Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

Élitisme et populisme sont souvent des méthodes non de gouvernance mais de duplicité utilisées par des élites indignes, les lumpen oligarques de notre temps, pour manipuler respectivement en politique et en économie, les foules électorales et consommatrices. Quand les élites sont vides et immorales, elles substituent donc l’ersatz de la manipulation immonde pour dominer, n’ayant point les valeurs dignes et humaines pour orienter leurs gouvernés qu’est la société.

Le pouvoir oligarchique est économiquement élitiste car il s’essentialise en essentialisant la classe économique qu’est l’oligarchie s’érigeant comme surhumaine devant détenir tous les privilèges matériels au-dessus du reste des mortels. Le pouvoir oligarchique est politiquement populiste puisqu’il ne vivrait pas sans simuler une factice référence au peuple, une proximité avec les foules électoralistes et consommatrices dans une condescendance qui lui est vitale vu que sa légitimation et le maintien de toutes ses infamies et injustices passent par le soutien aliéné des multitudes manipulées. Nulle mystification essentialiste de soi des oligarques aux yeux des cohues ne serait possible sans un élitisme mystificateur de rang, de privilège et de supériorité substantialisée de classe. Aucun pouvoir ne serait s’il n’y avait non plus une pernicieuse introjection collective des multitudes aux minorités oligarchiques si lointaines mais jugées proches par les foules… 

Entre le populisme médiatique de la publicité et l’élitisme des financiers aux théories absconses sur l’économie avec la stratification sociale qui en découle, il est une vraie interaction. Ce sont deux postures synergiques au niveau idéologique du pouvoir d’État séquestré par les oligarchies…  La démagogie du pouvoir pour berner le peuple - car soit dit en passant que certaines démagogie, notamment en diplomatie, sont bénéfiques pour les États et les nations - ne peut ne pas recourir à cette sorte d vielle méthode fasciste de voguer dans l’ambiguïté idéologique, l’à peu près politique. Ainsi, se plastronnant dans leur prétention d’être les meilleurs voire des surhommes seuls habilités à diriger et régner, les élites politiques et les oligarchies économiques des États, jouent-elles avec condescendance populiste à une certaine proximité avec le peuple sous prétexte de « démocratie ».     

L’élitisme est le sceptre social de la domination oligarchique, domination nécessairement idéologique, mystificatrice car essentialiste de classe; le populisme, lui, fait figure de socle communicationnel politique qui transforme la domination téméraire des classes du pouvoir, domination aliénante des classes dominées réifiées,  en autorité morale, légitime des dominants…

C’est grâce au populisme que la consommation de masse comme les élections de partis purement bourgeois arrivent à mobiliser les foules.  

Ailleurs, hors du sérail de la politique politicienne et de la manipulation oligarchique, élitisme et populisme sont deux modes de faussetés relationnelles entre les humains ou les groupes. Les deux tiennent d’un rapport morbide à l’autre car l’élitiste n’opère point comme homme d’élite partageant son bagage intrinsèque tant de spiritualité, de moralité ou d’intellectualité avec l’autre humain pour l’élever, pour s’élever ensemble dans l’humanité mais pour exclure voire écraser et dominer; le populiste, lui, se mêle indécemment à l’autrui perçu démuni, inférieur, pour avec une condescendance subreptice, difficilement décelable par les pauvres de tout qu’il cible, afin d’obtenir leur allégeance pour en faire ses esclaves inconscients et volontaires. 

Tout élitiste vit de l’aliénation de ceux qu’il complexe et amène à s’inférioriser pour qu’ils acceptent sa domination ainsi essentialisée; tout populiste est flatteur rusé qui feint obrepticement proximité et ressemblance avec le populo afin de l’exploiter comme force d’enrichissement ou de pouvoir par l’action de masse, la frénésie de foule. 

Ici, il est néanmoins nécessaire de rappeler que si les élites ainsi dites dans la société sont souvent une oligarchie dominatrice et immorale, les vrais humains d’élite sont ceux qui arborent une ascèse d’humanité par la juste spiritualité, l’intellectualité bien orientée et la moralité appliquée à la vraie justice qui élève tous. Là, dans le travail permanent des valeurs élitaires qui font l’humain d’élite, le populisme comme son contraire, l’élitisme, ne sont qu’affreux défauts respectivement par l’encanaillement ou par la boursouflure qui l’un et l’autre altèrent l’ouverture à autrui qu’est tout humain, et emmure par l’incommunication... Refus de la dégradation des factices communications interindividuelles et interclasses orchestrées par une lumpen société de consommation compulsive, et exigence d’un rapport sain, respectueux et enrichissant par ses qualités spirituelles, morales, intellectuelles, telle est la face d’élite que l’homme équilibré poursuit et doit poursuivre dans le désert d’humanité, la géhenne des ignominies et des injustices qu’est notre société sordidement matérialiste et déshumanisante… 

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION -  2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :