Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

La vigilance est l’éveil travaillé de la conscience qui, rompue au combat du sens, est forte contre les forces endormissantes et trompeuses de l’esprit, forces aliénatrices de notre jugement et inhibitrices de notre vigueur contre le mauvais sous toutes ses formes. La vigilance est la ruse bénéfique et de lumière contre les ruses piégeuses.

 

Aucune puissance négative ne vainc l’esprit de l’homme sans l’avoir au préalable trompé ou neutralisé par l’ensommeillement conscientiel. La foi, l’intelligence spirituelle sombre dans l’inhibition si l’esprit ne s’est point exercé à prévenir les attaques du malin dont la méthode consiste d’abord, à comme anesthésier la conscience jusqu’à son effacement dans un sommeil qui va la conduire à une véritable léthargie où l’homme accepte et laisse faire tout par inaptitude de sa conscience inhibée; l’homme de ce ressort, endormi pathologique, n’est pas plus sain qu’un comateux, car il court à la mort par sa précipitation dans la dénégation spirituelle, signorant comme étant esprit incarné et en évolution ici-bas, et naturellement, niant par conséquent, Dieu dont il vient. Seul l’esprit peut, en effet, reconnaître l’Esprit. Le refus de la foi, la vie débilitée par l’insignifiance de l’athéisme, la négation de Dieu sont des signes de léthargie d’un homme sans conscience du soi spirituel, qui marche dans les sphères glaciales du suicide métaphysique inconscient qu’est l’incroyance. En spiritualité chrétienne, seule la piété intérieure tient l’homme éveillé. Ici, le mot du Maître des maîtres et Sauveur de l’humanité, Jésus nous disant « priez et veillez », est l’appel suprême du Salut.     

 

La vigilance est cette ruse manifestée comme perspicacité intelligente contre les pièges ordinaires et les trappes métaphysiques qui guettent les pas de l’homme dans un monde où le mal sévit par le mensonge et la malice. La malice est la malignité des puissances ténébreuses qui usent des formes diaboliques de la ruse destructrice. Et ces faces maléfiques de ruse mortifère ne se démasquent et ne s’effritent que par la ruse lumineuse de la vigilance spirituelle en Dieu. La juste clairvoyance de l’esprit futé sait divinement ruser pour prévenir et déjouer le faux et le mauvais tapis en nous ou sur notre voie pour nous piéger. Loin donc de bannir la pureté des sentiments, la ruse spirituelle - cette qualité, que dis-je, cette vertu du vigilant de la justice et du bien - en est l’éclaireur, le porte-étendard, le bouclier et le glaive conscientiels. Ainsi, la vigilance est la ruse armure et arme de nos guerres, ruse préservative et victorieuse du combattant de la vérité et de la vertu.  Et ce n’est pas être saint que de vivre candide c'est-à-dire sans ruse, car la candeur rend manipulable et vulnérable. La vigilance ordinaire conquiert l’espace du pouvoir en nous faisant dominer nos adversaires malins, la vigilance métaphysique celle métaphoriquement illustrée par Jésus dans « les lampes allumées des vierges prévoyantes » nous dote du statut supérieur d’esprit en conquête de soi que nulle puissance déviante n’affecte ou ne dévie. La vigilance spirituelle est donc pour l’homme, le prévoir existentiel par le soutien divin en attendant d’être un pur esprit. Savoir prévoir pour prévenir les invasions des méchants et les explosions internes de nos propres faiblesses et pulsions. Car de l’extérieur comme de l’intérieur, le mal guette l’homme, et les attaques du méchant ne pourraient rien contre nous, si elles ne trouvaient en nous, leur terreau qu’est notre peccabilité; si elles ne pouvaient solliciter nos tares conscientes ou inconscientes maintenues par notre indolence parce que non neutralisées par la puissance de la foi et sa discipline spirituelle.

 

Quand on voit les hommes faire de la splendeur métaphysique de leur substance ce qu’en font les foules, l’on peut vraiment crier à la léthargie de la plupart des membres de l’espèce par  absence de la juste et salvifique vigilance qui s’entretient par la prière permanente de la foi.

 

La vigilance est pour l’esprit prudent et pugnace, la perplexité de la sûreté éveillée, l’art d’être conscient des malices captieuses de l’ennemi pernicieux et de ses jeux d’inévidence maléfique par le camouflage des apparences et la dénaturation faussant le jugement. Être toujours en prière intérieure et avoir confiance en Dieu, constitue la prévention-panacée contre tous les maux, la vigilance active qui anéantit tout ennemi et tout mal selon la Grâce divine qui, seule, garde éveillé le veilleur.

 

Soyons vigilants car un esprit au sommeil sans le savoir est au stade métaphysique, un comateux agonisant que cachent les apparences!

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE  

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0