesdits rois sont dans le confort de l’ombre qui les garantit de la non imputation des choix politiques des élus, ces rois des ombres excellent dans l’art de produire des histrions politiciens de doublure, politicards prostitués et enrichis pour faire le pitre officiel et gesticuler arrogamment au nom de l’ordre de leurs maîtres.

 

Il est intéressant de remarquer que Moïse et Jésus furent tous deux menacés de mort une fois nés par les dirigeants de leur temps. Comme si dans un monde de faussetés paroxystiques et proliférantes, le libérateur, porteur de la Vérité qui libère, est tellement haï par les élites du mal que celles-ci voudraient l’anéantir dans ses langes vagissants comme pour faire avorter quasiment dans l’œuf toute émancipation humaine!

 

Heureusement que pour Moïse comme pour Jésus, la victoire fut à la Vie et l’œuvre de libération. Ainsi, au stade métaphysique et transhistorique, le bien, soutenu par Dieu même, malgré toutes turbulences et manigances du mauvais, l’emporte imparablement, pour que la face de l’homme, image de Dieu, ne soit point maculée par la majorité indigne et ses élites infâmes que l’immonde majorité soutient ad nauseam par son inconscience coupable.

 

Quand le faux est le credo du troupeau, il est évidemment facile voire rentable de juger faussement tout; c’est pourquoi par lâcheté spirituelle teintée d’indolence intellectuelle sur fond d’opportunisme plat masqué de pragmatisme, la plupart des dirigeants nient et piétinent la dignité de conscience supérieure pour devenir des cloaques actifs, des ordures de la facticité qu’ils étendent systémiquement, exponentiellement à la société et au monde dont ils séquestrent les ressources matérielles, humaines en stipendiant les porteurs du savoir collectif, tout en instrumentalisant les médias.

 

Juger juste, noblesse suprême de l’esprit

 

Juger en mettant toutes les ressources de l’intelligence et de la bonne foi au service de la saisie du sens, sans le trahir pour des aberrations rentables et faciles, est une noblesse rare des esprits dignes et authentiques. Alors que la foule infecte se gave de ressassements injustes pour prolonger complaisamment les mensonges et injustices d’un ordre du monde mensonger et hypocrite vivant de simulation, de manipulation et de surenchère d’apparences.

 

Aux lecteurs clairvoyants, je dis, gardez-vous des aliénés et des esclaves singeant la liberté qui constituent la sous-espèce civilisationnelle dominante de l’espèce humaine naturelle, et, conspuez hautainement les jugements serviles des sots arrogants dans leur servitude, malgré leur grand nombre. N’ayez pas peur de votre minorité, hommes justes et de bien! Dédaignez la canaille majoritaire et ne vous conformez qu’à la vision juste du vrai jugement bien pesé par votre intelligence spirituelle et morale. Méprisez la grande engeance des fortunés et la racaille rampante qui la soutient, tous esclaves de leur déchéance-déshumanisation, serviles de leur refus de conscience! Oui, méprisez, conspuez les abjectes convenances de l’immonde élite des monstres dominants ainsi que l’innombrable multitude de leurs molosses de service ou de garde! Soyez fiers et fermes dans votre minorité, ne craignez point la marginalité si elle est le tribut de dignité humanisante pour ne pas négocier votre justesse du jugement juste! Et, n’oubliez jamais, hommes minoritaires de foi et de justice, que lorsque des esclaves faussement libres sont maîtres et dominent d’autres esclaves subalternes et que tous se mêlent systémiquement de juger, il n’en sort jamais que des prodiges de sottises méchantes, des thaumaturgies de bêtises dénaturantes potentiellement destructrices de toute humanité exposée à leur toxicité.

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2017

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0