Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

L'autorité réfère à la puissance morale, logique, idéelle et active de la persuasion; le pouvoir tient de la force punitive de dissuasion voire de la coercition. 

L'autorité authentique est avant tout une communication que la raison accepte pour sa justesse principielle morale et son authenticité logique. L'autorité est l'apanage du guide, du révolutionnaire, du libérateur.

Le pouvoir, pour n'être ni mauvais ni tyrannique, doit être au service de l'application de la justice émanant de l'autorité. Il se profile par la force, d'où il est toujours plus ou moins craint. Disons-le ici, quand le pouvoir défend l'autorité qui pratique la vraie justice, il est alors lui-même juste et complétif de l'autorité, et donc nécessaire pour empêcher l'injustice tapie dans les consciences perverses visant à chambarder le bien! À titre d'illustration, si nous considérons une famille avec des principes justes du vivre ensemble, principes, parmi lesquels l'autorité familiale douce, juste et conventionnelle interdit toute violence entre ses membres; supposons que cette loi principielle de non violence soit violée par tel grand frère despote qui s'amuse à meurtrir le visage du plus petit à coups de poing dans des bagarres répétées, provoquées par le plus fort voulant montrer sa domination, il est indéniable que devant l'échec principiel de l'autorité à s'imposer, seul le pouvoir peut établir la justice. Le père ou tout autre tuteur ou tutrice, doit, en un tel cas, et c'est un devoir, mettre sa face de maître détenteur du pouvoir en branle, et, avec la plus ferme rigueur, réprimer et dissuader à jamais l'importun indigne de la liberté. 

L'autorité véritable est donc force conservatoire et bras puissant de la justice qui est respect de la liberté de tous, à commencer par celle du plus faible sans jamais brimer ou restreindre celle authentique du plus fort agissant selon la justice; c'est là, la seule dignité et authenticité de l'autorité, sans quoi elle devrait être déchue, dissoute par les dirigés.

En contexte non administratif et non politique, l'autorité est strictement morale et intellectuelle, et se passe du pouvoir. 

Dans le champ politique, administratif de la gouvernance, l'autorité sans le pouvoir est faible et inapte à assumer la justice; le pouvoir sans l'autorité est inauthentique et arbitraire, se dénaturant en autoritarisme, cette corruption de la nature de l'autorité véritable. 

Autorité et pouvoir se complètent ou ne sont que purs néants une fois dissociés.

L'autorité a pour justification, la justice vraie et sans mensonge, ce qui la fait digne du pouvoir. En dehors de la justice, pierre de touche et clef de voûte de l'autorité et de son pouvoir, il n'existe ni véritable autorité ni authentique pouvoir, il n'y a que des veules sans pouvoir quoique constituant l'autorité officielle, c'est l'occurrence de nombreux présidents élus mais sans exercice d'aucun pouvoir, celui-ci restant entre les mains de l'oligarchie bancaire, industrielle et commerçante ou dans l'autre versant, c'est la tyrannie d'imposteurs dirigeants au pouvoir autoritaire, l'autoritaire relevant toujours de l'autoritarisme et non des qualités de l'autorité, comme les autocrates de l'histoire grugeant et égrugeant leurs semblables pour leur règne personnel, de famille et de clan.

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée. 

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0