Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

La désignation de la célébrité réfère au mérite socialement reconnu, et le mérite, à l’ovation de la valeur souhaitable à l’échelle sociale. Le mérite est la substance même de l’axiologie. D’où, dans le cours actuel de la société en crise, où le mérite suprême, phagocytant, est l’utilitaire au sens de la rentabilité, la célébrité patauge dans les eaux putrides de la mascarade et de la facticité.

Il faut ici saisir que l’une des prérogatives de la société est d’instituer un schème d’évaluation du mérite, qui se corse dans la désignation des méritants produits comme modèles. Aussi, dans cet ordre de choses, le mérite suprême se fignole-t-il par la construction de la célébrité. Parmi les méritants que se paient les tenants de l’institution sociale, le célèbre est une sorte de dieu parmi les hommes, une icône vivante que la communauté aimerait rencontrer et que les jeunes voudraient imiter. Conférer la célébrité à des individus, créer des célébrités c’est désigner à la société, ses modèles et indiquer aux membres de la phratrie, la voie individuelle de la gloire sociale. C’est créer des vocations pour la jeunesse et présenter dans les faits, l’axiologie sociale.

Il y a une célébrité qui vient de l’émanation du grand talent authentique ou du génie personnel. C’est une célébrité naturelle allant de soi, ce, qu’elle soit relayée par la presse ou qu’elle se tienne parmi quelques-uns ayant accédé à la manifestation de ce talent, de ce génie qui les fascine. La célébrité vraie n’est jamais sans un niveau de jugement de ceux qui la jugent et l’établissent selon leur fascination qui confère un respect spécial à des personnalités exceptionnelles pour leurs œuvres louables, pour la qualité de leur prestance créatrice dans leur domaine. Le célèbre, méritant et digne, est celui qui reçoit la célébration des appréciateurs imbus de la valeur et du mérite véritable qu’il a manifestés par ses oeuvres.


La célébrité est donc de la notoriété louée et admirée. En plus du statut public de la simple notoriété, la célébrité suppose une reconnaissance pour des mérites, une adoption pour des valeurs par un certain nombre, une certaine communauté. C’est pourquoi, à l’heure où n’importe quel plaisantin égrillard surexcite les meutes goguenardes, où n’importe quel hurluberlu lecteur de nouvelles, n’importe quel proférateur de fumisteries médiocres, sous prétexte d’humour, triomphent et sont célébrés sur les écrans et les ondes qui en font des demi-dieux, il est important de repenser l’éducation des plus jeunes. Proposer une éducation humanisante qui outille la faculté du jugement pour la juste appréciation en tout domaine, doit devenir une priorité des amis de la liberté.

Dans le statu quo culturel, en érigeant la célébrité comme apanage quasi exclusif de la satisfaction populacière en mal de défoulement malsain et de plaisirs insanes, en faisant de la presse mainstream le tremplin des niais, des nigauds pour abrutir le goût et le jugement social, l’oligarchie tue l’entendement du grand nombre. Pis encore, en réduisant à l’intimité tout ce qui n’est pas commercial dans la production intellectuelle et artistique, en transformant la culture comme espace de la singerie rentable où prévaut une coterie d’amuseurs stupides, la célébration médiatique et massive du banal quand ce n’est de l’extrême aberration inesthétique et vile cyniquement médiatisée voire surmédiatisée, aura réinventé le sens de la célébrité, altéré l’essence du prestige et dénaturé le substratum humain du mérite.

Que les entendements éveillés et libres, ceux qui savent encore apprécier par delà le tintamarre des goûts fabriqués et le complexe des jugements académiquement et médiatiquement alignés, prennent garde, car les assauts de la destruction des grandeurs et splendeurs de la culture sont forts et l’inculture masquée de célébrité attaque chez cette génération, par la propagande fastueuse des médias, la faculté de juger juste!

Quand une société choisit n’importe qui pour en faire des célébrités, quand les benêts qui savent montrer leur corps ou faire rire des imbéciles sont placés au sommet du modèle de réussite sociale à suivre, l’on comprend alors la sinistre posture de la morale d’un système sans autre bien que la fonctionnalité de son ordre économique.

En jouant de la banalité dans leur désignation des célébrités, les maîtres oligarques des structures confortent leur contrôle mental. D’une part, ils se moquent et se vengent des hommes de talent refusant la compromission et des élites intellectuelles non alignées qui produisent des œuvres dignes et endossent les véritables valeurs, car l’oligarchie rémunère voire enrichit surtout presque exclusivement les plus pitoyables frustes pour leur contribution à l’amusement public et à la grivoiserie de l’animation de masse. D’autre part, elle noie le mental collectif du peuple à débiliter, dans les vilenies et sottises désirées. Et enfin, elle se crée une poignée de zélés à tout faire, prêts à tout pour défendre le système qui les fait opulents, rois, fussent-ils de pitoyables jouets sans nul droit de se démarquer du programme pour lequel ils sont définis et payés.

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Copyright © CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - Blog INTELLECTION - 2016

Politique de Reproduction

Les textes du Blog INTELLECTION peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d'indiquer clairement la source http://intellection.over-blog.com/, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu'Internet, la mention de l'adresse du Blog INTELLECTION (http://intellection.over-blog.com/) est exigée

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0