Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

L’histoire, par delà les bornes du sens strict qui la perçoit comme débutant avec l’écriture, la limitant à l’homme tout en désignant le passé analphabétique de l’humanité comme préhistoire, est dans son sens plénier la grande empreinte de l’être pris en sa globalité et ses étants dans le temps. De ce fait, l’histoire peut être perçue comme la marque de l’Être et de ses étants (êtres particuliers) dans le temps. Et l’histoire peut être assimilée au temps et à son effet d’évolutivité imprimé à tous les étants constituant le cosmos, la vaste présence, l’immense être matériel, sensible qui nous entoure et manifeste le fait d’être. 

Le temps en commençant a immédiatement généré de l’histoire, ne serait-ce que la sienne, sa trace originaire et son cours qui va servir d’hébergeur de tous les étants qui en relèvent. Seul l’Être atemporel est anhistorique, en fait l’Être atemporel n’est autre que Dieu.

La différence entre l’histoire en tant que telle et la temporalité, est le regard rapporteur et cognitif de l’homme. L’histoire, c’est un regard humain qui se veut témoin à posteriori de la temporalité, cette archive naturelle des empreintes des êtres et des choses, cet ensemble des vestiges spatio-temporels des étants à travers leur parcours dans la durée.

L’être étant expression de la présence laissant les empreintes des étants dans le temps, l’histoire fait figure de la mise au point (éduction) et de l’interprétation de ces empreintes par la vision de l’homme y imprimant son regard à l’échelle de son visionnement et selon ses vues. D’où, l’histoire est rapport de la trace des étants et faits où s’opère la reproduction anthropomorphique des vestiges étantitaires, la lecture par l’homme de l’évolution ontologique.

Ainsi donc, la vérité historique est à la fois factuelle et herméneutique; en aucun cas, elle n’est la vérité pure des faits et des étants… La vérité historique porte donc la marque espécielle qu’il faut appeler anthropomorphique et l’impact personnel que je nomme idiosyncratique de l’historien. Force est de remarquer que si lhistoire, au stade cosmique ou naturelle existe indépendamment de lhomme, les étants et leur évolution étant dans le temps selon les forces qui les déterminent, l’historicité, elle, est la prise en main par l’étude humaine des signes et traces comme marque de l’être cosmique et de ses étants.

L’histoire, c’est la temporalité scrutée par le regard de l’homme, temporalité imprégnée du projet cognitif de l’homme établissant l’anamnèse de lêtre et de ses étants pour en connaître l’essence ou à tout le moins, les conditions et comportements dans le temps de leur durée. 


CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2017

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée.

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0