Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Camille Loty Malebranche

 

Que peut signifier une génération adultère et méchante dans le langage spirituel de Jésus consigné dans matthieu 12 v 38-39? Je réponds rien dautre que l’infidélité ontologique des humains...

 

Il ne faut jamais oublier que les propos de Jésus, Fils de Dieu et Fils de l’homme, relèvent avant tout du schème métaphysique en tant qu’ils visent l’esprit et sa sphère supérieure.

 

L’adultère au sens métaphysique chrétien renvoie à une vision de l’être humain en proie à un déchirement de l’esprit par infidélité à soi, par indignité vis-à-vis de sa nature, le faisant un aliéné dans le rapport intérieur à soi…

 

L’infidélité à soi rend impossible toute autre fidélité à quiconque, étant glissement dans le déni de nature. Une infidélité frappant la cohue des perditions matérialistes de toutes sortes d’aveuglements. D’abord la cécité mentale par rapport aux révélations que Dieu fait à l’humanité mais aussi la sorte d’alexie métaphysique qui ôte à ces taupes hagardes du tangible, toute capacité interprétative de ce qui arrive. L’homme sans Dieu vit une crise herméneutique permanente qui le cloue aux rifts de l’illusion. L’adultère évoqué par le Christ renvoie au reniement de la vérité chez le dénaturé incapable de s’assumer esprit, rivé au plan de la finitude qu’il ne dépasse jamais. C’est la trahison de l’essence humaine, la récusation de la vie véritable, l’infidélité au sens de la substance humaine qui, seule, peut connaître Dieu.

 

Dans la dualité de son être, l’homme esprit et matière vit en assumé ou en déchu la contradiction de son état. Tout est dans la fidélité à soi de l’esprit sans quoi, c’est le déchirement annonciateur de mille déchéances. C’est donc au stade métaphysique que l’adultère prend son funeste sens, en tant que retournement contre soi de l’esprit qui, ainsi, perd sa vocation d’union avec Dieu. L’appel de Dieu n’est recevable qu’aux tréfonds de l’esprit uni en son essence.

 

La méchanceté, insidieux prolongement logique de l’adultère métaphysique.

 

Tout homme qui ignore sa vérité d’esprit incarné pour vivre la vie avec Dieu est nécessairement un méchant qui brise la loi de l’amour laquelle n’est possible qu’à l’échelle spirituelle, car seul l’esprit conscient de soi, est conscient de Dieu et cherche la fusion avec ce Créateur dont le principe même de la Création en général et à fortiori, de la Création des consciences spirituelles, est l’amour. Amour attendu comme réponse consciente des esprits à la Conscience Supérieure, l’Esprit Divin Suprême dont ils relèvent. Ne pas s’élever à cet Amour Divin, c’est se tuer, c’est littéralement être méchant envers soi et envers le Créateur.

 

La voix du Christ nous rappelle la nécessité vitale indispensable d’être fidèle à la vérité de notre essence qui est esprit; que par delà les extrêmes faiblesses qui nous tenaillent et nous renversent sur la route sacrée de notre être à réaliser par la Foi, nous arrivions nous relever et à garder la voie royale de notre nature supérieure au-dessus des misères de la chair et du charnel psychologique, loin des misérabilismes mortifères du monde!

 

L’homme s’assumera esprit ou disparaîtra, tel est le message chrétien, la communication christique de Jésus quand il dénonce pour les esprits de tous les temps, l’égarement des masses innombrables autoconstituées « générations adultères et méchantes » par leur résistance funeste aux divines révélations et intuitions de la vérité de l’être humain.

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

Tag(s) : #Monde du Concept

Partager cet article

Repost 0